TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Ccib/Fonds de garantie Trie, gestion 2018 : Satchivi contraint de surseoir à son exécution

Jean-Baptiste-Satchivi

Les nombreuses alertes du quotidien Matin Libre sur la gestion solitaire de la Ccib par son président Jean-Baptiste Satchivi commencent par donner des fruits. Qu’il vous souvienne que dans un article publié, mardi 26 décembre 2017,  intitulé : « Fonds de garantie Trie : Le budget de discorde entre Satchivi et l’Assemblée consulaire », Matin Libre avait dénoncé le non respect des textes et du Règlement intérieur  de la Ccib et dont la manifestation est la décision unilatérale du président Jean-Baptiste Satchivi de mettre à exécution le projet de budget et le plan d’action du Fonds de garantie Transit routier inter-Etats (Trie) exercice 2018 d’un montant de plus de 7 milliards. Ceci sans l’avis du ministre de tutelle et sans l’avis du Bureau exécutif de la Ccib comme c’était déjà le cas en 2017. Mais mal lui en a pris avec le nouveau ministre Serge Ahissou.

Dans une correspondance en date du 02 mars 2018 et portant objet : Budget et plan d’action du Fonds Trie 2018, le ministre Serge Ahissou demande au président de la Ccib de surseoir à l’exécution du budget et du plan d’action du Fonds Trie, gestion 2018. Mieux, dans sa correspondance, le ministre Serge Mahouwèdo Ahissou fait observer que la transmission du budget de Fonds de garantie Trie ne donne pas d’office droit à l’approbation de l’autorité de tutelle. Avant de donner son approbation, le ministre demande au président de la Ccib de mettre à sa disposition un certain nombre de documents tels que la liste des membres de la Commission du Fonds Trie, le compte rendu de la session de la Commission du Fonds Trie, l’avis du Bureau exécutif de la Ccib sur ce budget. Cette lettre du ministre du commerce et de l’industrie,qui vient rappeler les règles d’une gestion orthodoxe des ressources de la Ccib, s’inscrit dans la même logique que les écrits de Martin Libre qui avait attiré l’attention sur la dilapidation des ressources de la Ccib. Le Bureau exécutif  avait demandé au président Satchivi de surseoir à l’exécution du Fonds Trie le temps que l’audit commandité sur la gestion  2003-2013 donne ses résultats. De plus, l’actuelle mandature devra prendre fin en Octobre 2018. Comment, à quelques 8 mois des élections, le président prend seul la décision d’exécuter un programme d’investissement aussi lourd de plus de 7 milliards. Le ministre a vu juste et mérite d’être félicité pour la clairvoyance dont il fait montre et qui met un frein à la dilapidation des ressources de la Ccib. Mais il doit aller plus loin en demandant un audit sur la gestion du Fonds Trie de 2014 à 2018.

M.M

Dernière modification lemardi, 13 mars 2018 07:19
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !