TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Hounnonkpè à propos de l’assassinat d’un libanais : « La police a été appelée 2h de temps après le crime »

Nazaire-Hounnonkpe

Le Directeur général de la Police républicaine, Nazaire Hounnonkpè a réagi, sur les antennes de Frissons radio ce lundi, 12 février 2018. Il s’est prononcé sur l’assassinat d’un libanais à la Haie-vive à Cotonou. Dans son intervention, le général Hounnonkpè a balayé du revers de la main, les accusations portées contre la Police républicaine. En effet, d’après les confidences des voisins de la victime, les éléments de la police n’auraient pas réagi promptement, bien qu’ils soient alertés. Ce qui ne serait pas fondé, selon le Directeur de la police républicaine.
« La réaction de la police a été prompte. Si non, les sanctions seraient déjà tombées. ...la police a été alertée aux environs de 3h du matin. Cela veut dire qu’ils ont opéré, ils ont eu le temps de partir avant que les voisins n’alertent la police. Il y a le 166 qui est un appel gratuit. Si le voisinage avait appelé, la police serait arrivée sur les lieux. Au carrefour de l’église Bon Pasteur, les agents sont là. Au niveau de la mosquée Cadjèhoun, les agents étaient également là. Dire que la police n’a pas réagi, je crois que les gens cherchent la bête noire là où il n’y en a pas. Aujourd’hui, la police n’a aucune excuse à ne pas aller au secours des populations promptement parce que le gouvernement fait des efforts pour mettre les moyens. L’enquête suit son cours et les individus seront rattrapés. Nous sommes déterminés à élucider ce crime » a-t-il soutenu. Quant aux probables sanctions à l’endroit des forces de l’ordre concernant ce crime crapuleux, Nazaire Hounnonkpè estime qu’il n’y a aucune faute commise qui mériterait de sanctions. A l’en croire, les éléments de la police n’ont été alertés que deux heures après le crime mais ils ont réagi promptement même si les assassins avaient eu déjà le temps de disparaitre dans le noir. Certes, il y avait des patrouilles dans les environs mais ces dernières ne pouvaient pas deviner qu’il ait un crime qui se commet à l’intérieur d’une maison et que personne n’appelle au secours, a-t-il clarifié avant de souligner que contrairement à ce qui se dit sur les réseaux sociaux, il ne s’agit pas d’un braquage parce qu’il n’y a pas eu d’usage d’armes. La victime a été donc achevée, selon lui, à coups de gourdins. En attendant d’utiliser les indices à la disposition de la police pour rattraper les auteurs du crime, le général Hounnonkpè évoque la thèse d’un coup monté de l’intérieur. « Ce crime lorsque nous allons l’élucider, vous allez comprendre qu’il s’agit d’un truc un peu domestique », laissa-t-il entendre. Faut-il le rappeler, des individus non encore identifiés ont abattu froidement un libanais du nom de Kheir Michel Kheir dans sa résidence avant de s’emparer d’une importante somme dans la nuit du vendredi au samedi dernier. Avant de commettre leur forfait, ces individus malintentionnés auraient pris d’abord le soin de ligoter et d’assassiner son gardien. Ce n’est qu’après que ces malfrats aient disparu dans le noir que, la femme de la victime (le libanais) a pu alerter les voisins.

Aziz BADAROU

Pourquoi la Police ne peut pas se dédouaner

De l’explication donnée par le Directeur général de la Police républicaine, il ressort qu’aucune faute n’est à imputer aux forces de l’ordre en ce qui concerne l’assassinat du Libanais et de son gardien. Son principal argumentaire est que la Police a été appelée 2h de temps après le crime et que les malfrats avaient déjà disparu dans le noir. Même si cette version des faits est battue en brèche par des voisins du Libanais assassiné pour qui le Gal Hounnonkpè a fait économie de vérité, on sait tous que la Police n’est pas là que pour surgir dans le feu de l’action. La Police c’est aussi le renseignement. Et rien que sur cet aspect, Nazaire Hounnonkpè et les siens ont complètement foiré. Voilà un hold-up meurtrier qui a été planifié et exécuté à 1h du matin en pleine agglomération de Cotonou, dans quartier huppé comme la Haie-Vive et la Police n’y a vu que du feu. Or, par le passé, nombre de braquages ont été tués dans l’œuf parce que la Police a anticipé. Elle est allée surprendre les hors la loi en pleine préparation de leur coup. C’est cette même Police qui, lorsque de telles opérations s’avèrent une réussite, invite micros et caméras pour vanter leur exploit. Qu’est-ce qui n’a pas marché cette fois-ci pour que les forces de l’ordre n’aient pas eu vent de l’imminence d’une telle opération ? C’est vrai que l’insécurité zéro n’existe nulle part. Mais quand un hold-up de cette ampleur est perpétué en pleine ville, le Directeur général de la Police républicaine, au lieu de chercher à dédouaner ses hommes, devrait plutôt se poser  la question de savoir ce qui n’a pas marché dans son dispositif d’alerte. C’est quand même deux hommes qui ont été froidement assassinés et des milliers de millions volatilisés. Espérons que la Police va se rattraper en allant déloger de leur cachette les auteurs de ce crime crapuleux.

Dernière modification lemercredi, 14 février 2018 05:48
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !