Discours sur l’état de la Nation: Talon en campagne précoce pour l’Upr et le Br

470

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

« Mais je n’aurais pas été totalement transparent si je ne mentionne pas que le choix de certains investissements et actions permettant le développement individuel ainsi que les présentes mesures sociales, sont aussi l’œuvre des deux partis politiques le Bloc Républicain (Br) et l’Union Progressiste le Renouveau (Up-R) qui participent au Gouvernement, et dont les pressions sans cesse, de toutes sortes, ont contribué à la prise de certaines de ces décisions et à leur mise en œuvre ». Ainsi, s’est exprimé le chef de l’Etat hier, jeudi 08 décembre 2022, devant la Représentation nationale lors de son discours sur l’état de la Nation. Alors qu’il était presque à la fin de son message, Patrice Talon a jugé opportun de rendre hommage aux deux partis siamois qui sont seuls représentés à l’Assemblée nationale, 8e législature. Selon ses propos, l’Up-R et le Br auraient joué un rôle dans l’effectivité, dès ce mois de décembre, de la revalorisation salariale.

 

Avant le chef de l’Etat, le député Up-R Edmond Agoua avait déjà fait part des pressions exercées par son parti pour que l’augmentation des salaires des fonctionnaires soit chose réelle dès ce mois. Il l’a dit à Glazoué, face aux enseignants. Edmond Agoua était sur le terrain, dans une séance de mobilisation des militants, dans le cadre des élections législatives du 08 janvier 2023, une élection à laquelle prend part l’opposition au régime de Patrice Talon, incarnée par le parti les Démocrates. C’est dire qu’à la différence des législatives exclusives de 2019, celles de janvier prochain seront ouvertes. Voilà donc le contexte des déclarations du député Up-R, qui seront confirmées par le chef de l’Etat en personne à l’Assemblée nationale.

En attribuant le mérite de la revalorisation salariale à son parti Up-R, Edmond Agoua espérait, sans doute, un gain politique, dans un contexte d’élections ouvertes où l’opposition jure prendre sa revanche, après l’exclusion dont elle a été victime en 2019. La même déduction peut être faite des propos du chef de l’Etat. Mais Patrice Talon est allé plus loin. L’Up-R et le Br sont ses « bébés politiques », les deux partis sortis directement des entrailles du pouvoir de la Rupture, fruits de la réforme du système partisan, mis en œuvre par le gouvernement Talon. Le chef de l’Etat ne pouvait donc parler de pressions exercées par l’un et laisser l’autre. Si gain politique, il devait avoir, Patrice Talon le voudra certainement pour ses deux « bébés ». Y penser, et le dire à une occasion aussi solennelle, devant toute la Nation, à un mois jour pour jour d’une échéance électorale majeure, peut être perçu comme une campagne électorale précoce.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite