Assemblée nationale, 9e législature: Vers une loi d’amnistie portée par la mouvance ?

900

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La libération des opposants politiques incarcérés ainsi que le retour des exilés politiques reste sans doute l’un des plus grands enjeux des dernières élections législatives au Bénin. Et la percée réalisée par le parti de l’opposition “Les Démocrates“ reste un signal du peuple béninois, souhaitant la pluralité d’opinions. Si le vote d’une loi d’amnistie peut bien constituer la mission dévolue aux députés de l’opposition, ceux de la mouvance pourraient bien en faire une priorité…

 

Les députés de l’opposition, précisément du parti Les Démocrates, seront minoritaires à l’Assemblée nationale, 9ème législature. A l’issue du scrutin législatif qui s’est déroulé dimanche, 08 janvier 2023, le parti s’en est sorti avec 28 députés sur les 109 sièges disponibles. Si le nombre de députés est loin d’être suffisant pour permettre le vote d’une loi d’amnistie en faveur des prisonniers « politiques » et du retour des exilés « politiques », toute chose qui concourt à la décrispation de la situation sociopolitique, il n’est cependant pas exclu que les députés de la mouvance perçoivent la nécessité d’y apporter leur touche afin de franchir ce cap. Et ceci, au nom de l’unité nationale, tant prônée par tous. Une démarche qui pourrait bien recevoir l’assentiment du Président de la République, Patrice Talon qui, faut-il le souligner, s’est engagé, depuis peu, dans une dynamique de décrispation de la situation politique. Si le chantre de la Rupture a ouvert les portes du palais à son prédécesseur, Dr Boni Yayi, malgré tout ce qui a pu mettre en péril l’amitié les liant, il y a de chances que ce dernier ne s’oppose à ce que les députés de la mouvance donnent leur quitus au vote d’une telle loi. Le Bénin, ayant toujours servi d’exemple de démocratie et de cohabitation pacifique, nul n’a intérêt à ce que cette image soit écornée, que ce soit des députés de la mouvance ou de l’opposition. Plus important, qu’ils soient détenus en prison ou contraints à l’exil, il est question des béninois. Et soutenir le vote d’une loi d’amnistie ne sera perçu que comme un acte en faveur de l’unité nationale, de la cohabitation pacifique entre les béninois. Ainsi, le vote d’une telle loi, loin d’être perçue comme une promesse de campagne électorale des Démocrates, doit être vue comme un souhait du peuple béninois. Car, les suffrages exprimés en faveur du parti de l’opposition en sont bien une illustration. Ce qui réjouit d’ailleurs, l’ancien ministre des affaires étrangères et Directeur de campagne du parti Les Démocrates, Saliou Akadiri. Dans une récente intervention sur la radio Bbc Afrique, ce dernier a laissé entendre que le vote de cette loi d’amnistie est un souhait de tous. Saliou Akadiri a assuré que cette question de loi d’amnistie « ne touche pas seulement le parti les démocrates mais l’ensemble des partis qui se sentent concernés ». Aux députés de la mouvance d’écrire l’histoire !

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite