AccueilBéninDécryptage de sa sortie médiatique : Des contradictions dans le discours de...

Décryptage de sa sortie médiatique : Des contradictions dans le discours de Talon (Il ne veut pas d’une révision mais serait prêt à promulguer si…)

Publié le

spot_img

Le jeudi 08 février 2024, le président Patrice Talon s’est livré à un exercice qui tranche avec les fades monologues auxquels le peuple s’est finalement habitué au fil du temps. Au menu de cette sortie médiatique, il y avait plusieurs sujets dont, la révision de la Constitution et la fermeture des frontières avec le Niger. A l’issue de cette conférence de presse, que retenir de nouveau ? Rien, à part une impression de déjà-vu.

Patrice Talon se prêtant aux questions de la presse. Un exercice plutôt rare mais qui aura permis à l’opinion nationale et internationale de mieux cerner les intentions de l’Homme par rapport à ce qui est devenu une tradition pour les chefs d’Etats africains en fin de règne. Si en ce qui concerne la crise avec le Niger, Patrice Talon est finalement revenu à de meilleurs sentiments en optant pour la réouverture des frontières avec ce pays de l’hinterland, son argument lié au respect des décisions de la Cedeao comme motif pour couper le pont avec le partenaire économique stratégique qu’est le Niger ne tient pas. S’il a pu ignorer plusieurs décisions d’instances internationales dans un récent passé, il aurait pu comme son voisin Togolais, se démarquer de cette posture belliqueuse de la Cedeao pour préserver les intérêts économiques du Bénin. Par contre, à propos de la révision de la Constitution et ses probables velléités d’un troisième mandat, le Chef de l’Etat est resté égal à lui-même. Entre profession de foi et tentatives de passer pour un grand démocrate, Patrice Talon n’aura réussi qu’une seule chose : confirmer aux béninois désormais moins dupes, ses réelles intentions par rapport aux échéances électorales de 2026.

En effet, en écoutant Patrice Talon lors de sa sortie médiatique, on pouvait voir un homme en quête de popularité, un chef de plus en plus isolé, n’ayant plus confiance en ses partenaires d’hier et obligé de professer au monde entier sa bonne foi. Certains analystes politiques voient même dans cette conférence de presse, une tribune pour préparer l’opinion publique internationale à un plan qui crève désormais les yeux. Un plan dans lequel le malheureux député Assan Séibou a pris un bien triste rôle. Le plan est simple. Patrice Talon n’a pas digéré l’échec de sa première tentative de révision de la Constitution. Il n’a de cesse de le marteler comme ce fut le cas encore lors de sa dernière rencontre avec le Président Yayi Boni au Palais de la Marina. Et l’homme qui ne supporte pas l’échec comme il le dit aussi souvent, a trouvé l’occasion pour remettre cela. Et pour y parvenir cette fois, quelle plus belle trouvaille que celle utilisée par le président sénégalais qui consiste à s’appuyer sur l’Assemblée Nationale pour réussir le coup de force en toute légalité.

Talon trahi par ses propres contradictions

Lors de sa conférence de presse, Patrice Talon a dit qu’il ne veut pas de la révision de la Constitution, mais ce que son propos traduit, c’est plutôt qu’il n’initiera pas une révision de la Constitution, mais qu’il sera preneur d’une révision de la Constitution qui modifierait le rythme électoral. Patrice Talon dit ne pas vouloir d’une révision de la Constitution mais dans le même temps, il se dit prêt à promulguer une loi qui ferait passer la présidentielle avant les législatives et les communales. Comment cela peut-il se faire sans toucher à la Constitution ? Ce parlement dans lequel ses partisans lui obéissent au doigt et à l’œil (pour le moment), pourra-t-il lui imposer une révision constitutionnelle qu’il ne souhaite pas ? Assan Séibou peut-il passer outre la position de Patrice Talon sur un sujet si sensible que celui de la révision de la Constitution ? Répondre par l’affirmative relèverait de l’utopie.

La clairvoyance de la Cour constitutionnelle

Juste après la sortie de son patron, le pauvre Assan Séibou s’est empressé d’investir l’espace médiatique pour s’enfoncer davantage avec des déclarations qui confirment qu’il n’est qu’un instrument au service d’une cause funeste. Ce dimanche sur une web TV de la place, le désormais tristement célèbre Assan Séibou déclarait à propos du pouvoir législatif : « …dans ce premier rôle, il est de mon devoir, lorsque je constate quelque chose qui semble inapproprié, préjudiciable à ce pays, ou susceptible de causer des problèmes, de m’élever pour exprimer mon point de vue… ». Ces propos qui rappellent ceux du non moins tristement célèbre Macky Sall, prouvent à suffisance que le député clignote à gauche pour virer à droite. Sinon quelle est la situation inappropriée, préjudiciable à ce pays, ou susceptible de causer des problèmes et que la Cour constitutionnelle n’a pas résolu à travers sa décision DCC 24-001 du 04 janvier 2024 relative aux parrainages ? Quelle est cette situation si grave que le député veut faire éviter au Bénin en proposant une révision de la Constitution, alors que la Cour a recommandé à l’Assemblée nationale de modifier le code électoral pour d’une part, rétablir l’égalité du pouvoir de parrainer à l’égard de tous les maires et, d’autre part, rendre conforme à l’article 49 de la Constitution, les dispositions de l’article 142, alinéa 6 du code électoral ? Pourquoi donc cette proposition de révision de la Constitution ?

L’alinéa 2 de l’article 42 de la Constitution en ligne de mire ?

Pour qui connait la procédure parlementaire, on peut aisément deviner que cette proposition de Assan Séibou est une étape pour aboutir à une modification de l’article 42. En effet, même si la proposition de loi de Assan Séibou ne porte pas clairement sur une modification de l’article 42, tout peut arriver au cours de la procédure parlementaire qu’elle a déclenchée. Pour ce faire, il suffirait que la Commission des lois valide la proposition à la majorité simple avec un amendement relatif à la modification de l’article 42 en supprimant le bout de phrase (plus de deux fois dans vie) qui empêche Talon de briguer un troisième mandat. Ensuite, une fois en plénière, il sera question de débaucher un député du groupe parlementaire Les Démocrates pour obtenir les 82 voix nécessaires pour obtenir la recevabilité de la proposition de loi portant révision de la Constitution. Après la recevabilité de la proposition, la mouvance présidentielle aura deux options pour valider définitivement la révision de la Constitution : rechercher 06 voix parmi les députés du groupe parlementaire Les Démocrates. C’est ainsi que sans être à l’initiative d’un projet de loi portant révision de la Constitution et dans le respect de la séparation des pouvoirs et de la légalité, Patrice Talon aura obtenu un troisième mandat sans l’avoir clairement demandé. Ce plan qui peut paraître utopique aujourd’hui, a été révélé par le député UP-R, Orden Alladatin ce dimanche sur un plateau télé lorsqu’il tentait difficilement de justifier les errements de Macky Sall au Sénégal. Orden Alladatin a sorti le mot légalité qui servira de base à toutes les dérives planifiées par la mouvance présidentielle. Fort heureusement, au Parlement, se trouvent 28 députés de Les Démocrates qui ne céderont pas à cette comédie mal montée.

Au-delà du débat en cours, cette décision de la Cour constitutionnelle met en lumière les tares du législateur. Que pouvait-on attendre d’un parlement monocolore où les députés buvaient et votaient tout ce qui leur était soumis. Morceau choisi de la décision DCC24-001 du 04 janvier 2024 : « or, il incombe au législateur d’exercer pleinement sa compétence en adoptant des lois claires, intelligentes et accessibles afin de prémunir les sujets de droit contre une interprétation contraire à la Constitution ou le risque d’injustice ou d’arbitraire ».

M.M

Dernières publications

Parakou: Découverte de deux corps sans vie au quartier Wansirou

    Deux corps sans vie avec des blessures mortelles dans le bas-fonds qui traverse Orou-Guérérou....

Musique urbaine et protection de l’environnement : ‘’Les Voix du Monde’’, l’artistique au service du bien-être social

Le projet ‘’Les Voix du monde ‘’, prévu pour se dérouler au mois de...

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 28 FEVRIER 2024

Le Conseil des Ministres s'est réuni mercredi, le Mercredi 28 Février 2024, sous la...

Programme des classes sportives : Encadrants sportifs et professeurs d’EPS du département des Collines en formation

Démarrée samedi, 24 février 2024, à Savalou, la première phase de formation des encadrants...

More like this

Parakou: Découverte de deux corps sans vie au quartier Wansirou

    Deux corps sans vie avec des blessures mortelles dans le bas-fonds qui traverse Orou-Guérérou....

Musique urbaine et protection de l’environnement : ‘’Les Voix du Monde’’, l’artistique au service du bien-être social

Le projet ‘’Les Voix du monde ‘’, prévu pour se dérouler au mois de...

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 28 FEVRIER 2024

Le Conseil des Ministres s'est réuni mercredi, le Mercredi 28 Février 2024, sous la...