Fluctuations du dollar : Quels impacts sur le Franc CFA ?

717

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La décision de la Réserve Fédérale américaine de hausser les taux d’intérêt a un impact conséquent sur nos économies africaines et plus particulièrement sur nos pays partageant le Franc CFA comme monnaie.

 

Cette décision a eu comme effet de hausser la valeur du Dollar US par rapport à l’Euro. Avec un Dollar à un tel niveau, notre franc CFA à travers son arrimage à l’Euro, est déjà impactée à de nombreux égards.

–         Il y a une conséquence directe à la hausse sur la valeur de notre dette libellée en Dollars. En une année, entre Juin 2021 et Juin 2022, l’encours de la dette du Cameroun a augmenté de 420 milliards juste à cause de la fluctuation des devises.

–         Nous constatons déjà le renchérissement du prix de nos importations dans un contexte de crise énergétique (prix du baril de Brent à la hausse), ce qui handicape les industries transformatrices sur le continent. La majeure partie des produits de consommation importés sera donc plus chère ; ce qui accentuera l’inflation   pour nos économies caractérisées par une importation massive de produits agroalimentaires.

Les gagnants seront les exportateurs de matières premières (café, caco, huile de palme, coton, etc.) car il y aura une meilleure compétitivité de leurs produits due à un taux de change plus favorable pour les importateurs internationaux.

Une solution serait que la BCE augmente à son tour ses taux pour inverser le cours de l’euro. Ce contexte de hausses généralisées de taux d’intérêt aura aussi comme effet la hausse du coût des financements pour nos Etats africains. La hausse des taux aux Etats-Unis aura eu comme finalité le ralentissement du financement des projets d’envergure chez nous en Afrique. La période des taux d’intérêt proches de zéro est finie.

Nous africains devons changer de modèle pour ne plus subir dans nos pays les choix des politiques monétaires de la FED/BCE. Plusieurs solutions existent pour cela :

–         Développer notre marché intérieur via la mise en place effective de la ZLECAF (zone de libre-échange africaine).

–         Accélérer la transition énergétique pour nos pays africains ainsi que les projets Gaz to power pour les nouveaux pays producteurs de gaz.

–         Une vraie politique de protection de nos industries de transformation agroalimentaires naissantes pour les mettre à l’abri du dumping sauvage des industries asiatiques déversant dans nos pays des produits peu chers et de piètre qualité, empêchant du coup l’essor de notre industrie locale.

Néanmoins il ne faut pas se leurrer, la fin du Franc CFA n’est pas la seule solution à tous nos problèmes. Le cas du Ghana actuellement nous édifie sur le fait que posséder sa monnaie flottante n’est pas gage de réussite. Rappelons que le taux d’inflation au Ghana est de 55% sur un an pendant que la chute de la valeur du cedi a été la seconde plus grande baisse d’une monnaie dans le monde après celle de la Rupee du Sri Lanka. Ce qui a poussé la Banque du Ghana à hausser les taux directeur à 22% !!

Oui pour reprendre en main notre souveraineté monétaire avec notre propre monnaie mais il existe des préalables. Avant d’y arriver, nous devons travailler sur les conditions d’épanouissement d’un tissu industriel, sur la disponibilité en énergie et la mise en place d’un cadre favorisant les échanges entre nos différents pays.

Nous avons le choix : continuer de subir le choix des autres ou se donner les moyens de rester maitre de notre destinée.

A nous de voir !

Chabi Yayi
Économiste & Entrepreneur
Président d’une coopérative d’exploitants agricoles
Spécialiste dans la conception et la mise en place de projets agricoles et agro-alimentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite