Japon-Afrique: Avec la TICAD 8, un nouveau chapitre de coopération nippo-africaine est ouvert

444

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 En 1993, le Japon a pris l’initiative de créer un cadre de concertation de haut niveau avec les pays du continent africain, dans le but de relever les défis liés au développement. C’est ainsi que la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) est née. Organisée chaque trois ans, elle offre une occasion unique pour le Japon et les pays africains d’établir ensemble les piliers de leur stratégie de coopération.

 

Cette année, la huitième édition de la TICAD, qui s’est tenue en Tunisie les 27 et 28 août, a été honorée par la participation des représentants de 48 pays africains, notamment de 20 Chefs d’État et de Gouvernement. La délégation béninoise a été dirigée par S.E.M. Aurélien AGBENONCI, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

Le Japon aspire à être « un partenaire qui se développe avec l’Afrique ». S.E.M. KISHIDA Fumio, Premier ministre du Japon, a ainsi annoncé des investissements publics et privés sur le continent africain à hauteur de 30 milliards de dollars US au cours des trois prochaines années, valorisant des investissements dans le capital humain et la qualité de croissance.

La TICAD 8 a également permis la publication de la Déclaration de Tunis, qui définit trois axes principaux de partenariat entre le Japon et l’Afrique :

  • Le changement structurel en faveur d’une croissance durable et d’un développement social ;
  • La construction d’une société résiliente et durable ;
  • La garantie de la paix et de la stabilité dans le monde.

En effet, ce premier axe se rapproche du second pilier du Programme d’Action du Gouvernement (2021-2026) du Bénin, lié à la transformation structurelle de l’économie, sur plusieurs points dont l’encouragement des investissements étrangers et dans les infrastructures numériques, ainsi que la promotion de l’intégration économique régionale.

D’autres points de convergence notables sont la volonté d’œuvrer au renforcement des systèmes de santé résilients, d’améliorer la protection des personnes et des biens, ainsi que d’accroitre la résilience des pays face aux aléas dus au changement climatique.

Deux tendances actuelles ont été placé au centre des discussions lors de la Conférence. La première est la pandémie de COVID-19, ayant provoqué un ralentissement de la croissance économique et gravement touché les populations les plus vulnérables, notamment les femmes, les jeunes et les personnes les plus démunies.

La question de comment « reconstruire en mieux » sera donc une priorité majeure pour l’avenir du développement du continent africain.

La deuxième tendance est le défi qui pèse sur un ordre international libre et ouvert fondé sur l’État de droit. En particulier, l’agression de l’Ukraine par la Russie a mis en évidence que le monde est actuellement à un tournant jamais vu depuis la fin de la guerre froide, à la fin du 20ème siècle.

Malgré ces défis, l’Afrique est désormais reconnue comme un « trésor de croissance », avec une augmentation attendue de la population, en particulier des jeunes.

Le Japon continuera donc de marcher aux côtés de l’Afrique et favoriser le développement autonome de celle-ci. A cet effet, l’Ambassade du Japon en République du Bénin se mobilisera pleinement pour continuer d’approfondir les liens d’amitié et de coopération entre le Japon et le Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite