Restitution des biens culturels de l’Afrique: Un militantisme prononcé à travers le spectacle ‘’Le retour’’

432

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 C’est sur une scène au décor sombre avec des lumières sobres et à travers un langage corporel captivant, que la compagnie de danse Woenyo, venue du Togo a exprimé ses ambitions par rapport au retour des biens culturels en Afrique. Dans la soirée du lundi 26 septembre 2022, sur la scène de l’Alliance Française du Ghana, cette compagnie a offert au public, une immersion dans l’univers de la danse afro contemporaine. Et ceci,  avec un spectacle dénommé « Le retour ». En vue d’utiliser d’une part, la danse comme langage de militantisme et  de revendication, et d’autre part pour inviter les autorités africaines à s’investir pour une restitution totale des biens culturels pillés en Afrique par l’occident, cette soirée de danse afro contemporaine qui plonge le spectateur dans le parcours d’un combat culturel, intervient dans le cadre de la deuxième édition des Scènes Emergentes en Afrique, qui se déroule à Accra du 25 au 30 septembre 2022. Cinq chorégraphes accompagnés de deux musiciens d’instruments traditionnels sur une scène, sur laquelle on aperçoit une statuette posée en plein milieu, ont animé le spectacle de 45 minutes, qui remonte dans le temps pour faire vivre aux spectateurs les moments douloureux du pillage des biens culturels africains. Une mise en scène, qui montre en début de spectacle, à travers des ondulations et déambulations corporelles unifiées en actions individuelles ou groupées, un peuple et son roi vivant dans la quiétude, la sérénité et la joie de vivre. Mais très vite, cette tranquillité dans la cité va perdre son sens quand le colon dans son envahissement va s’approprier cette statuette qui servait de repère et rappelait au peuple et à son roi leur origine. Dès cet instant, la scénographie du spectacle change de rythme. Les mouvements du corps ainsi que la musique traditionnelle live qui les accompagnait, deviennent de plus en plus rythmiques. Dans une mobilisation de toutes les parties de leurs corps, et dans  une synergie artistiquement bien nourrie entre danse contemporaine et musique traditionnelle, les protagonistes du spectacle « Le retour » se lancent dans la quête de réhabilitation de leur patrimoine culturel. A travers des gestuelles fluides et précises adoptées par chacun d’eux, on pouvait y lire la rage et la détermination de retrouver ses traces, et de revenir à la source pour s’offrir un horizon plus dégagé. Un combat qui finit par donner ses fruits, mais des fruits à moitié murs, donc non consommables. La fin du spectacle montre que le peuple et son dirigeant ont pu finalement après tant et tant d’effort, localiser leur patrimoine culturel pillé par l’envahisseur. La statuette emportée par le colon est retrouvée. Une retrouvaille qui n’a pu être célébrée puisque le danseur principal, malgré toute l’énergie déboursée, se retrouve dans l’incapacité de s’approprier son bien culturel.

Pour Dieudonné Ahiandzipé, directeur artistique de la compagnie de danse afro-contemporaine Woenyo, le goût du combat inachevé qu’on pourrait lire à travers la fin de ce spectacle est comme ‘’un  appel à l’endroit des gouvernants et du peuple africain, à pouvoir revendiquer et réclamer leurs trésors culturels qui ont leur origine et leur place en Afrique’’.

 

Bérénice Célia G. (Coll. Depuis Accra)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite