Campagne de promotion du tissu ‘’Indigo’’: Le symposium lève ses rideaux à Cotonou

343

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ils sont nombreux, les amoureux du textile béninois et précisément des pagnes ‘’indigo’’ communément appelé ‘’Elu Vô’’ a effectué le déplacement dans un hôtel de Cotonou, mercredi 23 novembre 2022, pour prendre part à la cérémonie d’ouverture du Symposium sur le pagne indigo. C’est une occasion pour les professionnels du secteur de se retrouver en vue d’échanger et partager des expériences avérées au sujet de la fabrication, de la transformation et de la commercialisation des tissu ‘’Indigo’’ (Elu Vô).

 

Nadia Adanlé est la promotrice des tissus indigo au Bénin. Et sa vision, depuis une quinzaine d’années qu’elle s’est engagé dans cette entreprise, c’est de faire ce qui est de son pouvoir pour que ce tissu soit désormais la marque de l’identité béninoise. A cet effet, un géant symposium est organisé afin de favoriser un libre partage d’expérience entre acteurs du secteur et une mise de mécanisme efficace pour l’écoulement du produit sur le marché national et international. Ainsi, devant un parterre de personnalités, parmi lesquelles il y a la ministre en charge des affaires sociales et de la microfinance, Véronique Tognifodé, le Préfet du Littoral Alain Orounla, pour ne citer que ceux-là, le pagne ‘’Indigo’’ est exposé à travers des parades des fabricants venus de divers pays de la sous-région. Entre autres, on peut citer : le Cameroun, le Mali, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso. «Ce que nous  présentons à l’ouverture du ‘’Sia’’ 2022, c’est les pagnes indigo. Et dans le même temps les tissus Elu constituent désormais un outil de transmission », fait savoir la promotrice Nadia Adanlé. Alors à l’occasion de ce symposium international sur les tissus indigo, la promotrice en a profité pour rendre public son ouvrage écrit sur ce tissu. Un essai qui présente les fruits de recherche de longues années.   Selon la ministre Tognifodé, « le travail que font ces femmes qui travaillent sur l’indigo est un travail formidable qui mérite d’être soutenu et accompagné ». Selon elle, il faut que de ces genres d’initiatives se perpétuent pour faire, non seulement du Bénin un grand carrefour du textile mais également pour booster le tissu indigo sur le marché et permettre de ressortir la valeur des femmes qui s’investissent dans ce métier. Ce symposium est une véritable fête qui se poursuit jusqu’au samedi.

 

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite