Crue du Fleuve Mono: Lokossa et Athiémé subissent la furie des Eaux

443

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis quelques jours le débordement du fleuve Mono frappe de plein fouet les populations de plusieurs localités des communes riveraines dont celles de Lokossa et d’Athiémé. Écoles, champs de culture, greniers, pistes rurales et plusieurs infrastructures socio-communautaires sont envahis par des eaux en colère.

 

A peine survenues, les inondations de cette année dictent leur loi aux populations de Lokossa et d’Athiémé. A Ouèdèmé-Adja, l’un des arrondissements de Lokossa, la situation est catastrophique témoigne Faustin Akodédjro un conseiller communal natif du milieu. Les villages de Totinga, d’Adjohoué, de Djodjizounmè, de Livémé, de Dansihoué, d’Atinmando, de Djossahoué sont déjà sous l’eau. Les écoles de ces localités sont inondées et les voies d’accès sont impraticables. Le pont de Dansihoué desservant les populations de Djodjizounmè, d’Adjohoué, d’Atinmando et de Dansihoué est submergé parce que dans la nuit dernière l’eau a pris une montée vertigineuse dépeint l’élu communal. Il révèle également que les zones de Hlodo, de Kinwédji et de Médéounta sont menacées.

La situation est encore pire à Athiémé, une commune frontalière où presque tous les arrondissements sont touchés. Les six villages de l’arrondissement de Dédékpoè sont sous l’eau et complètement inaccessibles. A Adohoun, les villages de Sèvitinnou, de Toguido, d’Aguidahoué et d’Adamé sont aussi victimes de la crue du fleuve Mono. A Atchannou, le tableau n’est pas différent. Selon Saturnin Kocou Dansou, le maire de cette commune, le retour à la normale n’est pas pour un futur proche.

Ces inondations perturbent les activités pédagogiques dans plusieurs écoles. A en croire David Adomahoun, le responsable du programme alimentaire mondial dans le département du Mono, sur les trois cent soixante-treize écoles primaires publiques du département, seules trois cent trente-et-un ont pu rouvrir leurs portes. Une cinquantaine de lieu de savoir des tous petits sont inondés. La commune d’Athiémé vient en tête avec quarante -quatre écoles, suivie de Grand-Popo avec huit et Lokossa avec cinq établissements scolaires inaccessibles.

Faustin Akodédjro et Saturnin Kocou Dansou appellent les populations à la vigilance et à veiller plus sur les personnes vulnérables dont les femmes enceintes, les enfants et les personnes du troisième âge. Ils rassurent également que des dispositions sont prises pour protéger les populations. Ces dernières appellent les autorités au secours.

 

Olivier Ballo.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite