En marge du Championnat national de judo, saison 2022-2023 : La Ligue Atlantique-Littoral passe au scanner ses représentants

285

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les rideaux sont tombés dimanche,  14 Août 2022, sur la phase départementale du championnat national de judo, dans le département de l’Atlantique-Littoral. Pendant deux jours, les responsables ont passé au peigne fin, le niveau des athlètes qui défendront les couleurs de la Ligue pour la phase national de judo.

Ils étaient plus d’une centaine de judokas, venant d’une  vingtaine de clubs à répondre présent aux éliminatoires de la phase départementale du championnat national de judo organisé par la Ligue conduite par le président Serge Amadou et son équipe. Rendez-vous, pendant lequel, les judokas ont étalé leur savoir pour se faire une place pour la qualification. Le public ayant massivement effectué le déplacement a assisté à de très beaux combats.

Dans la catégorie des pupilles, des minimes et des cadets, l’on a observé l’application des Eri-Seoi-Nage qui signifie la projection d’épaule par le revers, les Ippon-Seoi-Nage qui signifie la projection par-dessus l’épaule sans oublier Kata-Guruma qui permet de rouler l’adversaire autour des épaules. Des techniques qui ont rendu les combats très attractifs. Des juniors aux seniors, s’était l’apothéose des mouvements de grande classe et des techniques hauts de gammes qui ont été au menus des oppositions. Très relevé à ce niveau, les pratiquants ont dû parfois faire recours à des individualités comme les Kibisu-Gaeshi qui signifie la projection en prenant la jambe au niveau du talon ou des Kuchiki-Daoshi,  projection en prenant la jambe au niveau du genou pour se départir de l’adversaire.

Le pari de l’organisation…

Une fière chandelle à Serge Amadou, président de la Ligue Atlantique-Littoral de judo et à tout son staff impliqué dans l’organisation de cette phase départementale du championnat de judo. Pour cette organisation, l’équipe de Serge Amadou a mis en place une structure d’accueil pour recevoir la compétition et le public dans le respect des obligations à tenir en matière de normes d’hygiène et de sécurité. Ils ont également disposé d’une salle et espaces nécessaires pour la zone  d’échauffement sonorisée. D’une zone destinée à l’espace podium sur le plateau de compétition. De vestiaires féminins et masculins. D’espaces d’ateliers de pesées féminins et masculins préservant l’intimité des compétiteurs.

Quid du Comité Technique…

Le Comité technique conduit par Me Luc Lanmadouselo avait bien défini un local sécurisé pour le stockage du matériel sensible (balances, écrans, ordinateurs, sono, etc.) Même d’un espace réservé à proximité des aires de combats pour soigner les premiers éventuel  cas de blessures. Un fléchage a même été installé dans la salle pour orienter les pratiquants vers les vestiaires, ateliers de pesées, zone d’échauffement et de compétition. Les contraintes techniques et matérielles de compétition (Tatamis, informatique, sonorisation, arbitrage) ont été bien fournies par le Comité organisationnel départemental. La zone de combats bien tracée, toute respectant les prescriptions minimales, a été également observée. Il est donc normale de tirer un coup de chapeau à l’équipe du président qui a réussi le pari de l’organisation. Une première depuis l’origine des temps et cela mérite d’être souligné.

Source Externe

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite