Règlementation pharmaceutique: Des Autorités nationales s’auto-évaluent à Cotonou

459

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les Autorités nationales de règlementation pharmaceutique sont conviées à un atelier technique régional d’auto-évaluation à Cotonou depuis ce lundi, 19 septembre 2022.La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence de la représentante résidente par intérim de l’Oms au Bénin, Dr Tania Bissouma-Ledjou…

 

 Cinq jours durant, les Autorités nationales de règlementation pharmaceutique travailleront à consolider davantage les connaissances et pratiques sur les outils utilisés dans le domaine pharmaceutique. Ceci, dans le cadre de l’atelier technique régional d’auto-évaluation qui se déroule à Cotonou. Selon la représentante résidente par intérim de l’Oms au Bénin, Dr Tania Bissouma-Ledjou, les progrès vers la couverture sanitaire universelle, requièrent un accès équitable aux produits médicaux sûrs. Un accès aux médicaments nécessitant que les pays disposent des systèmes de réglementation fonctionnelle et efficace. L’Oms estime que seulement 8% des pays africains ont une capacité modérée des règlementations des médicaments   et que plus de 90% ont une capacité minimale voire nulle, a-t-elle fait savoir. D’où la nécessité d’œuvrer au renforcement des capacités nationales sur le continent et en particulier dans les pays francophones. C’est d’ailleurs dans cette dynamique que l’Assemblée mondiale de la santé a adopté la résolution Wha 67.20 (2014) visant à renforcer les initiatives nationales et régionales des autorités de réglementation aux fins d’améliorer durablement les capacités des Anr dans les Etats membres. La règlementation pharmaceutique intègre plusieurs activités complémentaires qui se renforcent mutuellement et qui visent toutes à promouvoir et à protéger la santé publique, a laissé entendre Dr Batonon Achille, le représentant du ministre de la santé. A l’en croire, face à la mondialisation croissante du commerce des médicaments, le risque de prolifération des médicaments nocifs sur les marchés pourrait être davantage inquiétant en l’absence d’une réglementation pharmaceutique fonctionnelle. A l’issue des travaux, des recommandations seront faites dans l’optique d’une meilleure orientation des efforts en matière d’appui technique et financier à apporter aux autorités de règlementation.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite