Commémoration du 1er août 2022: Yayi et Soglo y seront-ils finalement ?

679

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le 1er août, c’est dans 72 heures. Eu égard aux préparatifs, c’est une célébration particulière que le chef de l’Etat entend offrir aux Béninois, après deux ans de sobriété pour cause de Covid. La particularité de cette célébration peut d’ores et déjà être constatée dès demain, samedi 30 juillet, avec les inaugurations annoncées de la statue de l’Amazone, celle de Bio Guéra et du Jardin Mathieu. La délocalisation du défilé militaire sur le boulevard de la Marina, tout neuf, spacieux et bien tracé, est l’autre attraction de la fête. Quant à l’attraction politique, elle devrait consister en la présence des anciens présidents Nicéphore Soglo et Boni Yayi. Leur présence devrait donner un autre éclat à la fête, comme ce fut le cas en 2016. Mais la question qui se pose, à 72h de cette célébration, est-ce que les deux anciens président seront finalement présents ? Il y a un doute qui s’installe. Ce qui justifie ce doute, c’est que les deux anciens présidents étaient aussi annoncés pour prendre part aux inaugurations de statues ce samedi 30 juillet. Mais à 24h de l’événement, on n’a aucune information sur la présence sur le territoire national de Nicéphore Soglo et de Boni Yayi. Le 1er était allé faire un bilan de santé en France. Quant au second, il était en Guinée, dans le cadre de sa mission de médiation. On ne sait pas si entre temps, tous les deux sont rentrés au bercail.

 

L’autre chose, la déclaration du chef de l’État à propos de exilés politiques et détenus politiques à la conférence de presse qu’il a conjointement animée avec le président Emmanuel Macron, déclaration qui a été suivie de la libération de plusieurs figures arrêtées lors de la présidentielle de 2021, peut susciter quelque colère dans le rang de ses prédécesseurs. A propos de l’intransigeance de Patrice Talon quant au retour des exilés, Lehady Soglo a réagi pour critiquer vertement le président de la République. La même situation des exilés fait partie du deal entre Boni Yayi et son successeur. Récemment Yayi Boni, dans un post sur sa page Facebook, a semblé dire que le retrait de sa plainte de la Cour de justice de la Cedeao est lié à la promesse de libération des détenus « politiques », le retour des exilés et l’organisation d’un dialogue politique. Voilà que Patrice Talon demande aux exilés de rentrer pour faire face à la justice. L’autre préoccupation tout de même majeure, c’est la non libération, jusque-là de Joël Aivo et Reckya Madougou condamnés à 10 et 20 ans de prison et considérés comme figures de proue de ces arrestations post présidentielle. Cela ne suffit-il pas pour que les anciens présidents renoncent à l’idée d’être présents au défilé du 1er août ?

Yayi et Soglo seront-ils finalement à l’inauguration des trois monuments ? Seront-ils finalement au défilé militaire de la célébration de la fête de l’indépendance sur la nouvelle avenue passant devant la présidence de la République ? La réponse dans quelques heures.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite