Un policier tué par un camion: Sévir davantage pour sauver des vies…

713

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Triste nouvelle ! Un élément de la police républicaine a été tué vendredi dernier par un camion. Si cette fois-ci, c’est un flic qui a péri sous un camion, tellement de pauvres citoyens périssent par la faute de ces camions qui semblent avoir l’art de transformer nos routes en un mouroir. Des cris d’appels se sont heurtés à un défaut de renforcement des initiatives de répression et de contrôle. Il est temps de sévir davantage pour sauver des vies…

 

La mort du policier reste déplorable. Sur la toile, la situation semble incompréhensible. Mais la réalité est bien là. Le policier, appelé à servir les populations, a été tué par un camion. Le policier serait en service au commissariat central d’Abomey-Calavi. Décédé dans un accident de camion survenu à Arconville, l’agent de police serait en train de se reposer dans la cabine qui fait office de poste de police lorsque le chauffeur d’un camion qui a perdu le contrôle de son véhicule est allé détruire entièrement cette cabine. Il n’a pas survécu. Si ce drame pose un problème de sécurité des flics dans l’exercice de leurs fonctions, il faut admettre qu’en dehors du policier, plusieurs personnes périssent sous les camions. Que d’accidents graves sur les axes routiers et que d’accidents mortels avec les camions. Les camions continuent de détruire des vies sur nos routes. Si ce n’est pas que le conducteur a perdu le contrôle pour se retrouver dans le décor, faisant des victimes, c’est que le conducteur roulait à vive allure. Des exemples sont légions. Et le récent drame de Dantokpa reste dans les mémoires. Plusieurs personnes ont péri, samedi 07 mai 2022, sous un camion dont le conducteur aurait, selon des témoignages, perdu le contrôle du système de freinage. Un énième drame qui interpelle et qui suscite moult interrogations. Outre l’inquiétude liée au jeune âge de la majorité des conducteurs de camions, l’état de ces camions interpelle. Ces camions sont-ils régulièrement soumis aux visites techniques comme prévu au niveau du Centre national de sécurité routière ? Qu’est-ce qui explique que pour cause de système de freinage, ces camions tuent ? Qu’en est-il des horaires de circulation de ces camions ? Qu’en est-il des contrôles de visite technique de ces camions ? Mais plus important, il urge que des éléments de la police républicaine interpellent des chauffeurs de ces camions de façon récurrente pour s’assurer que non seulement, tout est en règle mais surtout s’assurer de l’état du conducteur. Il n’est pas exclu que des conducteurs prennent le volant en état d’ébriété alors que d’autres se permettent même de rouler à vive allure. Malgré la densité de la circulation, beaucoup réalisent à peine la menace qu’ils constituent pour les usagers. Déjà trop de morts sous les camions ! Il est temps d’agir. La police républicaine doit prendre ses responsabilités pour non seulement intensifier les contrôles mais surtout sortir de la circulation tout camion dont l’état technique, inquiète. Et ceci, dans une diplomatie afin qu’il n’y ait point de course-poursuite. Le Centre national de sécurité routière est vivement interpellé également pour prendre ses responsabilités afin que plus jamais, les camions n’écrasent sur nos routes pour des défaillances techniques.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite