TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Couverture linkedln

A+ A A-

Marche synchronisée du Fsp à travers le Bénin : Forte mobilisation..., Toboula enfonce Talon

modeste-toboula

Les militants du Front pour le sursaut patriotique étaient une fois encore dans les rues vendredi 09 mars 2018. Si dans les autres localités du pays, les manifestations se sont déroulées dans l’ordre, à Cotonou, le refus des manifestants d’emprunter l’itinéraire à eux imposé par l’autorité préfectorale, a entrainé la répression sanglante du mouvement par la horde de policiers déployés à cet effet.

Ce fut une première depuis l’arrivée du régime de la rupture au pouvoir.Selon les membres du Front pour le sursaut patriotique, plus de 100.000 manifestants se sont déployés dans les rues sur tout le territoire national, dont plus de 30.000 à Cotonou, 12.000 à Porto-Novo, 10.000 à Abomey, 5.000 à Comè, 7.000 à Parakou…, à l’appel du Front pour le sursaut patriotique (FSP), pour cette « première journée d’action ». C’était une mobilisation sociale et politique record réalisée par le Fsp en synchronisation dans la même journée et dans les grandes villes du pays comme Cotonou, Parakou, Comè, Porto-Novo, Abomey et dans bien d’autres localités du pays. Déjà autour de 9 heures,le leader du Parti pour la libération du peuple (Plp), Léonce Houngbadji, avait annoncé à l’Agence France Presse (Afp) «plus de 10.000 personnes à Cotonou», contre la gouvernance sociale, politique et économique du chef de l’Etat. Arrivée au carrefour de la Marina, les forces de l’ordre, armées jusqu’aux dents, ont empêché les manifestants de poursuivre leur marche,leur imposant l’itinéraire défini par la préfecture de Cotonou,la veille de la manifestation, complètement dans la soirée, sans consulter les organisateurs. Déterminés, les manifestants aux mains nues, ont refusé de respecter les injonctions du préfet Modeste Toboula arrivé sur les lieux dans la foulée.C’est ainsi que la police a fait usage  de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour empêcher les manifestants de poursuivre le mouvement. Des balles réelles auraient même été constatées par plusieurs observateurs d’organisations de Droits de l’Homme sur place. Une dizaine de manifestants et deuxpoliciers ont été blessés au cours des échauffourées provoquées par la présence du préfet sur les lieux et les ordres donnés devant les caméras aux forces de l’ordre de « tirer sur les populations pour les disperser ». Un meeting a tout de même été tenu à la Bouse du travail à l’issue duquel, une délégation du comité de suivi du Fsp a échangé pendant deux heures, avec deux diplomates étrangers accrédités près le Bénin et des autorités religieuses et morales, qui s’inquiètent de l’évolution de la situation sociopolitique et économique dans le pays.

M.M.

Dernière modification lemardi, 13 mars 2018 04:59
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !