Israël: Le compromis d’Isaac Herzog rejeté par le gouvernement

879

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

En Israël, la réforme judiciaire voulue par le gouvernement continue à diviser le pays. Ces dernières semaines, le président israélien a multiplié les appels au dialogue entre le gouvernement et l’opposition. Le 15 mars, Isaac Herzog a présenté une ébauche de compromis, mais qui a été rejetée dans la foulée par le gouvernement.

 

En Israël, le rôle du président est purement protocolaire. Sans véritable pouvoir, Isaac Herzog se démène malgré tout pour tenter de mettre un terme à cette crise, provoquée par la réforme de la justice.Le président rencontre des personnalités de la majorité, de l’opposition, il parle aux deux camps et essaie d’apporter des solutions concrètes.

Dans la soirée du 15 mars, il présente un texte baptisé « Le compromis du peuple ». Dans le détail, Isaac Herzog propose notamment des changements sur les points les plus controversés de la réforme annoncée par le gouvernement. Autrement dit, ces lois qui permettront à Benyamin Netanyahu et ses alliés de devenir tout-puissants, et d’annihiler le pouvoir de la Cour suprême.

L’heure est grave : « Celui qui pense qu’une guerre civile est impossible n’a pas idée à quel point nous en sommes proches. Mais je ne laisserai pas faire », alerte le président de l’État hébreu. Il explique être convaincu que « les Israéliens, dans leur majorité, veulent un compromis ». L’opposition salue cette initiative. Le gouvernement, lui, la rejette en bloc.

Cette réforme controversée, voulue par le gouvernement de Benyamin Netanyahu et sa coalition de partis d’extrême droite, provoque une importante contestation populaire. Les manifestations sont désormais presque quotidiennes.

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite