AccueilBéninPolémiques autour de la Constitution : Les partis Gsr et Nfn mettent...

Polémiques autour de la Constitution : Les partis Gsr et Nfn mettent en garde Vlavonou et compagnie

Publié le

spot_img

Les partis politiques la Nouvelle Force Nationale (Nfn) et la Grande Solidarité Républicaine (Gsr) dirigés respectivement par Apollinaire Avognon et Antoine Guedou ont animé ce lundi 8 janvier, une sortie médiatique conjointe au Chant d’oiseau de Cotonou. Objectif, dénoncer les agissements autour de la Constitution et exiger du Président de l’Assemblée nationale un mea-culpa, suite à ses propos jugés graves à l’occasion de la récente rencontre des Présidents d’institutions.

 

CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE DES PARTIS POLITIQUES « NFN » ET « GSR »>

Mesdames et Messieurs les Journalistes ;

Chers militantes, militants et sympathisants des partis politiques la Nouvelle force nationale et la Grande Solidarité Républicaine

Mesdames et Messieurs

Nous vous avons invité ce jour 8 janvier 2024 pour sacrifier d’une part à la tradition de vœux de nouvel an et partager d’autre part avec vous, quelques préoccupations liées à l’actualité politique nationale.

Mesdames et Messieurs

2023 s’est retiré sur la pointe des pieds à la satisfaction de nous tous, nous qui l’avons vécu avec beaucoup de difficultés et donc de souffrance mais surtout avec beaucoup d’amertume.

A tous ceux-là qui sont encore dans la souffrance en cette période de fête, nos pensées vont à eux !

A tous ceux qui, dans les hôpitaux, les commissariats, les prisons, croupissent sous le coup d’une justice injuste, nous sommes de cœur avec eux.

Chers compatriotes,

Que 2024 vous apporte à chacun comme à vos proches, bonheur et joie, santé et prospérité !

Bonne et heureuse année à vous tous.

Cette étape franchie, nous pécherons de rester indifférent à l’actualité politique de notre Pays, le Benin. En effet,

« Nos vies commencent à se terminer le jour où nous devenons silencieux sur les choses qui comptent. » disait Abraham LINCON.

 C’est dans cette logique que le Parti politique Nouvelle Force Nationale (NFN)et la Grande Solidarité Républicaine GSR, ont relevé avec regret et gravité la sortie hasardeuse et inappropriée du premier représentent du parlement, nous voudrions nommer le Président Louis VLAVONOU, Président de l’Assemblée Nationale qui disait à la faveur d’une rencontre avec le ministre béninois de la justice, nous citons: Nous qui sommes ici, nous représentons la nation tout-entière. Ce sont les institutions de la République. Nous sommes comme une assemblée constituante parce que ce qui se discute et ce qui se fait ici est au-delà de nos pauvres personnes. C’est la refonte totale de tout le système « propos ayant provoqué l’indignation de tout le peuple Béninois.

Déclaration du Président Louis VLAVONOU au-delà d’être tendancieuse en ce qu’elle met entre parenthèses la procédure prévue par la constitution elle-même pour sa modification, est un trouble à l’ordre public. Elle pose cinq problèmes qu’il faut dénoncer ici et tout de suite :

  1. La remise en cause du principe fondamental de la séparation des pouvoirs en République du Bénin : en effet, l’initiative d’une loi fut-elle la CONSTITUTION, n’émane que du Gouvernement ou de l’assemblée nationale. Il n’est établi nulle part que les Institutions de la République se réunissent pour réfléchir à l’élaboration d’une loi. Coupole du Gouvernement pour
  2. Le déni de la souveraineté du peuple. Penser que les présidents des Institutions de la République peuvent se substituer au PEUPLE seul détenteur du pouvoir Républicain que lui confère la Nation est une PARJURE, Une méconnaissance des fondamentaux de notre Démocratie.

C’est la meilleure manière de contourner la minorité de blocage à des fins bien connue.

  1. Le complot sur le dos du peuple : en effet, une assemblée constituante est une institution collégiale avec pour tâche la rédaction, ou l’adoption, d’une constitution, c’est-à-dire pouvoirs publics d’un État. Elle est mise en place, en période de crise, texte fondamental d’organisation e transition vers une nouvelle République. Sommes-nous en crise, ou coup d’état constitutionnelle ou dans un processus de transition vers une nouvelle République susceptible d’ouvrir la voie à un troisième Mandant ?
  2. La création d’une nouvelle République : Evoquer la refonte totale du système politique béninois, veut tout simplement exprimer de créer une nouvelle république pour permettre au Chef de la Majorité présidentielle d’occuper un troisième mandat. Cela ne fait plus aucun doute dans l’esprit des Béninois. ‘Propos de Dakpè’

En clair, le Président Louis VLAVONOU a été pris en flagrant délit d’un complot qui se prépare contre le peuple en révélant à la face du monde, le projet machiavélique en construction pour ensevelir la démocratie déjà fragilisée et installer une oligarchie.

5- La complicité de la Cour Constitutionnelle : la présence du Président de la Cour Constitutionnelle, rapporteur général du dialogue politique qui a donné naissance à la constitution en cause, dénote que la Cour est associée à ce projet de démembrement de la démocratie béninoise elle qui devrait être garant de la Constitution, se compromet à travers sa participation à une telle assise informelle.

En témoigne sa décision DCC 24-001 du 4 janvier 2024 à travers laquelle, elle a fait injonction au parlement de modifier les lois électorales : Cette décision à notre sens, ouvre la boite de pandore.

Insidieusement, la Cour offre la possibilité au Parlement dont la majorité absolue est à la solde du pouvoir, de procéder à toutes les modifications à sa guise pour nous faire revivre, les événements tragiques de 2019 et 2021.

Mesdames et Messieurs,

Partant de ces constats, nous, Militantes, militants et sympathisants de la Nouvelle Force Nationale et de la Grande Solidarité Républicaine, prenant témoin, le peuple béninois, tout le peuple Africain et la communauté internationale, dénonçons ce noème coup d’état constitutionnel programmé de

Notre jeune démocratie. Nous disons tous NON à une révision opportuniste de la Constitution

Nous disons NON à un troisième mandat. Non à un démantèlement des fondamentaux de notre République

Le peuple Béninois n’a pas besoin d’une révision constitutionnelle avant 2026.

 Par contre, les Béninois attendent des actions susceptibles de favoriser

L’ouverture des frontières bénino-nigériennes Une gouvernance apaisée, sans armes à feu contre des populations

Déjà meurtries

La libération des prisonniers politiques l’arrêt des poursuites

Politiques et le retour des exilés

L’organisation des élections libres, transparentes et apaisées

L’alternance apaisée au sommet de l’Etat.

Vive la Démocratie

Vive la Nouvelle Force Nationale NFN

Vive la Grande Solidarité Républicaine (GSR-La Main dans la Main)

Vive le Bénin,

Mobilisons-nous parce #étchiko

Je vous remercie

Dernières publications

Championnats du Monde d’athlétisme en salle «Glasgow 2024» : Noëlie Yarigo honore encore le Bénin

Noelie Yarigo est arrivée mardi dernier à Glasgow où elle va participer dès ce...

Éliminatoires CAN 2025: Maroc, leader du développement du football africain 

Le Maroc en tant que leader du développement du football africain : Les éliminatoires...

Promotion du Volontariat au Bénin : L’AnpE sensibilise les jeunes du Zou

L'Agence nationale pour l'Emploi (ANPE) a organisé hier, jeudi 29 février 2024, à Bohicon,...

Spécial Café Environnement : L’identification des nuages, la collecte et l’envoi de données GLOBE au menu

Café environnement, le programme le plus innovant d’éducation environnementale, porté par sa promotrice Inès...

More like this

Championnats du Monde d’athlétisme en salle «Glasgow 2024» : Noëlie Yarigo honore encore le Bénin

Noelie Yarigo est arrivée mardi dernier à Glasgow où elle va participer dès ce...

Éliminatoires CAN 2025: Maroc, leader du développement du football africain 

Le Maroc en tant que leader du développement du football africain : Les éliminatoires...

Promotion du Volontariat au Bénin : L’AnpE sensibilise les jeunes du Zou

L'Agence nationale pour l'Emploi (ANPE) a organisé hier, jeudi 29 février 2024, à Bohicon,...