Gestion de l’aéroport international de Cotonou: Les raisons de la saine colère de Romuald Wadagni hier

1 529

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Alors qu’il rentrait d’un voyage à Londres, le ministre Romuald Wadagni qui comme à l’accoutumé emprunte le hall arrivée simple a piqué une vive colère hier soir en découvrant le désordre indescriptible qui y règne. Notamment, l’accueil des passagers était particulièrement chaotique et les bagages étaient sens dessus dessous…
Face au désastre, le ministre a dû tancer vertement les agents en poste, notamment les douaniers sur place dont il est le supérieur hiérarchique. Dans sa saine colère, il a rappelé les investissements que le gouvernement du président Patrice Talon a consentis pour hisser l’aéroport à un niveau de classe internationale. En quittant les lieux et pour s’assurer du respect de ses instructions, le ministre a laissé sur place des éléments proches. Ces derniers ont opéré incognito et n‘ont pas tardé à lui rendre compte de la persistance du désordre.
Quelque temps après, le ministre retourne à l’aéroport et convoque les hauts responsables des lieux, notamment le directeur général de l’aéroport et les commandants de la douane. Il s’est ensuivi une séance houleuse au cours de laquelle, le ministre a rappelé, sur un ton peu amène, le sens de responsabilité et le civisme qui doivent caractériser le service public dans un lieu qui constitue, a fortiori, la première vitrine du Bénin pour les étrangers qui foulent le sol national.
En tant qu’argentier national, le ministre Wadagni est bien placé pour ressentir la douleur due au saignement subi par le gouvernement dans la mobilisation des ressources en vue de l’extension et de la modernisation des infrastructures de l’aéroport de Cotonou depuis au moins 2019.
Pas plus tard qu’au cours du Conseil des ministres du mercredi 15 décembre dernier, le gouvernement a décidé de l’attribution d’une subvention au profit de la Société des aéroports du Bénin (SAB) en charge de la gestion des installations aéroportuaires aux fins de financer en partie la phase 2 du projet de rénovation et de modernisation de l’aéroport international de Cotonou. L’enjeu de cette deuxième phase est d’« améliorer la capacité d’accueil et la qualité des services offerts sur l’ensemble des segments d’exploitation ». Le plan initial de modernisation a alors été actualisé et a intégré de nouveaux ouvrages qui devront permettre d’accueillir 1 500 000 passagers par an contre 500 000 actuellement.
Il faut rappeler qu’à la première phase, des travaux structurants avaient porté sur la piste d’atterrissage, l’aérogare, les aires de stationnement, ainsi que la digitalisation des services d’enregistrement…Toutes choses qui avaient permis à la plateforme de recevoir, en mai 2021, le certificat de conformité aux normes de sécurité aérienne.
Une reconnaissance internationale inédite qui a contribué, depuis quelque temps, à booster le taux de fréquentation de l’aéroport. Pour conserver cet acquis, les agents publics qui opèrent dans cette structure doivent travailler à maintenir un niveau d’excellence qui honore les lourds investissements consentis sur les ressources publiques. C’est le sens de la leçon que le ministre Romuald Wadagni a eu la peine d’infliger hier soir aux animateurs de la principale plateforme aéroportuaire du Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite