Vie des partis politiques: Joseph Djogbénou en mission de déstabilisation ?

795

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Tel un « pion » aux mains d’un seul et même joueur qui, depuis 2016, le déplace à sa guise et en fonction de ses objectifs, Jospeh Djogbénou entame à la tête du parti Union Progressiste (UP) une nouvelle mission qui met en mal la réforme du système partisan.

 

 Après les lois « crisogènes » ayant balisé le terrain pour l’exclusion depuis 2017  des partis et figures marquants de l’opposition de toutes les compétitions électorales, les poursuites judiciaires ayant poussé de probables challengers politiques soit en prison, soit à l’exil, un autre front s’ouvre pour la démocratie béninoise. A l’œuvre, l’inventeur du concept de « certificat de conformité » qui a contraint les partis ayant réussi à passer les mailles des lois « crisogènes », à l’exclusion. Ancien avocat personnel de Patrice Talon, Joseph Djogbénou semble investi d’une autre mission, depuis qu’il a pris les rênes du Parti Union Progressiste. Mais laquelle ? Son aîné et confrère avocat, Me Robert Dossou avait affirmé la connaître mais qu’il ne la révélerait pas. Le mystère sur la nouvelle mission de l’ancien juge constitutionnel qui, sans transition, est passé de la position d’arbitre à celle de joueur pendant le même match, commence à se dissiper.

En effet, dans sa quête de ne servir et de ne « rassurer que le président Talon » ainsi que l’a démontré le jeune et ancien député de la 7ième législature, Guy Dossou Mitokpè au cours de sa récente sortie médiatique,  le désormais président du présidium du parti Union Progressiste (UP) a commencé par la mise à la retraite des anciens barrons du parti jugés peut être trop vieux pour continuer par porter les idéaux du chantre de la Rupture. Ensuite et ceci depuis quelques semaines, se met en place, une opération de désorganisation du paysage politique issu de la réforme du système partisan. Ainsi, en cascade, s’annoncent et se concrétisent des départs d’autres partis vers l’UP, des fusions entre certains partis et l’UP sans qu’il ne soit visible aucun déploiement particulier ni mobilisation des organes et cadres connus de l’UP pour des négociations préalables.

La gêne est devenue si évidente et le constat des actes de déstabilisation, si partagé, que, la cellule de communication du parti Union Progressiste a dû se fendre ce jeudi après-midi d’un communiqué à peine convainquant sur la profession de bonne foi du parti de n’être à l’initiative d’aucune discussion visant la déstabilisation d’autres partis. Pourtant, les faits sont là, « têtus et évocateurs » attestent de fins observateurs de la vie politique béninoise.

En attendant d’autres manifestations de ce qui semble être cette nouvelle mission du « pion », les esprits avertis attendent de voir si l’objectif de construction d’un électorat fort dans la partie méridionale autour du chantre de la Rupture pourra être concrétisé.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite