TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banner-CASH AND ART- 22

A+ A A-

Classement mondial de la liberté de presse 2018 : Le Bénin en chute libre sous la Rupture

Aurelie-Adam-Soule-Zoumarou

(De la 78è à la 84è place, selon Rsf)
Sous la Rupture et le Nouveau Départ de Patrice Talon, la liberté de presse est mise à rude épreuve au Bénin. C’est du moins ce qui ressort du classement fait cette année par l’organisation Reporters sans frontières (Rsf). En effet, sur les 180 pays évalués au plan mondial, le Bénin occupe la 84è place contre la 78è en 2017 ; soit (-)6 points. Une reculade  pour ne pas dire que le pays a perdu des plumes.  Ce triste tableau est dû, entres autres, à la fermeture d’organes de presse privés, des difficultés d’accès aux médias de service public. Le cas de la chaîne Sikka Tv appartenant à l’opposant politique et homme d’affaires, Sébastien Ajavon, toujours fermée malgré une décision de justice qui a demandé sa réouverture et la monopolisation de la chaîne du service public par le pouvoir, et ce au mépris des opposants au régime, sont des facteurs qui confortent Rsf dans son classement. Cependant ; même si certains journalistes subissent des condamnations sans être jetés en prison, l’effectivité de la promesse de campagne du chef Patrice Talon sur la dépénalisation des délits de presse est toujours attendue. Il faut rappeler que l’organisation Reporters sans frontières «assure la promotion et la défense de la liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde».

Cyrience KOUGNANDE

Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Rang    Pays                  Score
1           Norvège              7,63
2           Suède                 8,31
3           Pays-Bas          10,01
4           Finlande            10,26
5           Suisse               11,27
6           Jamaïque          11,33
7           Belgique            13,16
8           Nouvelle-Zélande    13,62
9           Danemark         13,99
10         Costa Rica        14,01
11         Autriche             14,04
12         Estonie              14,08
13         Islande              14,10
14         Portugal            14,17
15         Allemagne         14,39
16         Irlande               14,59
17         Luxembourg      14,72
18         Canada             15,28
19         Australie            15,46
20         Uruguay            15,56
21         Surinam            16,44
22         Samoa              16,69
23         Ghana               18,41
24         Lettonie             19,63
25         Chypre              19,85
26         Namibie            20,24
27         Slovaquie         20,26
28         Afrique du Sud          20,39
29         Cap-Vert           20,39
30         Liechtenstein    20,49
31         Espagne            20,51
32         Slovénie            21,69
33         France              21,87
34         République Tchèque 21,89
35         Organisation des États de
    la Caraïbe orientale    22,11
36         Lituanie              22,20
37         Andorre              22,21
38         Chili                    22,69
39         Trinité-et-Tobago  22,79
40         Royaume-Uni    23,25
41         Burkina Faso     23,33
42         Taïwan                23,36
43         Corée du Sud     23,51
44         Roumanie          23,65
45         États-Unis          23,73
46         Italie                   24,12
47         Belize                 24,55
48         Botswana           25,29
49         Comores             25,30
50         Sénégal              25,61
51         Tonga                25,68
52         Argentine           26,05
53         Papouasie-Nouvelle-Guinée       26,19
54         Madagascar       26,20
55         Guyana              26,25
56         Maurice              26,45
57         Îles Fidji             26,55
58         Pologne             26,59
59         République Dominicaine 26,79
60         Haïti                   26,82
61         Géorgie              27,34
62         Bosnie-Herzégovine      27,37
63         Niger                  27,40
64         Malawi               27,43
65         Malte                  27,44
66         Salvador            27,78
67         Japon                 28,64
68         Lesotho              28,78
69         Croatie                28,94
70         Hong Kong         29,04
71         Mongolie            29,05
72         Mauritanie          29,09
73         Hongrie              29,11
74         Grèce                 29,19
75         Albanie              29,49
76         Serbie                29,58
77         Chypre du nord  29,59
78         Kosovo               29,61
79         Sierra Leone      29,98
80         Arménie             29,99
81         Moldavie            30,01
82         Côte d’Ivoire      30,08
83         Guinée-Bissau   30,09
84         Bénin                  30,16
85         Seychelles         30,17

86         Togo                  30,23
87         Israël                  30,26
88         Pérou                 30,27
89         Liberia                30,33
90         Nicaragua           30,41
91         Panama             30,56
92         Équateur            30,56
93         Tanzanie            30,65
94         Bhoutan             30,73
95         Timor oriental    30,81
96         Kenya                30,82
97         Tunisie               30,91
98         Kirghizistan        31
99         Mozambique      31,12
100         Liban                31,15
101         Ukraine            31,16
102         Brésil               31,20
103         Monténégro     31,21
104         Guinée            31,90
105         Koweït             31,91
106         Népal              32,05
107         Paraguay        32,32
108         Gabon             32,37
109         Macédoine      32,43
110         Bolivie             32,45
111         Bulgarie           35,22
112         République Centrafricaine        35,25
113         Zambie            35,36
114         Congo-Brazzaville    35,42
115         Mali36,15
116         Guatemala     36,17
117         Ouganda        36,77
118         Afghanistan    37,28
119         Nigeria            37,41
120         Maldives         37,95
121         Angola            38,35
122         Gambie          38,36
123         Tchad             38,45
124         Indonésie        39,68
125         Qatar              40,16
126         Zimbabwe       40,53
127         Oman             40,67
128         Emirats Arabes Unis   40,86
129         Cameroun      40,92
130         Colombie        41,03
131         Sri Lanka         41,37
132         Jordanie          41,71
133         Philippines      42,53
134         Palestine         42,96
135         Maroc / Sahara occidental       43,13
136         Algérie             43,13
137         Birmanie          43,15
138         Inde                 43,24
139         Pakistan          43,24
140         Thaïlande        44,31
141         Honduras        45,23
142         Cambodge      45,90
143         Venezuela       46,03
144         Soudan du Sud       46,88

145         Malaisie          47,41
146         Bangladesh48,62

147         Mexique48,91
148         Russie49,96
149         Tadjikistan50,06
150         Ethiopie50,17
151Singapour50,95
152Swaziland51,46
153Brunei51,48
154République démocratique du Congo51,60
155Bélarus52,59
156Rwanda52,90
157Turquie53,50
158Kazakhstan54,41
159Burundi55,26
160Irak56,56
161Egypte56,72
162Libye56,79
163Azerbaïdjan59,73
164Iran60,71
165Ouzbékistan60,84
166Bahreïn60,85
167Yémen62,23
168Somalie63,04
169Arabie Saoudite63,13
170Laos66,41
171Guinée Équatoriale66,47
172Cuba68,90
173Djibouti70,77
174Soudan71,13
175Vietnam75,05
176Chine78,29
177Syrie79,22
178Turkménistan84,20
179Erythrée84,24
180Corée du Nord88,87

En savoir plus...

Biennale de Dakar : L’Uemoa outille des journalistes culturels

journalistes

Des journalistes des huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa ) sont réunis à Dakar, la capitale sénégalaise depuis le dimanche 22 avril dernier. Ils sont au pays de Léopold Sédar Senghor pour acquérir des notions en critique d’art, en prélude à la grand’messe de l’art, Dak’Arts qui va se tenir du 03 mai au 02 juin 2018. Le lien entre l’Uemoa et quelques journalistes passionnés par les questions culturelles et la circulation des œuvres de l’esprit dans l’espace a été scellé en Novembre 2016. L’Union les a conviés à Ouagadougou, après des rencontres avec des spécialistes de plusieurs autres domaines de l’art et de la culture. Comme ces professionnels, les journalistes ont été impliqués dans une initiative révolutionnaire : le programme régional de développement culturel (Prdc-Uemoa) devenu entretemps Pdc-Uemoa. A cette réunion de l’hôtel Splendid, les enjeux du plan ont été exposés aux journalistes représentants les huit pays de l’Union. Convaincus de la place importante qu’occupent l’art et la culture dans les priorités de l’Uemoa et surtout de la nécessité pour les créateurs d’œuvres de l’esprit de vivre de leur métier, les spécialistes de la culture dans les médias ont épousé l’idée. Il a été mis sur pied à Ouagadougou en novembre 2016, le Réseau des journalistes culturels pour le Pdc-uemoa. La rencontre de Dakar s’inscrit dans la logique de l’accompagnement par ces journalistes de tous les événements soutenus par l’Uemoa.

La Biennale de Dakar pour commencer…

A quelques jours de l’ouverture de Dak’Arts, la Biennale qui fait du Sénégal un grand marché de l’art, tous les deux ans, les journalistes culturels participent à un atelier où seront mis à leur disposition, des outils afin de mieux apprécier les œuvres d’art. L’atelier de critique d’art démarré le lundi 23 avril va prendre fin, vendredi prochain. A travers ce séminaire de formation, la Commission de l’Uemoa entend renforcer les capacités des membres du Réseau en analyse des arts visuels et reportage d’exposition. Cette formation va mettre les participants à niveau, sur l’actualité artistique internationale et africaine. Différentes disciplines dont la peinture, la sculpture, la gravure et la photographie entre autres, sont revisitées. Et, le profil des formateurs désignés est un atout important pour la réussite de l’apprentissage. Cours théoriques, visites de galeries, de maisons de l’art et d’expositions sont mis à contribution pour faciliter l’acquisition du savoir. L’atelier sur la critique d’art de Dakar, ne sera pas le dernier. Avant le Fitheb au Bénin, la Masa en Côte d’ivoire ou encore le carnaval de Bissau, d’autres techniques seront enseignées aux journalistes culturels de l’Uemoa.

Yves-Patrick LOKO (Collaboration depuis Dakar)

En savoir plus...

Championnat d’Afrique de Karaté zone 3 : Le Bénin finit 3e avec 06 médailles en or

karate-zone-3

Les karatékas béninois ont pris part du 20 au 21 avril dernier, à l’édition 2018 du Championnat d’Afrique de karaté de la zone 3. Au terme de cette compétition qui a eu pour cadre, la salle des arts martiaux de l’Institut des sciences du sport et du développement hum.3ain (Issdh) au Burkina Faso, le Bénin a terminé 3e avec 20 médailles dont six en or, cinq en argent, et neuf en bronze.

Les représentants béninois ont encore prouvé qu’ils sont  ascendants. De compétition en compétition, ils montrent leur savoir-faire et essayent de se hisser sur le podium. A Ouagadougou, les karatékas ont encore relevé leur niveau de jeu sur le tatami en terminant à la troisième place au terme de la compétition. Ceci, avec 20 médailles dont six en or, cinq en argent, et neuf en bronze.Toutefois, cette performance n’est pas du goût de Rock Quenum, président de la Fédération béninoise de karaté (Fbk). A l’en croire, la sélection béninoise doit vite se reprendre pour de meilleurs résultats. «Nous avons du pain sur la planche. Nous devrons retrousser nos manches pour parvenir à de meilleurs résultats», a-t-ilaffirmésurbeninwebtv. «Je n’éprouve aucune satisfaction»,confie-t-il.

Le Burkina Faso, roi au bercail…

Devant son public, le Burkina Faso a ravi la vedette aux autres pays pour la 2e fois de suite. Avec une moisson de 29 médailles, il vient en tête du classement général avec 12 médailles en or, six en argent, et 11 en bronze. Une performance qui permet au Burkina Faso d’asseoir sa suprématie dans la Zone 3 parlant du karaté. On retrouve à la deuxième place, les Mena du Niger devant le Bénin, la Côte d’Ivoire, et le Togo. Le Nigéria a participé à la compétition sans athlètes, mais avec des arbitres et des officiels. Notons que le prochain Championnat de la zone 3 aura lieu au Nigéria.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Affaire « Terminaux à Conteneurs à Lomé et Conakry » : Bolloré est-il serein ?

Vincent-Bollore

Hier, mardi 24 février 2018, l’industriel français Vincent Bolloré  a été entendu dans les locaux de la police judicaire de Nanterre. Que reproche-t- on au milliardaire français ?  Il s’agit d’une information judiciaire ouverte pour cerner le fondement de lourds soupçons de corruption qui auraient entaché  des activités portuaires du groupe à Lomé et à Conakry. Au cœur de l’information judiciaire, une question centrale : « La concession des terminaux à conteneurs  pour le compte du groupe Bolloré à Lomé (TOGO) et Conakry (GUINEE) a-t-elle été régulière ? »  Le groupe de l’industriel va à la bataille de l’opinion (I) à travers un communiqué et laisse entrevoir une sérénité à géométrie variable de l’industriel français (2)

I. La bataille de l’opinion

Une communication de crise est vite mise en branle. Le  groupe Bolloré tente un apaisement de l’opinion à travers un communiqué de presse rendu public. Que faut-il retenir ? Tout sauf la sérénité. L’accroche du texte explicatif en dit long. La filiale du groupe tient à informer l’opinion que l’auteur a un passé judiciaire qui en dit long. C’est ainsi qu’il rappelle qu’il s’agit  «  de  facturations de prestations de communication en Guinée et au Togo portant sur les années 2009 et 2010, ». Mais le groupe tient à informer sur l’identité judicaire du plaignant.

Il s'agit d'un ancien collaborateur condamné pour détournement d'actifs à 3 ans et 9 mois d'emprisonnement ferme et environ 10 millions d'euros de dommages et intérêts. Cela s’appelle en dissertation française, un hors-sujet parfait.
C’est en deuxième paragraphe, que la sérénité qui a disparu réapparaît. Le  Groupe  bombe le torse pour  opérer le démenti classique. Et voilà la formule consacrée lâchée sans crier gare : « Le Groupe Bolloré dément formellement que sa filiale de l'époque SDV Afrique ait commis des irrégularités. Les prestations relatives à ces facturations ont été réalisées en toute transparence. L'audition de ses dirigeants permettra d'éclairer utilement la justice sur ces questions qui ont fait l'objet d'une expertise indépendante qui a conclu à la parfaite régularité des opérations. ». C’est donc un communiqué de démenti qui ne va pas plus loin que le mot démenti. La justice ne travaille pas avec du bruit. Il n’en demeure pas moins que l’affaire ne vient que de commencer. A Lomé comme à Conakry, le proverbe africain est constant comme quoi  quand l’aguille va tirer le fil celui-ci tirera le pagne. C’est donc une affaire.

Faut-il croire que l’opinion se trompe lourdement de connaissance du secteur de l’industriel au point  de faire une jonction entre  les opérations de communication et la concession des terminaux à Conakry et Lomé ?  Il y a dans cette sortie du groupe Bolloré quelques arguments de trop quasi non nécessaires. Ainsi, le Groupe rappelle qu’il a  été créée il y a    195 ans, et  ferait  partie des 200 premiers groupes mondiaux  avec comme emplois  80 000 personnes.   On est tenté de se demander : le lien avec l’affaire est où ? Au principal, l’industriel Vincent Bolloré n’est pas serein.

II. Une sérénité à géométrie variable

Autant le Groupe Bolloré parle d’amalgame  autant il entretient la confusion dans les esprits. Le soupçon reste le soupçon. La matière en question est la corruption dont les facettes inconnues du public sont susceptibles d’être révélées par l’autorité  judiciaire compétente. Pour l’instant, tout le monde est soumis à l’observance des précautions en la matière. Pas de vindicte médiatique. Pas de procès d’intention. Mais place à la curiosité qui nourrit l’investigation et l’analyse.  C’est le Groupe Bolloré qui entretient l’angoisse avec beaucoup de profession de foi de transparence. L’insistance quasi bruyante de ce que «  Havas, depuis plus d'un demi-siècle, apporte son expertise en communication à des campagnes politiques dans le monde entier et dans des conditions de transparence irréprochables est suspecte. En étalant ses prouesses en Afrique le Groupe Bolloré agit sur le cœur de qui ? Les autorités judiciaires ou les Présidents africains ?

A y voir de près l’industriel français fait semblant d’être serein. Et pourtant il  a besoin de quiétude  car il  a fait de l’Afrique son nouvel empire .Il y est depuis plus d’une trentaine d’années. Il gère  16 ports maritimes et une vingtaine de ports secs. Il y a de quoi à défaut d’être serein d’être inquiet.

TAUYE DE SAINT HOUNGNIBO
EDITORIALISTE
DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES

En savoir plus...

Défis et réformes sécuritaires en Afrique de l’Ouest : De la porosité des frontières, un fait à endiguer

frontiere

Le dictionnaire ‘’Le petit Robert’’ la définit comme la limite séparant deux États. Quelqu’un a dit : «la frontière, avant d’être une ressource, est une protection. Les gens ne migrent pas pour des raisons économiques mais d’abord pour être protégés ou avoir une vie meilleure». Si frontière égale protection, son importance pour un pays n’est plus à démontrer. Ceci va s’en dire que, quand on doit parler de la sécurité d’une nation, cela part d’abord de l’efficacité de ses frontières. Donc, des services de douane, police, et les services de contrôle sanitaire. Les menaces terroristes par ci, les épidémies par là, et les divers trafics et fleaux en tout genre (armes, humain, braconnage, grand banditisme)  etc, ne laissent pas le choix. Seulement, au Bénin, pouvons-nous nous targuer d’avoir des frontières sécurisées?  Quand un Nigérian porteur du virus Lassa peut traverser la frontière pour venir contaminer des Béninois; quand un malfaiteur poursuivi en arrive quand même à traverser des frontières; quand des médicaments proscrits, des stupéfiants, passent pourtant par les frontières, peut-on encore parler de protection? Au Bénin,  la porosité des frontières est un fait. Le défi se veut grand et les réformes urgentes.

Pour des raisons historiques, sociologiques, et du fait de la faiblesse des états (moyens de contrôle), nos frontières, notamment en Afrique, ne le sont que de nom. Plus encore dans la zone du sahel, haut-lieu de tous les trafics  (trafic de drogue, d’armes, d’êtres humains, d’animaux), lâche d’un trait  Hervé Hounwanou, agent au Ministère de la défense. Pour cet officier des Forces armées béninoises, un pays qui a 1 million 200m2  de superficies et moins de 40.000 hommes  police et armée réunies ne peut efficacement arriver à contrôler toutes ses frontières notamment dans le désert. Dans le monde actuel où, fait-il remarquer, la tendance est à la suppression des barrières et à plus d’échanges entre les nations, l’assurance sécuritaire a été abandonnée au profit de l’économie. C’est une balance, un équilibre fondamental a trouvé et on ne peut gagner sur tous les plans. «L’exemple de la liberté de circulation en Europe a permis aux terroristes de frapper le 13 novembre 2015 à Paris à 20h et d’aller se réfugier et passer la nuit à Moleenbeek en Belgique. L’Europe gagne économiquement à fluidifier la circulation des personnes et des biens mais perd en assurance sécuritaire», confie cet agent du Ministère de la défense.

Des approches de solutions

Aux dires du Capitaine Hervé Hounwanou, un juste milieu peut être trouvé mais est lié à une volonté politique clairement affichée de sélectionner des domaines sensibles et d’y mettre les moyens conséquents. «On peut ne pas bloquer les frontières et faciliter la circulation des gens. Mais, par exemple, on peut renforcer tant soit peu, les contrôles à l’aide de brigades canines en nombre suffisant pour détecter toute trace de drogue par exemple; avoir des caméras d’identification qui vous détectent les plus grands trafiquants ou individus dangereux dont tous les États auraient contribué à la création d’un fichier international», propose l’homme. Le cas de la Côte-d’Ivoire entourée par deux pays infectés par le virus Ebola comme la Guinée Conakry et le Liberia et proche de la Sierra Léone mais qui a vécu toute la période de cette épidémie en 2013-2014 sans pourtant avoir enregistré un seul cas sur son sol malgré la libre circulation aux frontières, est cité en exemple. Tout a été donc, question d’une vision stratégique, et des moyens utilisés pour y faire face, notamment, le déploiement aux frontières d’une batterie de mesures de contrôle. «Si le Lassa se déclare au Nigéria  dans une localité frontalière avec le Bénin et nous avions les moyens, étant donné surtout que nous connaissons déjà les points focaux habituels de cette maladie, une réaction prompte dans la zone frontalière avec un contrôle assidu des mouvements et des batteries-tests effectués sur les personnes en mouvement va certainement moins nous exposer aux différentes crises. Mais là encore, c’est le manque de moyens», affirme Hervé Hounwanou. En réalité, à l’entendre, puisqu’il faut se développer, les frontières ne peuvent être fermées mais sur le plan sécuritaire, une plus grande collaboration entre toutes les forces de sécurité des pays voisins permettra de mieux cerner les défis sécuritaires, du genre  Interpol, et la création de différents fichiers en partage pour maîtriser les principaux contrevenants dans tout domaine. Le renforcement des dispositifs sanitaires de contrôle aux frontières, certes ouvertes mais dotées de moyens sophistiqués de contrôle et d’identification des signaux d’alerte, rendra plus sûre cette zone de passage.

Aussi…

«La porosité des frontières est une donnée qui perdura longtemps car lesdites frontières n’ont pas été tracées par ceux qui en sont les dépositaires aujourd’hui mais par des gens venus d’ailleurs, ne comprenant rien fondamentalement aux réalités endogènes et sociales des peuples colonisés qu’ils ont administrés longtemps», fait observer le titulaire du grade de Master des écoles de Saint Cyr Coetquidan en France. Il nous revient, va-t-il alors proposer, de diminuer le caractère poreux des frontières en faisant un maximum d’effort mais en même temps, en privilégiant la libre circulation des personnes et des biens. En réalité, poursuit le Capitaine, un pays comme le Benin qui vit entre autres du commerce avec la première puissance africaine, le Nigéria, ne peut, sous prétexte de lutter contre Lassa, par exemple, fermer ses frontières dans des contrôles excessifs et longs. C’est une situation bonne avec son relent de mauvais côtés. «Il faut prendre les deux», conseillera Hervé Hounwanou.

Cyrience KOUGNANDE

En savoir plus...

Bibliothèque d’Alexandrie/Défis de l’Afrique moderne : La thérapie de Nicéphore Soglo aux Etats africains

nicephore-soglo

L’ancien président du Bénin, Nicéphore Dieudonné Soglo, a séjourné en Egypte du 17 au 19 avril 2018 où, il a participé au Conseil d’administration de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie. Au cours des assises, des réflexions ont été menées sur le maintien et la réhabilitation de la Bibliothèque d’Alexandrie (l’une des sept plus grandes et vieilles bibliothèques du monde), la revue de la charte du Conseil d’administration de la Bibliothèque d’Alexandrie, et le budget de la modernisation de l’infrastructure. Ce fut aussi l’occasion pour le vice-président du Forum des anciens chefs d’Etats et de gouvernements africains, d’être reçu en audience par Abdel Fattah Al-Sissi, président de la République Arabe d'Égypte. Entres autres sujets au menu, le probable changement de la capitale égyptienne. El Alamein, terre africaine où Napoléon posa les pieds, peut bien remplacer le Caire.

L’appel de Soglo…

Profitant de son voyage,Nicéphore Dieudonné Soglo va lancer un appel aux Etats africains. Un appel à la fin de la balkanisation de l’Afrique noire. «Marchons…résolument vers l’union, vers la fédération, vers la terre promise. Tout en sachant désormais que les richesses naturelles peuvent porter malheur, être source d’instabilité, de rébellion ou même de guerre», confie-t-il.«L’Afrique au Sud du Sahara est la deuxième région exportatrice de pétrole après le Moyen-Orient», affirme l’ancien chef d’Etat. Elle possède, selon son propos, le tiers des ressources minières de la planète, et ses forêts constituent l’un des plus grands réservoirs d’essences tropicales. Les forêts du bassin du Congo sont le second puits de carbone du monde après l’Amazonie etla rareté des terres agricoles sur la planète font de l’espace africain l’objet de toutes les convoitises. Pour Nicéphore Dieudonné Soglo donc, l’Afrique, doit prendre conscience de ses potentialités et travailler à son indépendance effective. Indépendance tant sur le plan monétaire, militaire,que maritime. Une monnaie et une armée uniques pour toute l’Afrique, à l’instar des Etats-Unis d’Amérique, restent un choix de l’ancien président du Bénin.

C.K

En savoir plus...

Royaume-Uni : Un troisième «royal baby» est né

royal-baby

Kate, l'épouse du prince William, a donné naissance ce lundi 23 avril au troisième enfant du couple. Le palais de Kensington a annoncé que la duchesse de Cambridge avait accouché « sans problème d'un garçon à 11h01 ». Son nom sera rendu public « en temps voulu ».

Désormais rompus à l'exercice, Kate et William sont apparus tout sourire en haut des marches de la maternité de St. Mary. Radieux, le couple s'est laissé volontiers photographier en compagnie de leur second fils, un gros poupon de 3,8 kg, endormi dans les bras d'une duchesse de Cambridge maquillée et coiffée avec soin, portant robe rouge éclatante et talons hauts, elle qui avait accouché à peine quelques heures plus tôt.

Dès la nouvelle connue, un crieur public en habit rouge et chapeau à plume était venu « officialiser » l'arrivée du troisième bébé Cambridge toute cloche dehors. Souhaitant longue vie au petit garçon, il a rappelé qu'il était désormais cinquième dans l'ordre de succession après son grand-père, le prince Charles, son père William, son grand frère George et sa grande sœur Charlotte.

Les deux aînés, âgés de quatre et deux ans, ont quant à eux fait sensation en arrivant en compagnie de William à l'hôpital pour faire connaissance avec leur petit frère. Charlotte s'est attirée les faveurs de la foule en saluant avec assurance dans la plus pure tradition royale.

Comme pour ses frère et sœur, on ne devrait pas connaître les prénoms du bébé avant un ou deux jours. Mais déjà parmi les favoris des parieurs figurent Arthur, Albert, Frederick ou encore Philip, du nom de son arrière-grand-père, le mari de la reine, qui s'apprête à fêter ses 97 ans en juin.

rfi.fr

En savoir plus...

Algérie : Le Fln renouvelle son appel à un 5e mandat de Bouteflika

Bouteflika

En Algérie, le parti présidentiel du Front de libération nationale (FLN) a confirmé samedi 21 avril son appel en faveur d'un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika. Le 7 avril, le secrétaire général du FLN avait déjà publiquement fait part de son souhait de voir le président algérien, âgé de 81 ans, de rester au pouvoir au-delà de 2019. Pour le FLN, il s'agit de poursuivre « l'œuvre » du président.

« Garantir la continuité pour la sécurité du pays ». C'est en ces termes que le FLN a justifié ce week-end son nouvel appel lancé au chef de l'Etat. Le parti de libération met aussi en avant le désir de ses militants et l'intérêt des générations montantes.

Depuis le 7 avril, le FLN se positionne donc sans ambiguïté. Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a lui aussi fait le vœu de voir le président rester au pouvoir. Le seul à ne pas avoir donné son avis, c'est finalement Abdelaziz Bouteflika lui-même. Coïncidence ou pas, il a simplement inauguré il y a quelques jours deux nouvelles stations de métro et une mosquée historique, comme pour montrer qu'il était toujours aux affaires. Cependant, lors de cette sortie, le chef de l'Etat n'a fait aucune déclaration.

Depuis son accident vasculaire cérébral il y a cinq ans, le chef de l'Etat ne s'est quasiment plus exprimé en public. En 2014, sa candidature à un quatrième mandat avait déjà surpris. Abdelaziz Bouteflika n'avait pas pu tenir de meetings et avait dû faire campagne par procuration.

Aujourd'hui, dans les déclarations de ceux qui le soutiennent, son état de santé et son âge ne sont pas un sujet. Sur la question, la position officielle est régulièrement réitérée, à savoir que le président suit l'actualité et c'est lui qui dirige le pays.

rfi.fr

En savoir plus...

Etats-Unis : Macron à Washington pour une visite d'Etat de trois jours

Donald-Trump-et-Emmanuel-Macron

Emmanuel Macron est arrivé à Washington ce lundi 23 avril en début d'après-midi. C'est la première réception du président français par son homologue américain Donald Trump. Entre les deux dirigeants, les sujets ne vont pas manquer et notamment ceux qui divisent, à commencer par la question du nucléaire iranien.

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte sont arrivés à Washington, pour la première visite d'Etat de l'ère Trump. Un honneur salué dès sa descente d'avion par le chef de l'Etat, en anglais puis en français. « Nous avons, les Etats-Unis comme la France, une responsabilité toute particulière au moment qui est aujourd’hui le nôtre. Nous sommes des garants du multilatéralisme contemporain et je crois que nous avons, à travers ces échanges, beaucoup de décisions à prendre et à préparer », a déclaré le président français.

Trois jours de visite très protocolaire : tapis rouge, petits plats dans les grands, pour célébrer l’amitié franco-américaine mais également l’excellence de la relation personnelle entre les deux chefs d’Etat.

Cela commence dès ce lundi soir avec un dîner privé très glamour dans la résidence historique de Georges Washington à Mount Vernon. Et c’est seulement ce mardi que les deux présidents aborderont, à la Maison Blanche cette fois, les sujets qui fâchent,notamment l’Iran mais également les relations commerciales.

Objectif pour Emmanuel Macron : mettre à profit leur complicité, leur relation privilégiée pour tenter d’infléchir si possible les positions de son homologue américain.

rfi.fr

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !