Éléphants en Afrique de l’ouest: Le Bénin conserve le quart dans ses parcs

474

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le quart de la population d’éléphants en Afrique de l’Ouest se trouve dans les parcs nationaux du Bénin, selon la Direction du Parc national de la Pendjari. Dans une publication rendue publique dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’éléphant, African Parks informe qu’en « Afrique de l’Ouest, l’éléphant est réparti du Sénégal au Nigéria, jusqu’aux latitudes du Mali et du Niger ».  « Près de la moitié de la population d’éléphants d’Afrique de l’Ouest se retrouvent aujourd’hui dans le complexe WAP (entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger), et plus de la moitié des éléphants du WAP se retrouve dans les parcs nationaux du Bénin. Autrement dit, le Bénin conserve dans ses parcs nationaux le quart de la population d’éléphants en Afrique de l’Ouest » peut-on lire dans ladite publication. Selon African Parks, l’éléphant d’Afrique est le plus gros mammifère des Aires protégées du continent. « On y distingue l’éléphant de savane et l’éléphant de forêt. Il existe aujourd’hui 4 sous populations d’éléphants inégalement réparties à travers toute l’Afrique. Ils sont environs 293.447 (± 16.683) au sud de l’Afrique, 86.373 (± 10.549), 24.119 (± 2.875) en Afrique centrale et 11.486 (±2584) en Afrique de l’Ouest » précise la publication. « L’éléphant a une grande valeur écologique. Encore appelés « Les ingénieurs de l’écosystème», les éléphants contribuent à la santé des forêts et à la survie de diverses espèces fauniques et floristiques. Ils jouent un rôle important dans la plantation des graines et l’élagage des arbres permettant ainsi au soleil d’atteindre les plantes. C’est aussi l’une des espèces emblématiques du monde du tourisme » renseigne African Parks. Notons que la Journée mondiale de l’éléphant se veut une journée qui permet de rappeler la situation critique des éléphants dans le monde. « Au lendemain de la délégation de gestion des parcs nationaux au Bénin, la population d’éléphant a vu son taux de croissance moyen annuel s’améliorer significativement pour atteindre les 4% très proche du taux de croissance moyen annuel de 5% dans les bonnes conditions écologiques reconnues par l’UICN. Cette amélioration est attribuable à la réduction significative du braconnage d’éléphants opérée au cours des 05 dernières années grâce aux actions d’application de la loi, de suivi télémétrique des éléphants équipés de collier émetteur, d’éducation et de sensibilisation des communautés » lit-on également.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite