Mobilisation des ressources intérieures: Le Bénin et la France partenaires pour l’accroissement des recettes fiscales

514

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Monsieur Romuald WADAGNI, ministre d’État chargé de l’économie et des finances, Monsieur Marc VIZY, ambassadeur de France au Bénin et Monsieur Rémy RIOUX, directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) ont procédé ce lundi 14 novembre 2022 à la signature d’une convention de financement du Projet d’Appui à la Modernisation du Système d’Informatisation de la Direction Générale des Impôts du Bénin (PAMSI). Cette cérémonie s’est tenue au ministère de l’économie et des finances en présence du Monsieur Nicolas YENOUSSI, directeur général des impôts, et de Monsieur Jérôme BERTRAND-HARDY, directeur de l’AFD au Bénin.

 

A la faveur de réformes initiées depuis 2016 axées sur l’environnement des affaires et sur le cadre macro-économique et budgétaire, le Bénin s’est inscrit dans une nouvelle dynamique et son économie a pu démontrer sa résilience face aux facteurs exogènes (fermeture de la frontière nigériane, COVID-19, crise sécuritaire). Le projet PAMSI vise à soutenir cette dynamique à travers la poursuite des réformes des administrations fiscales, les efforts de dématérialisation des procédures, des déclarations et des paiements et l’interconnexion des différents services des impôts et de la douane.

D’un montant total de près de 2,6 milliards de FCFA (4,02 millions d’euros) et financé par l’AFD, il a pour objectifs de

  1. i) promouvoir le recours aux nouvelles technologies afin d’accroître le recouvrement et lutter contre la corruption,
  2. ii) assurer le succès des réformes fiscales et de gestion axée sur les résultats et la dématérialisation de la chaîne des recettes et

iii) favoriser la transparence et lutter contre l’évasion fiscale, les pratiques abusives et les flux financiers illicites ;

Avec le projet PAMSI, le gouvernement du Bénin a pour objectif d’accroitre le taux de contribution fiscale nationale de 3 à 4 points de pourcentage du PIB en 5 ans afin de se rapprocher du seuil réglementaire UEMOA de 20 %.

 

SOURCE : Ambassade de France

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite