Élections générales en Angola: La journée de vote s’est déroulée dans le calme

434

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

En Angola, 14 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes ce mercredi 24 août 2022 pour les élections générales. Ils devaient choisir leurs députés, ainsi que le président de la République. Les bureaux de vote ont fermé. La Commission nationale électorale a déclaré que le décompte des votes pourrait prendre plusieurs jours.

 

Les électeurs avaient jusqu’à 17 heures, pour participer au scrutin en Angola. Même si la plupart des bureaux de vote ont accepté les derniers retardataires.

Globalement, la journée s’est passée dans le calme. À la mi-journée, le porte-parole de la Commission nationale électorale (CNE) s’est félicitée de l’engouement des électeurs, sans toutefois fournir un taux de participation. En fin de journée, Lucas Quilunda a même salué le « succès retentissant » de ces élections, toujours sans donner de chiffres.

À Luanda, l’enthousiasme était modéré. La présidente d’un bureau de vote du quartier d’Ingombota, en centre-ville, estimait en fin de journée la participation en baisse par rapport au scrutin de 2017.

Quant au reste du pays, il n’a pas été touché non plus par la ferveur électorale. Un observateur qui a pu circuler entre Talatona, Cabo Ledo, Muxima, Gatete Viana, a parfois croisé des bureaux de vote presque vides. Il estime crédible une estimation de moins de 50% de taux de participation dans ces zones. La difficulté d’accès aux bureaux de vote, les problèmes de listes électorales ou tout simplement le manque d’informations sur l’élection, explique selon des membres de la société civile, cette faible participation.

Peu nombreux également, ceux qui ont suivi le mot d’ordre « Votou, sentou » (« Je vote, je reste »), lancé par l’opposition pour surveiller le scrutin. Quelques volontaires l’ont fait dans les quartiers de Cacuaco, Samba ou encore Sambizanga.

« Je n’ai pas confiance dans le processus électoral, mais je ne veux pas rester, car je ne veux pas de problème avec la police », nous a confié un jeune électeur, en marge des opérations. La CNE avait en effet prévenu, à la veille du scrutin, que quiconque adopterait « un comportement incivique » serait puni.

D’après la CNE le scrutin s’est déroulé normalement. Mais les observateurs de l’organisation de la société civile Mudei ont déjà, pour leur part, recensé des centaines de dysfonctionnements. Les chiffres officiels sont encore attendus. Les rapports des observateurs internationaux seront quant à eux divulgués demain.

Cette année, les résultats pourraient être serrés, entre le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), au pouvoir depuis l’indépendance, et l’Unita, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola. Les deux partis se sont affrontés lors d’une guerre civile qui a duré plus de 25 ans, dans ce pays.

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite