(BIODEV2030)/scénarii d’engagement et stratégies de mobilisation: Après discussion, le rapport d’études validé

609

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (Uicn) a organisé, en collaboration avec la Direction générale des eaux forêts et Chasse (Dgefc) et Eco-Benin, un atelier de restitution et mise en discussion des résultats d’étude sur les scénarii d’engagement et stratégies de mobilisation des acteurs des secteurs agricoles (coton et cultures vivrières) et exploitation forestière (bois d’œuvre et sylviculture) pour la conservation de la biodiversité au Bénin. Les travaux se sont déroulés du mercredi 21 au jeudi 22 septembre 2022, à l’hôtel du Lac à Cotonou.

 

Consacrée à l’amendement et  à la validation du rapport sur  les stratégies et scénarii d’engagement des secteurs de l’agriculture (coton et vivrière) et de l’exploitation forestière (bois d’œuvre et sylviculture) pour la conservation de la biodiversité au Bénin, la rencontre a permis également d’améliorer la connaissance des acteurs et des éléments de contexte pertinents des filières coton, riz, soja, bois d’œuvre, et sylviculture, afin d’enclencher l’étape suivante de discussion et négociation d’un engagement volontaire dans chacune des filières.

En effet, dans la mise en œuvre de la première étape du projet BIODEV2030, une évaluation nationale des menaces pour la biodiversité a été réalisée et les résultats ont été revus et discutés lors d’un atelier par les acteurs nationaux le 06 Août 2021. Cela a permis d’identifier les secteurs de l’agriculture (filières coton, riz et soja) et des exploitations forestières (filières bois d’œuvre et sylviculture) comme les deux secteurs prioritaires en termes d’impact sur la biodiversité et de perspective pour le développement du Bénin.

Dans une seconde étape, il a été question de conduire l’état des lieux des filières économiques identifiées. C’est dans ce contexte que l’Uicn a recruté une équipe de consultants pour conduire l’étude dont l’objectif était d’identifier les acteurs clés et leurs relations, d’identifier les opportunités, contraintes, scenarii possibles d’engagement et enfin de proposer une stratégie de mobilisation des acteurs des secteurs agricoles (coton, riz et soja) et exploitation forestière (bois d’œuvre et sylviculture) pour réduire leurs pressions sur la biodiversité au Bénin. L’atelier a permis donc l’étude du rapport provisoire de ladite étude, sa restitution et sa mise en discussion, puis sa validation. Les travaux ont débouché sur les engagements volontaires que les acteurs des secteurs sélectionnés construiront dans le cadre du projet.

Inverser la tendance

A la cérémonie d’ouverture, le Coordinateur national de l’Ong Eco Bénin, Gautier Amoussou a exprimé sa reconnaissance à toutes les parties prenantes du projet et a exhorté les participants à une attention soutenue, en vue de faire de l’intervention du Bénin, l’une des meilleures de la mise en œuvre du projet.

Convaincu que les différents apports des participants permettront de valider le rapport, le représentant du Directeur général des eaux forêts et chasse, Justin Dossou Azankpan, a saisi l’opportunité pour faire part de sa gratitude au partenaire technique et financier du projet.

Pour la Directrice de cabinet, représentant le Ministre du cadre de vie et du développement durable, tout comme la tendance internationale, les activités anthropiques deviennent de plus en plus, des sources critiques de pression sur les ressources biologiques, au niveau national. Des pressions humaines qui, à en croire Jeanne Adanbiokou Akakpo, tendent à limiter les nombreux efforts consentis par le gouvernement dans la préservation de la biodiversité. Elle a appelé à l’action pour inverser la tendance.

 

Thomas AZANMASSO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite