TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Après 30 mois en détention préventive pour coups mortels : Kombetto Toumoudagou recouvre sa liberté

justice

L’accusé Kombetto Toumoudagou, 78 ans, cultivateur dans la commune de Cobly, poursuivi au départ pour meurtre selon le dispositif de l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation devant la cour d’assises a été condamné à deux (02) ans d’emprisonnement ferme après une requalification du crime de meurtre en coups mortels à son égard.

Le crime de coups mortels est une infraction prévue et punie par les dispositions de l’article 309 alinéa 4 du Code Pénal. La cour de céans présidée par Epiphane Yéyé assisté de Essowè Batamoussi et de Hervé T. Houdégbé est arrivée à la disqualification du crime de meurtre à la lumière des faits en cause à travers l’instruction à la barre, les réquisitions de l’avocat général Fiacre T. Azalou, représentant le ministère public et les plaidoiries de Me Julien Togbadja, l’avocat de la défense.

L’accusé KombettoToumoudagou a déjà passé environ trente mois en détention préventive parce que placé sous mandat de dépôt depuis le 18 août 2014. Par conséquent, il va recouvrer sa liberté.

Résumé des faits

Les faits de la cause remontent au mercredi 13 août 2014. Au marché de Ouoro dans la commune de Cobly, département de l’Atacora, les sieurs Sambiéni N’Dah et KombettoToumoudagou ont failli en venir aux mains. Le premier reprochait au second de l’avoir accusé de vol d’un sac d’engrais. L’interposition des voisins a empêché la bagarre d’avoir lieu.

Mais sur le chemin du retour au village, tard dans la nuit, Sambiéni N’Dah a poursuivi KombettoToumoudagou qu’il a rattrapé. Une nouvelle bagarre s’est engagée à l’occasion de laquelle KombettoToumoudagou est projeté au sol avant de subir la furie de coups de poing de Sambiéni N’Dah. De guerre lasse, le nommé KombettoToumoudagou a dégainé son couteau dont il s’est servi pour asséner un coup à son agresseur à la poitrine. Sambiéni N’Dah s’écroule et meurt sur le champ.

Les débats

L’accusé Kombetto Toumoudagou a reconnu devant la cour, les faits mis à sa charge, comme  à toutes les étapes de la procédure, sauf qu’il a nuancé qu’il n’avait pas l’intention de donner la mort à la victime en lui portant le coup de couteau. Mais que c’est en voulant se défendre de son agresseur qu’il lui a porté le coup de couteau qui a entraîné sa mort, une mort qu’il regrette d’ailleurs, car la victime était son ami et lui venait en aide dans les travaux champêtres. KombettoToumoudagou a expliqué  à la cour les circonstances du drame en mettant un accent particulier sur le fait qu’il a été poursuivi et rattrapé par la victime sur le chemin de sa maison. Il dit avoir essayé de l’éviter en restant jusque tard dans la nuit au marché avant de prendre le chemin de sa demeure.

Le témoin qui a déposé à la barre répond au nom de Issifou S. Abdou. Il est directeur d’école à Cobly centre et chef quartier. Il a confié à la cour qu’il n’a pas vécu les faits, mais que c’est l’accusé lui-même, qui était allé le voir à son domicile tard dans la nuit, juste après les faits pour lui dire qu’il vient de poignarder le sieur Sambiéni N’Dah  et qu’il voudrait que je le conduise à la brigade de gendarmerie. C’est après cette déclaration qu’il s’est porté sur les lieux pour le constat. Il a déclaré à la cour que la victime est connue de tous, comme un bagarreur et  coutumier d’actes de violence gratuite qui n’épargnent personne et que même les membres de sa propre famille en ont fait les frais.

L’avocat général Fiacre T. Azalou, représentant le ministère public, dans ses réquisitions, s’est interrogé. A l’entendre, si les faits incriminés sont attribués à l’accusé KombettoToumoudagou, est-ce qu’ils ont la qualité de meurtre ? Car pour lui, la constitution du crime de meurtre suppose en plus du siège de l’incrimination l’élément matériel et l’intention coupable ou élément moral. Si l’établissement de l’élément matériel ne fait l’ombre d’aucun doute, tel n’est pas le cas pour l’élément moral. Car, l’accusé a fui l’agresseur et a été obligé de porter le coup pour se défendre et pour preuve, il a juste donné un seul coup pour se débarrasser de la victime, s’il avait voulu tuer la victime, il ne se serait pas arrêter à un seul coup. Par conséquent, il y a lieu de requalifier les faits en coups mortels, parce que les faits en cause, autorisent plus à parler de coups mortels que de meurtre et les éléments constitutifs de cette infraction se trouvent bien réunis. L’avocat général Fiacre T. Azalou relève que l’analyse du dossier, appelle des circonstances atténuantes, telles que l’excuse de provocation, la moralité de la victime au profit de l’accusé KombettoToumoudagou. Il va donc exhorter la cour à le condamner à une peine en dessus du minimum, car condamner l’accusé, un vieil homme âgé de 78 ans à une lourde peine, c’est le condamner à mort. C’est au bénéfice de ces observations que l’avocat général Fiacre T. Azalou a requis la disqualification du crime de meurtre en coups mortels et a condamné l’accusé à 60 mois d’emprisonnement dont 30 mois ferme correspondant au temps déjà passé en détention et 30 mois d’emprisonnement assortis de sursis.

Me Julien Togbadja, l’avocat de la défense à l’entame de sa plaidoirie, a fait observer qu’il est en harmonie avec le contenu des réquisitions du ministère public, parce qu’il a fait la même lecture du dossier que lui. Il a salué la sincérité de l’avocat général. Pour l’avocat, les faits en cause sont des faits sociaux et le crime commis par son client est le fait d’avoir refusé d’être un receleur, parce que c’est de cela qu’il est question, a insisté Me Julien Togbadja. Il est clair et constant au dossier que l’accusé n’avait qu’un seul souci en donnant le coup de poignard, se défendre de son agresseur, être hors du danger. Mieux, l’accusé est allé se constituer prisonnier en allant informer le délégué pour être conduit à la brigade de gendarmerie.

Car le couteau est pour le vieillard un complément de force face à un danger. Pour Me Julien Togbadja, au regard des faits, son client est éligible à l’excuse de provocation, c’est pourquoi, il a invité la cour à rester dans la fourchette indiqué par la loi qui est de 06 mois à 02 ans quand elle va entrer en condamnation. L’avocat a plaidé l’excuse de provocation, la légitime défense et a, pour finir, sollicité la clémence de la cour à l’égard de son client.

Marx CODJO (Br Borgou-Alibori)

En savoir plus...

Démarrage du championnat national : Remise de titre en jeu pour Elan Bbc et Aspac Bbc

  • Publié dans Sport

championnat-basket

Les férus de la balle aux paniers ont renoué avec les terrains et planchers pour le compte de cette saison du basket-ball (2016-2017) dont le top a été donné, samedi 11 février 2017, au Hall des arts, loisirs et sports (Hals) de Cotonou. Douze équipes dont six au niveau des hommes sont en course pour succéder respectivement à Elan Bbc et Aspac Bbc (dames).

Pour cette première journée, six affiches ont été jouées samedi 11 et dimanche 12 février 2017 sur les terrains réservés pour la circonstance. Une première journée d’ailleurs marquée par le forfait de l’Uac qui devrait aller défier à Porto-Novo, Elan Bbc, équipe championne en titre. Au Hals, les rencontres programmées ont été aussi disputées et les équipes ont assuré le spectacle. Ainsi, chez les dames, l’équipe de l’Energie Bbc, championne en titre n’a pas fait de cadeau à son adversaire de Aso Modèle, qu’elle a atomisé par 82 à 37. De leur côté, Brice Hounnou et ses coéquipiers de l’Aspac ont disposé de Renaissance Bbc par le score de 82 à 60.«J'ai eu du plaisir à suivre le match des jeunes. Ce qui a été montré, augure d'une bonne suite du championnat», a laissé entendre Alex Paraïso, président de la Fédération béninoise de basket-ball (Fbbb).  

Zoom sur les résultats de la 1ère journée

Chez les dames

Renaissance         #     AsFallah    62- 53
Energie            #     Aso Modele     82-37
Flamme         #     Aspac          27-63

Au niveau des hommes

Lumière d'Abomey    #     Espoir de Cotonou     48-61
Aspac            #     Renaissance         82-60
Elan             #     Uac (forfait de l’Uac)

A.F.S.

En savoir plus...

Préparatif pour les compétitions continentales : Oumar Tchomogo déjà au travail pour quel résultat?

  • Publié dans Sport

oumar-tchomogo

(Plusieurs joueurs pour des mises au vert)
Sans championnat depuis des années, le Bénin rêve de se qualifier pour le championnat d’Afrique des nations (Chan) Kenya 2018. Il se met au travail avec la convocation d’une trentaine de joueurs sous la houlette du sélectionneur béninois Oumar Tchomogo. C’est le stade René Pleven de Cotonou 2 qui a servi de cadre, les 9 et 10 février 2017, pour le début des séances d’entraînement.

«Qui veut aller loin, ménage sa monture», dit-on. C’est en s’inscrivant dans cette logique que l’encadrement national du Bénin a pris les taureaux par les cornes en convoquant une trentaine de joueurs issus des clubs béninois sans compétitions statutaires mais se contentant de petits tournois. Trois gardiens de but, 11 défenseurs, 13 milieux de terrain, et cinq attaquants. Telle est la nomenclature des joueurs retenus par Oumar Tchomogo. On note sur la liste, la majorité des joueurs ayant participé à la 7e édition du tournoi de l’Uemoa Togo 2016. Un mélange de jeunes joueurs et ceux qui connaissent déjà l'environnement du onze national. Selon les informations, une liste de joueurs sera retenue pour la suite. Elle sera complétée par une autre liste sur laquelle les joueurs évoluent dans les championnats africains comme le Niger, le Nigéria, l’Afrique du Sud ou la Côte-d’Ivoire.

Double confrontation entre le Togo et le Bénin…

 Le Bénin, pour le compte des éliminatoires du Chan Kenya 2018, sera face aux Eperviers du  Togo. Le match Aller est à Lomé et va se jouer le week-end du 14 au 16 juillet 2017 alors que la manche retour se disputera à Cotonou, une semaine plus tard. Une double confrontation à l’issue de laquelle le vainqueur ira défier en match Aller-Retour, l’équipe nationale du Nigéria pour être qualifié à la phase finale de la compétition. Notons que trois équipes de cette zone Ouest B seront qualifiées pour Kenya 2018.

Le Togo en championnat, le Bénin non…

Le football ne ment pas, affirment les observateurs avérés. Et le premier obstacle pour Oumar Tchomogo et son staff technique est bien le manque de compétitions des Ecureuils. Le Bénin aura en face, une équipe togolaise dont l’ossature sera composée des joueurs en championnat. Ce qui est contraire à l’équipe nationale dont les «éléments» se contentent de «petits tournois» de quartiers. Pis, ces tournois de mise en jambes se font rares en ces temps de rentrée scolaire. Comment Oumar Tchomogo compte-t-il alors faire qualifier la sélection béninoise? En tout cas, bon vent à nos ambassadeurs!

Championnat béninois, loin d’être une réalité…     

La  crise qui secoue le football béninois est le premier frein pour la relance du championnat. Même si le gouvernement béninois en a fait sa chose pour le dégel de la situation, la crise est loin de connaître un dénouement heureux. Le comité de transition proposé par le gouvernement ne fait rien pour la relance du championnat. Que dis-je, certains membres dudit comité font obstacle à la relance des activités footballistiques. Et, à moins de quatre mois de la rencontre face au Togo, le championnat national est loin d’être une réalité.

Liste des joueurs retenus au Bénin

Gardiens de but : Marcel Dandjinou (Esae) ; BatoriDouyémè (Ussk) ; Steeve Glodjinon (Jac)

Défenseurs : Nabil Yarou (Aspac) ; Dine Koukpéré (Jac) ; RamaneAdjanakou (Jac) ; Joël Tognon (Mogas) ; Aubin Videkon (Esae) ; Gaston Houngbédji (Aspac) ; Rodrigue Fassinou (Aspac) ; Rock hounsou (Ussk) ; Mama Bah Yéré (Buffles) ; Ismaël Yorou (Mogas) ; Ousmane Makarimi (Dragons)

Milieux de terrain : Seïbou Mama (Aspac) ; WarisAboky (Jac) ; Gérard Adanhoumey (Jac) ; IrékéAgonhossou (Jac); Agnidé Osseni (Ussk); Raimi Kola (Aspac); Léo chrisKoudégbé (Energie); Ibrahim Ogoulola (Requins) ; William Dassagaté (AS Police) ; Rodrigue Kossi (Buffles) ; Bienvenu Winsouvi (Ussk) ; Charbel Gomez (Espoir de Cotonou) ; Moïse Tegaou (Panthères)

Attaquants : Roméo Ahovey (As Police) ; AfissouTamou (Aspac) ; Sylvain Ahouansè (Ussk) ; IdrissouSaliou (Panthères) ; Marcellin Koukpo (Buffles)

Liste des joueurs évoluant en Afrique

Gardiens de but : Christophe Aïfimi (Afrique du Sud) ; HaristoneHessou (Ethiopie)

Défenseurs : Junior Salomon (Nigéria) ; Paterne Counou (Nigéria) ; Yannick Montcho (Niger) ; Apollinaire Danvidé (Niger) ; FousseniLazadi (Nigéria)

Milieux de terrain : Chams Dine Chaona (Tunisie) ; Arsène Loko (Côte-d’Ivoire

Attaquants : Nicolas Dognon (Niger) ; Jacques Bessan (Lybie)  

A.F.S.

En savoir plus...

Sortie flash du groupe CCC : Une vidéo surprise pour célébrer la fête des amoureux

  • Publié dans Culture

cotonou-city-crew

Hier mardi 14 février 2017 Le Cotonou city crew (Ccc) a prouvé sa fidélité à ses fans et mélomanes. A cet effet, le groupe a publié en ligne, son nouveau clip intitulé «Je ne suis qu’un homme ».Loin de se faire raconter cette journée où la tradition voudrait qu’on offre un cadeau (un symbole de son amour) à son ou sa bien aimé(e), les ‘’CCC niggaz’’ marquent de leurs empreintes cette journée avec leur nouvelle sortie « Je ne suis qu’un homme ». Faisant d’une pierre deux coups, cette nouvelle œuvre tombe à pic pour permettre aux niggaz non seulement de renouveler leurs flammes à leurs dulcinées respectives mais aussi de faire plaisir aux amoureux de leur musique qui célèbrent l’amour en ce jour. Nous sommes des Hommes et de ce fait, nous avons chacun nos défauts et nos faiblesses qui sont composantes de nos personnalités respectives. Il peut donc nous arriver de blesser involontairement des personnes à qui l’on tient énormément et dans ce cas, la seule chose à faire est de demander pardon tout en promettant être meilleur les fois à venir. C’est cela même l’essence du message que véhicule le groupe dans cet opus richement coloré par Nette Royale Production.

T G

En savoir plus...

Bénin fashion week 2 : Un événement qui rassemble plusieurs acteurs de la mode

  • Publié dans Culture

benin-fashion-week

Dans le but de promouvoir les valeurs cachées des jeunes talents béninois, l’agence d’événementiels ‘’Missnat’’ a présenté le samedi 11 février dernier, la grande finale de la deuxième édition du Bénin Fashion Week. Un événement qui s’est déroulé à Azalaï Hôtel et initié par Natabou Marie-Josée promotrice de ladite agence.Faire la promotion de l’excellence en milieu artistique et culturel, doter les jeunes talents de matériels pour qu’ils se mettent à leur propre compte, sont les objectifs visés par la promotrice de l’événement Bénin fashion week. Cette soirée a eu à AZALAÏ Hôtel, et  a rassemblé plusieurs stylistes venus de différents pays Africains (TEED création du Bénin, sikatriss fashion du TOGO, Oneney de la côte d’ivoire …). Les participants ayant pris part à cet événement ont concouru dans plusieurs domaines de la mode à savoir le mannequinat, le maquillage, le stylisme, la coiffure et le Street wear. « La mode représente un enjeu économique et culturel fort pour le développement d’une nation », a souligné la marraine Maître Marie- Elise Gbèdo lors de cette soirée. Ce secteur qui regroupe plusieurs domaines d’activités génératrices d’emplois variés, s’affirme non seulement par les créations chez les stylistes, la posture chez les mannequins et autres, mais aussi par la valorisation dudit secteur. Après les différentes collections présentées par les créateurs de mode, les heureux gagnants de ce challenge ont été dévoilés au public. Dans le domaine de la mode, on crée, on innove, on exporte et cela donne de la valeur au pays, a renchéri la marraine. La promotrice de l’événement Marie- Josée Natabou souhaite de ce fait que des structures voire le gouvernement puissent accompagner la troisième édition de Bénin fashion week.

Source extérieur

En savoir plus...

Sortie discographique : Bodé Star lance «Alôkpokpo man sô zin »

  • Publié dans Culture

musique

Le deuxième album discographique du chanteur-comédien, animateur life Bodé-Star est disponible sur le marché discographique. L’opus bat son plein depuis le 31 décembre dernier mais a été officiellement lancé sous peu. La cérémonie de lancement a été rehaussée par la présence des grands noms de la musique béninoise et elle a eu lieu sous le  parrainage du député Augustin Ahouanvoebla à la salle de fête de la Place de l’Unité à Akonaboè à Porto-Novo.

Ce lancement d’album de l’artiste Bodé Star doit son succès au public béninois, à  l’artiste Rico’s Camposet aux studios « la volonté de Dieu »  de Angelo Vigan et le studio Ola. Intitulé « Alôkpokpo man  sô zin », c’est le deuxième album de l’artiste chanteur et animateur Bodé Star après le succès de son premier chef d’œuvre intitulé  « Azon wouègni gbèto ». L’album « Alôkpokpo man  sô zin  » qui signifie littéralement «tous les doigts ne sont pas égaux»,  comporte 11 morceaux alors que 08 composent le 1er album. « Cette évolution est de l’ordre normal des choses »,  a déclaré l’artiste. Il a continué en expliquant que nous devons tout faire pour aller de l’avant à chaque fois. Sur cet album, l’artiste a abordé plusieurs sujets notamment la vie, la mort, la femme, l’amour, le soutien du mari à la femme mariée… La présence de Saliou Tidjani, de Barthélemy Aklé, des responsables de Wouémèhoué, des icônes de la musique béninoise Anice Pépé, Jean Adagbénon, et bien d’autres, sans oublier le public, démontre de la grandeur de l’heureux du jour.  

Kola Paqui

En savoir plus...

Promotion des patrimoines immatériels : Le groupe de danse ‘’Perro Percus’’ célèbre 5ans d’existence

  • Publié dans Culture

Perro-Percus

La compagnie de danse ‘’Perro Percus’’ dirigée par le danseur professionnel  Samson Kpadonou a aujourd’hui 5 ans d’existence dans l’univers de la danse nationale béninoise. Pendant 05 années,  Samson et les siens ont su faire la promotion du patrimoine culturel béninois par le truchement de  la valorisation de nos danses. Samson Kpadonou,  cet  interprète chorégraphe  après plusieurs voyages et collaborations dans le milieu de la danse met aujourd’hui son savoir-faire au service du développement du patrimoine culturel de son pays. En 05 années, plusieurs pays et festivals ont reçu la visite de ses danseurs. Beaucoup de tableaux de danses ont été concoctés pour le bonheur des publics d’ici et d’ailleurs. Pour ce cinquième anniversaire, la troupe a décidé de donner un spectacle de danse à la ’’cours des grands’’ à Xwlacodji. Pour  le responsable,  le but du spectacle est non seulement de fêter les 05 ans du groupe, mais aussi  de rendre hommage à l’un des danseurs  de cet ensemble qui a été fauché par la mort. Le spectacle est prévu pour ce dimanche 17 février 2017 à 16h. Ce grand rendez-vous connaîtra aussi la participation de plusieurs autres artistes invités. Notons que cette compagnie a gagné de nombreux prix ici au Bénin et au-delà de nos frontières toujours grâce à l’expérience et l’expertise du responsable qui a côtoyé de grands noms de la danse tel que Koffi Coco en France et Norbert Sènou en Allemagne.

C.D.S(Stag.)

En savoir plus...

Grève dans l’enseignement secondaire : Un mouvement pas très suivi

education

Le mouvement de grève déclenché depuis mardi, 07 février 2017 par des enseignants du secondaire réunis au sein de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (Fesen/Cstb) n’est pas très suivi dans la plupart des collèges. Du ceg le Littoral au CegGbegamey en passant par le CegSuru-Léré et Akpakpa-centre, le constat est qu’il n’y a point de perturbation des activités académiques. Des échos nous parvenant des autres départements notamment dans le septentrion, le mouvement est loin d’être suivi dans les différents collèges. Si pour la plupart des enseignants, le message n’est passé, beaucoup pense la grève n’était plus la bienvenue puisque les négociations gouvernement/ centrales et confédérations syndicales ont repris. Les enseignants et élèves sont bel et bien dans les salles de classes. Pendant que certains professeurs procèdent déjà aux calculs de moyennes de fin du premier semestre, d’autres déroulent normalement les situations d’apprentissage. Rappelons ces enseignants réunis au sein de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (Fesen/Cstb), revendiquent entre autres la suppression immédiate et sans condition de l’arrêté ministériel portant insertion à la fonction publique des inspecteurs retraités et leur nomination à la tête des administrations scolaires ; le retour au poste souhaité des enseignants victimes des affectations pour activisme syndical ; la parution des avenants notamment pour les contractuels locaux reversés en Agents contractuels de l’Etat depuis 2008 maintenus au même salaire ; l’abrogation de tous les arrêtés fixant arbitrairement le taux de réussite à obtenir par les directeurs d’écoles pour être maintenus à leur poste et la réhabilitation des 618 directeurs d’écoles limogés ; le paiement des 5% impayés des 25% d’augmentation des salaires conformément au décret 2011-505 du 05 août 2011 et le rappel des mois impayés.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

5è édition de la causerie-débat sur la St Valentin : Des élèves du Ceg Dantokpa sensibilisés sur les dégâts

eleves

La campagne de sensibilisation sur les dégâts de la St Valentin s’est achevée hier par un concert épique au Collège d’enseignement général de Dantokpa. Après des séances d’échanges et témoignages dans des établissements scolaires de Porto-Novo, l’association “La vie est belle“ a animé une causerie-débat finale avec les élèves du Collège de Dantokpa. Ceci avec la participation des artistes de renom à savoir Sessimè, Anna Teko, Nikanor, Josias et plein d’autres. Ces figures de la musique béninoise ont jugé nécessaire de contribuer à mieux sensibiliser avec des compositions adaptées. Se réjouissant du chemin parcouru, la présidente de l’association organisatrice a rappelé qu’il y a cinq (05) ans déjà qu’ils militent pour un changement de comportement au niveau des apprenants. « La St Valentin n’est pas une fête du sexe. Une minute de plaisir peut se solder à un dégât qui peut avoir des répercussions sur la vie scolaire. Je veux parler de grossesse précoce, des maladies sexuellement transmissibles, avortement, perte de vie etc…» a martelé Stéphanie Montcho. La fête a été belle avec la touche particulière des artistes conviés à la séance de causerie. Notons que l’association « La vie est belle entend, de part cette activité, faire reculer certains maux ou comportements détruisant la vie des élèves. Pour le compte de cette année 2017, quatre (04) collèges ont bénéficié de cette causerie à savoir le lycée des jeunes filles Toffa 1er, le Collège Ste Marie de Sèdégbé, le Collège Vekki de So-Ava et le Collège Dantokpa. Des innovations sont déjà annoncées pour le compte de l’année prochaine.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Interdiction d’accès à l’Uac aux étudiants exclus : Des responsables étudiants entendent braver la décision

manifestations

Les vingt-et-un étudiants exclus il y a quelques mois de l’Université d’Abomey-Calavi pour cinq (05) ans sont désormais interdits d’accès au campus. C’est ce que l’on peut retenir de la nouvelle décision prise par le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, le professeur Brice Sinsin, à travers la note de service n°2017/467/UAC/SG/AC/SHR du 9 février 2017 portant interdiction de présence de tout étudiant exclu d’un établissement de l’Uac. L’objectif de cette mesure est de maintenir la sécurité des personnes et des biens. Selon, certains usagers de ce lieu du savoir, cette décision est la suite de l’incident de fusillade qui a opposé devant les tribunaux, Habib Ahandessi un des étudiants exclus, et Marius Hounsi le chargé de mission du recteur. Une affaire s’est soldée par la condamnation des deux plaignants à quatre mois d’emprisonnement assortis de sursis et d’une amende de 100.000 FCFA chacun et 40.000 FCFA à payer par l’accusé pour aider la victime à se soigner. Une décision qu’entendent déjà braver les responsables des organisations estudiantines à caractère syndical à savoir l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb), l’Union nationale des scolaires et étudiants du Bénin (Unseb) et la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb). «  Les Universités publiques sont fréquentables à tous les habitants du Bénin. En conséquence, Moi j'irai à l'UAC tous les jours pour *accorder des audiences aux étudiants, pour m'enquérir des difficultés des camarades, pour signer des documents, pour rencontrer des professeurs, pour suivre la demande de mes diplômes… Il en sera ainsi jusqu'à l'élection d'un nouveau Président de l'Union Nationale des Scolaires et Étudiants du Bénin, titre que je porte jusqu'à nouvel ordre. Même après, je vais continuer de me rendre à l'Université. La pilule qu'il veut nous faire ingurgiter ne passera pas. Je vais désobéir à cette décision saugrenue à la limite insolente» poste Prince Boris AKE, président de l’Unseb. Il est soutenu par ses pairs de l’Uneb et de la Fneb qui annoncent d’ailleurs un géant meeting des étudiants pour vendredi prochain. Notons que des sanctions disciplinaires avaient été prononcées à l’encontre des 21 étudiants pour des mouvements d’incitation au boycott des compositions, l’instauration d’un climat de trouble en salles d’examens, de violence préméditée et d’incitation à la violence, au terrorisme et à agression caractérisée. Les faits à eux reprochés remontent à fin juin 2016 quand, en protestation contre la décision de suppression de la session de rattrapage à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines (FLASH), à compter de l’année académique en cours, les étudiants ont décidé de boycotter les compositions des semestres impairs.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Accessibilité aux bureaux de vote des personnes handicapées : Le plaidoyer de Rifonga-Bénin à l’endroit de la Céna

emmanuel-tiando

Le Réseau pour l'Intégration des Femmes, des Organisations non Gouvernementales et Associations Africaines du Bénin (RIFONGA-Bénin) fait de la lutte pour le respect des droits des personnes handicapées en période électorale son cheval de bataille. Avec le projet « Accès des Personnes Handicapées aux Elections à travers un changement de Comportement des Populations » (ADEPT) Rifonga-Bénin a mené une série d’actions lors de la présidentielle de 2016 pour rendre accessibles aux personnes handicapées des centres de vote.
 Lire la lettre ouverte envoyée au président de la Céna

LETTRE OUVERTE
A
MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA COMMISSION ELECTORALE NATIONALE AUTONOME (CENA)

Objet : Plaidoyer pour l’obtention de reformes légales en faveur des personnes handicapées du Bénin

Monsieur le Président,

Le Réseau pour l'Intégration des Femmes, des Organisations non Gouvernementales et Associations Africaines du Bénin (RIFONGA-Bénin) et les Organisations des Personnes Handicapées du Bénin engagées sur le projet « Accès des Personnes Handicapées aux Elections à travers un changement de Comportement des Populations » (ADEPT), viennent par la présente, solliciter le soutien de votre institution dans le cadre de son plaidoyer en vue de l’obtention de réformes légales en faveur des personnes handicapées du Bénin.

En effet, dans le cadre de la mise en œuvre du projet ADEPT, un projet de l’USAID entièrement financé par le Peuple Américain et mis en œuvre au Bénin dans les départements du Zou, des Collines, de l’Atlantique et du Littoral, le RIFONGA-Bénin a initié des plaidoyers en direction de plusieurs institutions en vue de favoriser le plein épanouissement des personnes en situation de handicap dans notre pays à travers notamment, la mise en place d’un environnement juridique favorable et la prise de mesures susceptibles de favoriser la pleine participation de cette couche vulnérable au développement de notre pays.

C’est d’ailleurs dans ce cadre que nous avions eu l’insigne honneur d’être reçus par votre prestigieuse institution le vendredi 06 janvier 2017 pour une séance de travail dont les conclusions sont porteuses d’espoir pour une meilleure accessibilité des personnes handicapées aux bureaux de vote lors des prochaines consultations électorales.

La disponibilité marquée à cette occasion par la CENA dont vous avez la charge, de concevoir au cas où les moyens le permettraient, des bulletins de vote portant l’écriture braille, ainsi que la traduction des messages électoraux en langue des signes à travers l’intégration systématique de la traduction de toutes les activités de la CENA,conforte outre mesure le RIFONGA-Bénin et ses partenaires dans leur combat pour l’édification d’une société inclusive au Bénin.

A cet effet, nous plaidons, Monsieur le Président, auprès de votre institution afin que soient opérés divers aménagements matériels au niveau des bureaux et centres de vote. En outre, la conception de bulletins de vote portant l’écriture braille constitue une alternative pour permettre aux citoyens handicapés visuels d’exprimer sans intermédiaire leur droit de vote.

Quoique sachant que ces questions relèvent de la volonté et de l’engagement politique des décideurs, nous saluons le fait que votre institution reconnaisse la faisabilité inhérente à la confection de bulletins portant l’écriture en braille pour les prochaines consultations électorales.

Nous gardons à l’esprit ces propos mémorables de Madame Geneviève BOKO NADJO, Vice-Présidente de la CENA, au cours de la séance de travail du vendredi 06 janvier 2017 : « Ce n’est pas la volonté qui manque, mais ce sont les moyens. Car ce sera à l’honneur de l’Etat de droit et de la démocratie ». Cette assertion qui vaut détermination, adhésion et engagement, nous vaut l’honneur d’espérer un lendemain radieux pour les personnes handicapées.Ce faisant, nous prenons la mesure de votre dévouement à accompagner les personnes handicapées à conquérir leurs droits civiques et politiques, et souhaiterions un accompagnement du Gouvernement dans nos nobles objectifs.

Sans toutefois omettre la cruciale question de l’accessibilité des lieux d’inscription et de vote aux personnes handicapées d’ici les prochaines élections au Bénin, le RIFONGA-Bénin, la Fédération des Associations de Personnes Handicapées du Bénin (FAPHB) et les réseaux départementaux sollicitent votre implication personnelle en vue de briser les barrières à l’épanouissement légal des personnes handicapées.

Dans l’espoir d’une suite favorable, veuillez recevoir, Monsieur le Président de la CENA, l’expression de nos considérations distinguées.
La Présidente du RIFONGA-Bénin,

Léontine KONOU IDOHOU

En savoir plus...

L’APIEx et la Cnuced pour l’amélioration du climat des affaires : Le Guide des insvestisseurs au Bénin lancé

guide-des-investisseurs

L’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations (APIEx) en partenariat avec la Conférence des Nations-Unies pour le commerce et le développement (Cnuced) a procédé hier mardi 14 février 2017, au lancement d’une plateforme d’informations en ligne au service des investisseurs dénommé « Iguide ». La cérémonie officielle s’est tenue à Azalai Hôtel de la Plage de Cotonou.

Elaboré par l’APIEx, avec l’assistance technique de la Cnuced et l’appui financier du Royaume des Pays Bas, le « Iguide » est un outil qui permettra de renforcer l’attractivité des investisseurs et donc de l’Investissement Direct Etranger qui constitue un facteur important à la croissance et au Développement. Ce guide fournira aux investisseurs -béninois et étrangers- des informations sur le coût d’opérations, les salaires, les loyers, les impôts, les lois, les procédures et les contacts utiles ainsi que des témoignages d’investisseurs au Bénin. Cette plateforme apporte un soutien aux investisseurs désirant développer leurs activités sur le territoire béninois, présente le cadre incitatif à l’investissement au Bénin, et fournit la documentation et les informations nécessaires pour investir dans des secteurs ciblés et en exploiter les créneaux.

Un précieux outil de développement

Pour le Directeur général de l’APIEx, Is Dine Bouraïma, l’opérationnalisation de cette plateforme au Bénin, vient en appoint aux nombreuses mesures du gouvernement pour améliorer d’avantage le cadre légal et réglementaire d’exercice des activités économiques. Elle présente à l’en croire, un double intérêt pour des entreprises qui chercheront de nouveaux lieux d’investissement et le Bénin qui recherchera de nouveaux investisseurs. Il a donc pris l’engagement au nom de sa structure, de travailler à l’optimisation de la plateforme IGUIDE en assurant son interconnexion avec ses Bureaux (Bureaux de l’APIEx) qui seront installés incessamment au niveau de toutes les représentations diplomatiques du Bénin. Le coordonnateur résidant du Système des Nations Unies, Siaka Coulibaly, a pour sa part, fait savoir qu’elle contribuera  à attirer les investisseurs nécessaires pour la transformation structurelle de l’économie et l’amélioration des conditions de vie des populations et renforcera de ce fait, la mise en œuvre du Programme « Bénin Révélé ». Il a donc exprimé sa gratitude au partenaire. Selon les propos du Directeur de cabinet du ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Nicolas Jean-Marie Dandoga, le gouvernement du Bénin a l’ambition de faire passer le taux d’investissement privé de 11,6% à 34,3% en 2019. Et c’est ce qui justifie la mise en ligne de ladite plateforme. Il a donc exhorté au nom du ministre, les structures intervenant dans l’opérationnalisation de la plateforme à veiller à la fiabilité  des informations pour la crédibilité du Bénin auprès du secteur privé national et étranger.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Soutien aux réformes de Talon : La traitrise des députés Rb

rb

Il n’y a pas deux mots pour qualifier le comportement des députés Rb qui, dans un communiqué, ont déclaré apporter désormais leur soutien au réformes du Chef de l’Etat, tout en invitant le bureau politique de la Renaissance du Bénin à clarifier sa position. Après notre article d’hier sur le silence de Léhady Soglo face à la position des 4 députés (https://goo.gl/UUzTWF) des informations font état de ce que les députés Rb avaient la latitude d’exprimer leur position à la réunion politique à laquelle a d’ailleurs pris part le président d’honneur du parti, Nicéphore Soglo dont on sait l’engagement pour l’avènement de la Rupture. Mais au lieu d’exprimer leur position à visage découvert, les députés ont préféré jouer la politique de la chaise vide avec des arguments qui ne tiennent pas, qui pour raison de maladie, qui pour obsèques. Qu’ils viennent maintenant, juste au lendemain de cette réunion, publier un communiqué de soutien à Talon, ne peut être autre chose que de la traitrise. Ceci d’autant plus que le président du parti Léhady Soglo est depuis peu victime d’actes et propos déplacés de la part du préfet du Littoral Modeste Toboula qui d’ailleurs agit sur ordre du Chef de l’Etat. Dans un tel contexte, les députés devraient travailler au renforcement du parti. Ils devraient marquer leur solidarité à leur président tout en exprimant leur vision sur l’avenir de la Renaissance du Bénin. Mais au lieu de cela, ils ont préféré pondre un communiqué qui sème la confusion dans l’esprit des militants et sympathisants de la Rb.

Sérénité totale dans la maison « Houézèhouè »

La position des députés signataires du communiqué de soutien aux réformes de Talon, n’a guère émoussé l’ardeur du président Léhady Soglo pour une Renaissance du Bénin plus forte. Plus que jamais le président de la Rb est déterminé à conduire à bon port la barque Rb. D’ailleurs le parti a l’habitude de ce genre de comportement où les régimes successifs débauchent leurs élus. Mais cela n’a jamais fait chavirer le navire Rb. Ce qui est plutôt malheureux, c’est que le régime de la Rupture qui affirme venir pour rompre avec ces comportements et pour l’assainissement de la classe politique s’illustre aussi sur le terrain des débauchages pour faire passer ses réformes. Cela peut marcher le temps de leur mandat. Mais une fois obtenues, lesdites réformes risquent de ne pas durer dans le temps tout simplement parce que la manière de procéder n’était pas la bonne.

Worou BORO

En savoir plus...

Tonnage de coton pour la campagne 2016-2017 : Des doutes sur la sincérité des chiffres

coton

Il sera certainement difficile pour le Bénin d’atteindre les 350 000 tonnes de coton annoncées pour la saison 2016-2017.Contrairement à la trop grande assurance donnée par le gouvernement, la campagne cotonnière en cours n’est pas  faite que de bonnes actions.

En octobre 2016, le gouvernement faisait part de ses prétentions à propos de la production du coton. Il avait donné une estimation de 350 000 tonnes. Pour l’équipe de la Rupture ce devrait être un petit défi puisqu’il devrait faire mieux que la dernière campagne (260 000 tonnes).Cette année, de gros doutes planent sur les prévisions. Il est presque impossible pour l’équipe de la Rupture d’atteindre ses objectifs. Des négligences et des micmacs ont jonché toute la campagne 2016- 2017 au point que certains observateurs soulignent que beaucoup pourraient ne pas croire aux chiffres qui seront publiés par l’Association interprofessionnelle du coton (Aic). En un mois, des incendies ont consumé des milliers de tonnes de coton.Après Gogonou en janvier dernier où plus de 7000 tonnes de coton ont été détruites par le feu, c’est la Commune de Kalalé qui a été touchée le week-end écoulé. L’incendie y a avalé également plusieurs milliers de tonnes d’or blanc. Les efforts d’une année de labeur de plusieurs cotonculteurs sont ainsi bousillés. C’est donc une grosse perte pour ces producteurs et l’Etat. Ces incendies successifs établissent la légèreté avec laquelle l’Aic gère la filière coton. Elle n’a pu offrir de réelles et rassurantes conditions de sécurité pour le coton cette année. Pourtant, l’équipe dirigeante de l’Aic est présentée comme de vrais professionnels qui auraient  montré leur savoir-faire pendant longtemps. Elle ne fait, en tout cas, pas de gros efforts pour donner raison à Patrice Talon qui a rétabli l’accord-cadre entre l’Etat et l’Aic suspendu en 2012 par l’ancien président Yayi Boni. «Cette mesure profite à tous les Béninois, y compris à moi-même, et permet une meilleure gestion de la filière par les acteurs eux-mêmes», avait déclaré le Chef de l’Etat dans une interview accordée au Monde en mai 2016 pour justifier la réhabilitation de l’Aic. «L’Etat – qui a nationalisé la filière en 2012 – a montré ses limites et gaspillé des milliards de francs Cfa. Aucun ministre ni président ni haut fonctionnaire ne peut gérer aussi bien la filière que les producteurs ou ceux qui vivent de l’égrenage. Ce secteur sera plus compétitif s’il est entre les mains du privé. Et c’est ça qui m’obsède. Je veux du résultat», avait-il par ailleurs martelé. Pour le moment, Patrice Talon doit se contenter des nombreuses négligences des membres de l’Aic.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Mairie de Cotonou : Léhady Soglo installe sa machine de développement

lehady-soglo

Cela se susurrait depuis quelques temps. C’est fait désormais ! Le maire de la ville de Cotonou Léhady Vinagnon Soglo vient de renforcer son cabinet par une vague de nominations. Des personnes au profil et au parcours élogieux ont rejoint l’équipe municipale pour mener avec le maire le combat du développement de la capitale économique. Au regard des noms des nouveaux promus à divers postes de responsabilité tels que le juriste Nourou-Dine Saka Saley, Amour Gbovi, le magistrat Gilles Sodonon et bien d’autres, une constance se dégage. Le maire Léhady Soglo a opéré un choix judicieux. Il n’a pas tenu compte de l’appartenance politique de tel ou tel. Un seul critère a prévalu, la compétence. En même temps, il a confirmé à leurs postes de responsabilité des personnes de confiance telles que le Secrétaire général de la mairie Raoul Faladé, le Directeur des ressources humaines Jules Christian Azankpo et le Directeur des services économiques et financiers Mouftaou Alidou.

Nourou-Dine Saka Saley, ancien conseiller aux affaires juridiques du ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané est désormais le Chargé de missions au développement institutionnel et économique du maire de Cotonou. Léhady Soglo a frappé fort en pêchant ce gros poisson dont la cote de popularité de cesse de monter auprès de la jeunesse eu égard à ces points de vue pertinents et surtout non partisans. Nourou-Dine Saka Saley aura, entre autres, pour tâche la prospection, la conception, la modélisation, l’’analyse et le suivi de l’exécution des dossiers relatifs aux partenariats et investissements. En somme, il est par délégation, la personne en charge des partenariats public et privé à la mairie de Cotonou. Comme lui, un autre jeune pas moins talentueux Amour de Dieu Gbovi connu dans le milieu de la littérature et de la communication a fait son entrée dans l’équipe du maire Léhady Soglo en qualité de Chargé de missions à la promotion de l’entreprenariat du maire de Cotonou. Il aura en charge la gestion de la communication web de la mairie et assurer l’autonomisation de l’emploi des jeunes. Le magistrat à la retraite Gille Sodonon est le nouveau Conseiller technique aux affaires juridiques du maire Léhady Soglo. Cet émérite homme de droit aura pour mission de vérifier la conformité avec la loi des décisions qui seront prises par le maire Léhady Soglo. Un autre jeune talent dans le domaine de l’informatique a fait son entrée dans l’équipe municipale. Il s’agit de l’ingénieur en génie logiciel et systèmes d’information Sènankpon Perel Carthes Kounou. Désormais Chargé de missions au numérique et aux systèmes d’information, il devra assurer le développement de l’économie numérique et la promotion des projets structurants de la filière numérique.
D’autres noms connus dans l’entourage du maire sont également promus ou confortés à leur poste dans cette vague de nominations. L’honorable Francis Loko est nommé au poste de Directeur de cabinet du maire, fonction qu’il assumait déjà en partie. Timothée Joël Godonou est promu Directeur adjoint de cabinet, Ayadji Bignon Abdias est le nouveau chef de protocole et l’ancien ministre Bernard Lali Davo est promu au poste de Conseiller technique aux affaires sociales et au suivi des arrondissements.

Les hommes de confiance de Léhady Soglo

Ils sont  inamovibles dans le dispositif du maire de la ville de Cotonou. Entre eux et Léhady Soglo, c’est une histoire de confiance, de fidélité dans l’action et de compétence à leurs postes respectifs. Quoi de plus normal, que le maire les conforte dans ces différents décrets de nomination. Parmi eux, on peut citer le secrétaire général de la mairie Silvérius Raoul Faladé,  le Directeur des ressources humaines Jules Christian Coffi Azankpo et le Directeur des services économiques et financiers Mouftaou Alidou, tous administrateurs de formation. Les décrets qui les conforte à leurs postes sont une prime au travail bien fait et à leur engagement derrière Léhady Soglo pour une ville moderne et solidaire.

Léhady Soglo nourrit de grandes ambitions pour la ville de Cotonou. Il l’a clairement exprimé dans le Pact Cotonou 2020. Par cette vague de nomination, il confirme tout le bien qu’on pensait déjà de lui à travers les nombreuses initiatives à son actif comme le wifi gratuit au niveau de certains espaces publics de la ville et le recasement des sinistrés du déguerpissement. Les Cotonois peuvent compter sur leur maire pour une ville qui reflète l’image des plus grandes capitales africaines.

Worou BORO

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !