Législatives 2023/ Non positionnement de certains candidats: Et pourtant, Houndété et Les Démocrates ont vu juste

852

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après plusieurs tentatives infructueuses depuis 2016, l’opposition radicale au régime de Patrice Talon participera, pour une première, à une joute électorale. Incarnée par le parti Les Démocrates, cette frange de l’opposition a dû briser plusieurs glaces pour y arriver à ce résultat. Mieux, contrairement aux autres partis politiques en lice pour les législatives du 8 janvier prochain dont il est question, la formation dirigée par Éric Houndété a fait un recours à la Haute juridiction, avant d’être remise dans la course. Dans la même veine, si les autres partis politiques en lice se sont empressés pour la plupart dans la publication de leurs listes de candidatures, le parti Les Démocrates a, quant à lui, pris tout son temps. Autrement, il a attendu la fin de tout le processus à savoir l’après délivrance du récépissé définitif, avant de faire découvrir aux Béninois, la liste des candidats choisis pour cette compétition. Seulement, cette liste, en plus d’être qualifiée de douteuse, est déplorée par une frange dans l’opinion. Et pour cause, la majorité des candidats qui conduisent cette liste n’est forcément pas connue du grand public et manque ainsi de notoriété, disent-ils. Ceci, contrairement aux candidats d’autres listes comme celles de la mouvance, qui ont déjà une assise politique. À propos donc de cette liste publiée par le parti, lundi 21 novembre 2023, la polémique s’est installée. Pis, si pour certains le parti a fait un deal avec pouvoir pour être au rendez-vous de ces législatives, en retirant plusieurs caciques de la liste, d’autres pensent au même moment qu’il ne pouvait pas commettre l’erreur de mettre sur cette liste, des personnes en conflit avec la justice, qu’elles soient militantes engagées ou pas. Et quand on sait bien tout le mal que cette opposition s’est donnée avant d’être à ce rendez-vous électoral, on peut sans doute admettre que Éric Houndété et les autres leaders du parti ont vu juste. Ceci, en ne retenant pas sur la liste finale, des candidats sous contrôle judiciaire, ceux ayant des différends avec la justice ou encore ceux ayant quitté le pays pour un moment, par peur d’être appréhendés, suite aux violences électorales de 2019. Cette option aurait pu être suicidaire pour le parti car, un tel risque pouvait faire invalider cette liste, par la Commission électorale nationale autonome (Cena).

À ceux qui pensent que les candidats finalement choisis n’ont aucune notoriété politique pour faire triompher le parti au soir du 8 janvier 2023 dans les urnes, il est nécessaire qu’ils se rendent également compte que ce sont des personnages bien assis dans leurs circonscriptions électorales respectifs, avec des bases et cellules politiques bien garnies. Nul doute qu’ils ne fassent pas donc l’affaire, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Si déjà que tous les potentiels candidats non admis sur la liste demeurent solidaires au parti, cette attitude montre déjà à foison que la place n’est pas à la division, au sein des Démocrates. Autant en faire pareil, aux autres niveaux du parti. Y compris au bas de l’échelle.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite