AccueilBéninDématérialisation du paiement des pensions de retraite au Bénin: Un véritable...

Dématérialisation du paiement des pensions de retraite au Bénin: Un véritable soulagement malgré des couacs…

Publié le

spot_img

La digitalisation des services publics, amorcée au Bénin depuis quelques années, n’a pas laissé sur le carreau, les retraités. Grâce à la dématérialisation du paiement des pensions de retraite, chose effective depuis peu, ces travailleurs admis à faire valoir leurs droits à la retraite peuvent bien pousser un ouf de soulagement. Et ce, au regard des difficultés rencontrées il y a encore quelques mois seulement.

 

“Attention aux personnes âgées de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss)“, pouvait-on lire sur des plaques installées de part et d’autre des bureaux de la Caisse. Loin d’être anodin, ce message traduisait bien la réalité, les risques que devraient affronter les retraités généralement des personnes du troisième âge pour venir percevoir leurs pensions de retraite. En effet, les bureaux de la Cnss étant au bord de grandes voies à Cotonou, il fallait craindre que des retraités se fassent renverser par des véhicules en venant percevoir leurs pensions.

Erigé en face du stade René Pleven à Akpakpa à Cotonou, l’annexe de la Direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) drainait du monde chaque fin du mois. La plupart des retraités résidant dans la capitale économique s’y rendait pour percevoir leurs pensions de retraite. Une affluence qui, bien qu’elle devenait de moins en moins dense après la fin du mois, semblait interminable. “Vous venez très tôt le matin, il y avait déjà du monde et ce ne sont que des personnes âgées donc diminuées physiquement…Certains y passaient toute la journée sans être servis et il fallait revenir le lendemain. C’était vraiment pénible“, témoigne Daffodji Luc, retraité de l’ex Société béninoise de textiles (Sobetex).

Le spectacle était quasi-identique dans le hall de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité Publique et de la Direction Générale du Budget à Cotonou, qui grouillait de monde toutes les fins du mois pour le paiement des pensions de retraite et le retrait des bulletins de visite médicale.

Le spectacle était effectivement désolant car c’était très gênant de voir des personnes âgées dans de longues files d’attente à chaque fin du mois. Lassés et surtout exposés au soleil, elles étaient nombreuses à s’asseoir au bord de la voie et ce, malgré les risques d’accidents de circulation. Outre les formalités qui se révélaient assez contraignantes, selon des témoignages, il fallait également craindre de se faire dérober l’argent perçu. A en croire Moudachirou Bachabi, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), les pensionnés couraient le risque de se faire agresser dans les rues. “Quand la période des pensions arrive, ils (malfrats) se positionnent et dès qu’ils prennent leur argent, ils les dépouillent“, a-t-il confié. Un véritable calvaire pour des agents et fonctionnaires ayant servi pendant trois décennies.

Mais, avec la dématérialisation du paiement des pensions de retraite, tout a été vraiment simplifié pour les retraités au Bénin.

 

Paiement électronique et virement bancaire

 

La dématérialisation du paiement des pensions de retraite est une effectivité au Bénin et les retraités peuvent désormais recevoir leurs pensions en toute discrétion. Désormais, ils peuvent depuis leur résidence en un seul clic accéder à leurs sous.

En effet, si les pensionnés du Fonds national des retraites du Bénin (Fnrb) bénéficient depuis quelques années déjà de l’option du virement bancaire de leurs pensions, ceux de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) en bénéficient désormais. Le virement systématique des pensions de retraite concerne notamment des pensions de montant supérieur ou égal à cinquante mille (50 000Fcfa).

Mais plus important, depuis novembre 2020, les pensionnés reçoivent leurs pensions de retraite par Mobile Money. Selon un communiqué signé du ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni, la mesure de paiement électronique des pensions concerne les pensions d’un montant inférieur à 50.000Fcfa. “…le paiement des pensions de montant mensuel inférieur à cinquante (50 000) francs CFA, se fera désormais, à partir de l’échéance du 1er novembre 2020, sur les comptes « mobile money » détenus par les bénéficiaires auprès des opérateurs GSM“ précise le communiqué.

Fagnon Médard est retraité de l’ex Société béninoise de textiles. Rencontré dans les locaux de la Direction générale de la Cnss, ce pensionné s’est empressé de saluer l’effectivité du paiement électronique des pensions. “C’est un véritable soulagement. Avant, chaque fois que la fin du mois approchait, il fallait commencer à se préparer psychologiquement pour faire face aux difficultés“ a-t-il témoigné avant d’évoquer la situation d’un de ses collègues qui devrait parcourir des dizaines de kilomètres pour se rendre à Cotonou ou Ouidah pour percevoir sa pension chaque mois.

Pensionné du Fonds national des retraites du Bénin (Fnrb), Bruno Koudjangnihoue se réjouit de n’avoir pas connu les longues files d’attentes ainsi que les tracasseries. Pour cet enseignant admis à faire valoir ses droits à la retraite, la dématérialisation du paiement des pensions se révèle être une réforme salutaire. De son côté, Dossa Blaise, retraité de la Direction générale de l’eau estime avoir passé dix mois sans percevoir de pensions mais se réjouit également de la dématérialisation du paiement qui lui permettait de pouvoir accéder à ses pensions au moment voulu et en toute discrétion. “Je prends ce dont j’ai besoin dans mes pensions quand je veux“ témoigne Gisèle Alapini, retraitée de l’administration des pêches.

“C’est une bonne chose…La plupart des retraités étant physiquement diminués, le paiement électronique des pensions devrait les soulager concernant les tracasseries, le fait de devoir gravir des escaliers…De leur propre chambre, ils pourraient percevoir leurs pensions“ reconnait le leader syndical, Moudachirou Bachabi. Et de poursuivre “A la date d’aujourd’hui, personne ne nous a dit qu’il a essayé et qu’il n’a pas eu son argent. Je suppose que les gens continuent d’accéder à leurs pensions comme çà se doit, c’est pourquoi nous n’avons pas reçu de plaintes“.

Grâce à la dématérialisation du paiement des pensions, le pensionné bénéficie plus rapidement de sa pension sans se déplacer et pourra faire son retrait à tous les coins de rue. Une mesure qui vient réduire les tracasseries des pensionnés à travers les nouveaux instruments de paiement.

Dans un documentaire réalisé par la télévision nationale, la secrétaire générale adjointe du ministère du travail et de la fonction publique, Izbath Djaboutouboutou annonce qu’avec ces réformes, les retraités se retrouvent désormais dispensés des formalités administratives protocolaires notamment depuis 2020.

Par ailleurs, le paiement des pensions par mobile money principalement pour les moins de 50 000 FCFA, a contribué à une augmentation du taux de bancarisation des pensions. Selon le gouvernement béninois, pour l’échéance du 1er novembre 2020, plus de 3700 pensionnés sont payés par mobile money soit 30 % de l’effectif attendu dont environ 1700 par MOOV money et 2000 par MTN Mobile money.

 

Des grincements de dents persistent…

 

Quasiment déçue et désespérée à sa sortie des bureaux de la Cnss à Akpaka dans la matinée de ce mardi, 28 novembre 2023, dame Delphine déplore de n’être pas toujours rentrer en possession de sa pension de veuvage du mois alors qu’elle en a déjà besoin. Septuagénaire, cette dernière déplore le virement souvent tardif des pensions.

Même son de cloche de la part de Blaise Dossa, retraité de la Direction générale de l’eau. “On est pratiquement payé au Fnrb bien après le paiement des salaires, notamment autour du 30 ou en début du mois suivant entre le 02, 03, 04 ou le 05 alors que les salaires tombent déjà depuis le 20. Nous sommes payés tardivement, c’est ça qui est un peu gênant“ a-t-il déploré.

L’autre fait que déplorent plusieurs retraités est relatif est l’exigence de la présentation d’un certificat de vie presque tous les trois mois pour les pensionnés. “…ce n’est pas bien pour des retraités“, déplore Blaise Dossa. Ce que confirme Gabin Houndje de la Direction départementale du Trésor du Borgou, dans une interview accordée à Daabaaru Tv. Alors qu’il perçoit le traitement électronique des certificats de vie comme une autre avancée allégeant les tracasseries aux retraités, ceux-ci perçoivent mal, la demande surtout la fréquence de demande de ce document. “c’est comme si les retraités sont appelés à mourir à tout moment“ déplore Médard Fagnon.

Si l’article 6-2 du décret 2021- 641 du 24 novembre 2021 portant règles de coordination des régimes de retraite de la Caisse nationale de sécurité sociale et du Fonds national des retraites du Bénin stipule que “le maintien des droits à prestation est subordonné au contrôle de vie suivant chaque législation“, la périodicité du contrôle n’est pas précisée.

Saisie par courrier, la Caisse nationale de sécurité sociale n’a pas daigné répondre à nos préoccupations. Contactés, le ministère du travail et de la fonction publique ainsi que celui de la digitalisation et du numérique n’ont pu aborder les préoccupations malgré quelques échanges.

 

Cet article a été rédigé par Aziz BADAROU dans le cadre de la Bourse de journalisme sur les IPN organisée par la Fondation des Médias pour l’Afrique de l’Ouest et Co-Develop

Dernières publications

Parakou: Découverte de deux corps sans vie au quartier Wansirou

    Deux corps sans vie avec des blessures mortelles dans le bas-fonds qui traverse Orou-Guérérou....

Musique urbaine et protection de l’environnement : ‘’Les Voix du Monde’’, l’artistique au service du bien-être social

Le projet ‘’Les Voix du monde ‘’, prévu pour se dérouler au mois de...

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 28 FEVRIER 2024

Le Conseil des Ministres s'est réuni mercredi, le Mercredi 28 Février 2024, sous la...

Programme des classes sportives : Encadrants sportifs et professeurs d’EPS du département des Collines en formation

Démarrée samedi, 24 février 2024, à Savalou, la première phase de formation des encadrants...

More like this

Parakou: Découverte de deux corps sans vie au quartier Wansirou

    Deux corps sans vie avec des blessures mortelles dans le bas-fonds qui traverse Orou-Guérérou....

Musique urbaine et protection de l’environnement : ‘’Les Voix du Monde’’, l’artistique au service du bien-être social

Le projet ‘’Les Voix du monde ‘’, prévu pour se dérouler au mois de...

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 28 FEVRIER 2024

Le Conseil des Ministres s'est réuni mercredi, le Mercredi 28 Février 2024, sous la...