Alliance pour une Révolution Verte en Afrique: Bénin s’active pour renforcer son système semencier

559

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le gouvernement béninois entend saisir l’opportunité qu’offre l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra), soutenue par la Fondation Bill & Melinda Gate, pour renforcer le système semencier. Ainsi, lundi, 28 novembre 2022, il a été procédé à la validation de l’évaluation du système semencier afin d’être éligible…

 

Le Bénin met à jour les informations de son sous-secteur semencier pour aboutir à l’élaboration d’un projet de plan d’investissement crédible à soumettre au financement des partenaires et donateurs. “Six pays sont en compétition, à la demande de l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (Agra), soutenue par la Fondation Bill & Melinda Gate, pour diagnostiquer leurs systèmes semenciers et faire des projections pour la période 2023-2028. Et le Bénin se prépare activement pour être éligible“ renseigne le site officiel du gouvernement béninois. A l’issue des travaux de l’atelier de validation, le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui  a dit toute sa satisfaction quant à la qualité des débats. « Le cadre dans lequel nous nous retrouvons ici pour apprécier nos potentialités en matière de production, de coordination et de gestion des systèmes semenciers me rassure de ce que les acteurs ont pris conscience de leurs responsabilités. Cela me laisse espérer qu’enfin l’aube nouvelle va sonner pour mon pays de renaître. Une renaissance en matière de possibilités de couverture de nos besoins en exploitant le potentiel national et les compétences internationales. Sans bonnes semences, il ne peut y avoir une bonne agriculture. Les semences déterminent beaucoup la productivité et les productions agricoles. Mais ça demande des soins, des engagements, de la foi pour pouvoir non seulement projeter ce qu’il y a à faire, mais s’engager à produire qualité, à gérer cette production et à faire bénéficier les producteurs du fruit de travail de plusieurs années. C’est pourquoi, je pense que les engagements que nous prenons, chacun, restent un outil de satisfaction. 2023-2028, mon pays va renaître en matière de production, de coordination et de gestion des semences », a-t-il déclaré. L’autorité ministérielle n’a pas manqué de féliciter les consultants qui ont fait le diagnostic de l’existant et qui ont dit les points faibles du dispositif et apporté les éléments d’amélioration qu’il fallait. « La qualité du travail qui est fait me donne aussi un signe de ce que dans les jours à venir, à la validation des six projets d’Afrique, le Bénin pourra sortir la tête haute », a souligné le ministre.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite