Hygiène de base: La moitié des hôpitaux n’a pas accès aux services

492

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et de l’Unicef montre que la moitié des établissements de santé dans le monde n’a pas accès aux services d’hygiène de base. De nouvelles estimations mondiales sur l’hygiène qui révèlent l’ampleur du risque de propagation des maladies et d’infection pour les patients et les prestataires de soins, selon l’Oms.

 

 “D’après le dernier rapport du Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l’eau et de l’assainissement, la moitié des établissements de soins dans le monde n’a pas accès aux services d’hygiène de base et notamment à l’eau, au savon et aux produits hydroalcooliques, que ce soit sur les lieux de soins ou aux toilettes. Environ 3,85 milliards de personnes utilisent de telles installations (dont 688 millions soignées dans des établissements sans aucun service d’hygiène) et sont donc exposées à un plus grand risque d’infection“ précise un récent communiqué de l’Oms. Selon Dre Maria Neira, Directrice du département environnement, changements climatiques et santé (Ech) de l’Oms, cité dans ledit communiqué, les installations et les pratiques d’hygiène sont une exigence non négociable sur les lieux de soins et leur amélioration est essentielle si l’on veut mieux se préparer aux pandémies, les prévenir et s’en relever. Elle a, par ailleurs, appelé “les États membres à redoubler d’efforts pour respecter l’engagement qu’ils ont pris à l’Assemblée mondiale de la Santé, en 2019, de renforcer les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (Wash) dans les établissements de soins, et d’effectuer un suivi dans ce domaine“. Le dernier rapport, intitulé Progress on WASH in health care facilities 2000–2021: special focus on WASH and infection prevention and control (« Progrès en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène dans les établissements de soins 2000-2021 : WASH et lutte anti-infectieuse »), renseigne des données sur 40 pays, représentant 35% de la population mondiale, contre 21 pays en 2020 et 14 en 2019. “Ces nouvelles estimations mondiales donnent une image plus claire, mais aussi plus alarmante de la situation actuelle de l’hygiène dans les établissements de soins. Même si 68 % des établissements de soins disposent d’installations d’hygiène sur le lieu de soins, et même si 65 % de ces établissements ont des toilettes équipées d’installations pour se laver les mains à l’eau et au savon, seuls 51 % d’entre eux remplissent ces deux critères et peuvent donc être considérés comme assurant les services d’hygiène de base. En outre, un établissement de santé sur 11 (9 %) dans le monde ne possède ni l’une ni l’autre de ces installations“ lit-on. Le rapport relève que la contamination des mains et des milieux contribue fortement à la transmission des agents pathogènes dans les établissements de soins et à la propagation de la résistance aux antimicrobiens. Les interventions visant à améliorer l’accès au lavage des mains à l’eau et au savon ainsi qu’au nettoyage de l’environnement constituent la pierre angulaire des programmes de prévention et de maîtrise des infections et sont indispensables pour fournir des soins de qualité, en particulier pour un accouchement en toute sécurité.

Un retard en Afrique subsaharienne…

“Les établissements d’Afrique subsaharienne accusent un retard en matière de services d’hygiène. Si les trois-quarts (73 %) des établissements de soins de cette région mettent à disposition des produits hydroalcooliques ou de l’eau et du savon aux lieux de soins, seul un tiers (37 %) ont des toilettes équipées d’installations pour se laver les mains à l’eau et au savon. La grande majorité (87 %) des hôpitaux dispose d’installations pour l’hygiène des mains aux points de soins, contre 68 % des autres établissements de santé“ précise le communiqué de l’Oms, Par ailleurs, dans les pays moins avancés, seuls 53 % des établissements de santé ont accès sur place à une source d’eau protégée. “À titre de comparaison, ce chiffre est de 78 % au niveau mondial ; il est meilleur dans les hôpitaux (88 %) que dans les petits établissements de soins (77 %), et il atteint 90 % en Asie de l’Est et du Sud-Est. Dans le monde, environ 3 % des établissements de santé dans les zones urbaines et 11 % dans les zones rurales ne disposent d’aucun service d’approvisionnement en eau. Parmi les pays pour lesquels des données sont disponibles, à l’échelle mondiale, un établissement de soins sur 10 ne dispose pas de service d’assainissement. La proportion d’établissements de soins sans service d’assainissement va de 3 % en Amérique latine et dans les Caraïbes ainsi qu’en Asie de l’Est et du Sud-Est à 22 % en Afrique subsaharienne. Les établissements de santé d’un PMA sur cinq (21 %) seulement sont dotés de services d’assainissement de base“, peut-on lire.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite