Morgues du Grand-Nokoué: Une mission d’inspection déployée

280

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’état et l’entretien des morgues restent une préoccupation majeure. En réponse, l’Agence béninoise pour l’environnement (Abe) déploie depuis mardi, 20 septembre 2022, une mission d’inspection dans les morgues et funérariums du Grand-Nokoué.

 

Dix jours durant, les morgues et funérariums du Grand-Nokoué seront inspectés par les équipes de l’Agence béninoise pour l’environnement. La mission d’inspection a été officiellement lancée dans l’enceinte de la morgue du Centre hospitalier et universitaire de la mère et de l’enfant Lagune (Chu-Mel). S’imprégner des conditions de conservation des corps et évaluer l’impact sur l’environnement et la santé des riverains des morgues. Tels sont les objectifs de la mission déployée dans les morgues. La mission d’inspection se rendra donc dans 14 morgues et établissements funéraires se trouvant dans six communes du Grand-Nokoué, en l’occurrence Cotonou, Abomey-Calavi, Sèmè-Kpodji, Ouidah, Porto-Novo et Allada. Une occasion pour la mission de procéder au contrôle de leurs équipements et des conditions d’entretien des corps. Reconnaissant l’importance, la portée de la mission, le directeur général du Chu-Mel, Lambert Loko Tonoudji, a estimé que l’objectif d’une inspection n’est pas forcément de sanctionner. “C’est surtout pour vérifier si les normes règlementaires et législatives sont respectées afin de proposer des corrections au besoin », a-t-il fait savoir. Tout en rassurant de la disponibilité du personnel de la morgue du Chu-Mel, il a évoqué quelques difficultés notamment le nombre élevé de corps de nouveau-nés et de mères non identifiés et soumis aux procédures judiciaires subséquentes, la durée trop longue de maintien de certains corps dans la morgue par les parents de défunts. Dans son intervention, le directeur général de l’Agence béninoise pour l’environnement, François-Corneille Kèdowidé a rassuré des démarches en cours pour que les tribunaux concernés puissent ordonner l’enterrement des corps laissés depuis un long moment dans les morgues privées et publiques. Ceci, dans l’optique de désengorger les morgues et de garantir de meilleures conditions d’entretien des corps.

« Nous ne sommes plus sans savoir que la gestion des établissements funéraires requiert l’application de certaines règles strictes d’hygiène et de plusieurs mesures environnementales sans lesquelles ces établissements peuvent devenir une source de pollution et d’atteinte à la santé humaine », a expliqué François-Corneille Kèdowidé. A l’en croire, ladite inspection permettra d’apprécier les atteintes à l’environnement liées aux activités desdites morgues. La mission évaluera donc les risques environnementaux liés aux activités dans les morgues et vérifiera l’existence de différents documents. Ainsi, des recommandations appropriées seront faites pour l’amélioration de la situation environnementale et sanitaire de ces structures. Les populations sont, par ailleurs, invitées à dénoncer les morgues illégales.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite