En visite à la Zone économique spéciale: « Ça montre que le programme (GDIZ) avance… »

304

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Fidèle à un engagement qu’il a pris de suivre, avec la Direction générale de la Sipi Bénin et le Directeur général de l’Apiex, l’évolution des travaux à la zone économique spéciale de Glo-Djigbé Zè, le Ministre d’Etat en charge du développement était une fois encore sur le chantier, ce mercredi 29 juin 2022. Ce fut l’occasion pour Abdoulaye Bio Tchané de faire sur place certains constats quant à l’installation des industries puis de s’enquérir des difficultés sur le terrain.

Avant la visite guidée sur les installations de la Glo-Djigbé industrial zone (GDIZ) notamment sur le Parc de textile en construction, l’entrepôt de cajou où est déjà stockée la matière première dont la qualité est attestée et à l’atelier de formation au métier du textile où sont en formation de jeunes béninoises et béninois recrutés, le ministre d’Etat a eu une séance de travail avec l’équipe dirigeante de la GDIZ.  « Je voudrais vous féliciter du fait que vos visites nous donnent de la motivation supplémentaire pour avancer. Le Directeur général de la SIPI, M. Béhéton Létondji et moi sommes particulièrement touchés par votre volonté de vraiment nous aider à avancer le plus vite possible. C’est la première fois dans notre pays que nous avons une telle infrastructure à mettre en place, et de plus en plus, grâce à vous, nous sommes exemplaires dans la région en Afrique parce que nous recevons, Monsieur le Ministre d’Etat, énormément de délégations de pays étrangers (…) qui viennent voir, comment non seulement en terme de travaux nous avançons, mais également en terme de dispositifs que nous avons mis en place pour accélérer la mise en place de cette zone économique spéciale. Tout cela dénote d’une vraie réussite du gouvernement (…). Vraiment nous comptons encore une fois sur votre détermination à nous aider, à nous accompagner afin que rapidement le projet permette la mise en place de différentes industries et bien évidemment, ce que nous recherchons tous, l’embauche et l’emploi de viviers de jeunes béninoises et béninois », a déclaré le Directeur général de l’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations (Apiex), Laurent Gangbès dans son mot de bienvenue. Avant de présenter l’état d’avancement des travaux, le Directeur général de la Société d’Investissements et de Promotion de l’Industrie (SIPI) a tenu à exprimer également sa reconnaissance au ministre Bio Tchané pour le déplacement. « En ce qui concerne l’état d’avancement des travaux, les travaux ont beaucoup avancé. L’entrée principale de la zone est achevée, la caserne des pompiers est achevée, tout ce qui est réseau, routes sont achevées, le bâtiment du Guichet unique est toujours en cours de construction : nous sommes à peu près à 68% (…). Nous avons également achevé la réalisation des égouts, les différents réseaux de distribution d’eau, les lampadaires géants qui sont sur la zone sont également achevés, les réseaux de transmission aériens de 20Kv sont également achevés. En ce qui concerne les entrepôts que nous sommes en train de réaliser dans la zone, nous sommes en train de réaliser en ce moment 100.000 M2 d’entrepôt dont 28.000 M2 sont complètement achevés. Nous avons la première sous-station de la zone qui est également complètement achevée et déjà raccordée aux câbles souterrains de la station principale qui est en dehors de la zone. Nous avons un réservoir d’eau de 1 million de litres qui est achevé (…). Il y a un autre réservoir de 3 millions de litres qui est en cours de construction. Il reste 70.000 M2 d’entrepôts que nous sommes en train de réaliser ; nous sommes à 65% de taux d’achèvement en ce qui concerne ces 70.000 M2 d’entrepôts », a souligné Létondji Béhéton. Il poursuit dans cette même veine : « La clôture est complètement achevée ; c’est-à-dire que les 400 ha sont complètement clôturés. Les centres de formation au métier du textile sont pratiquement achevés ; nous sommes à 85%. L’un de ces centres est déjà fonctionnel avec des stagiaires en formation ce moment. Le réseau de fibre optique est complètement achevé. Nous sommes également en train de construire dans la zone un certain nombre d’unités de noix de cajou (…). Dans la zone, nous avons une dizaine d’usine de noix de cajou qui vont s’installer, les douze prochains mois (…) ». Le Directeur général de la SIPI Bénin a profité pour faire le point des réservations de parcelles dans la zone par des investisseurs : « Nous avons au total 32 investisseurs qui ont réservé et qui ont payé les cautions de réservation et qui sont dans le processus d’obtenir leur agrément temporaire d’admission à la zone. Certains l’ont déjà obtenu (…) ». Il faut dire que ces différentes usines qui ont réservé sont dans la transformation agroalimentaire, les matériaux de construction, les emballages, l’industrie automobile, l’industrie pharmaceutique, le montage électronique, la transformation du bois et la fabrication de meubles, le textile, la menuiserie en aluminium… Le Directeur général de l’Apiex, prenant à nouveau la parole, va exposer au ministre d’Etat quelques difficultés liées à l’hébergement, au déplacement et la restauration des stagiaires ; le flux des camions qui, au démarrage des activités des usines pourraient passer à 400 ou 600 sur la voie inter Etats. M. Gangbès a également fait savoir à l’autorité ministérielle qu’il y a déjà d’autres investisseurs qui se bousculent, sollicitant des parcelles pour s’installer mais la GDIZ n’est pas, à l’étape actuelle n’est pas en mesure de les satisfaire. Il va falloir un nouvel aménagement de la zone pour la deuxième phase du projet.

Le Ministre d’Etat face aux difficultés à lui exposées

« Nous voyons ensemble les progrès qui ont été accomplis depuis la dernière visite. La plupart des infrastructures sont déjà réalisées mais surtout je suis venu voir comment la mise en place des entreprises se passe. (…) Nous constatons que la zone prend vie déjà. Il y a déjà ici même plus d’un millier de personnes qui ont été recrutées et qui vont y travailler. Nous avons aujourd’hui plus de 250 personnes en entraînement. Et c’est ça qui est admirable, c’est de ça qu’il faut se féliciter, c’est de ça qu’il faut féliciter la Direction générale de SIPI et le Directeur général de l’Apiex », s’est réjoui le Ministre d’Etat en charge du développement. Au sujet des difficultés, Abdoulaye Bio Tchané n’est pas resté insensible : « Il y a des problèmes effectivement qui émergent. Il y en a qui ont émergé la dernière fois dont nous avons déjà trouvé les solutions notamment toutes ces questions administratives d’autorisation, de permis divers pour lesquelles nous travaillons, et d’ici quelques jours nous irons au Conseil des ministres pour obtenir les autorisations nécessaires. D’autres problèmes ont émergé de nos discussions aujourd’hui sur lesquels nous allons nous pencher et essayer de trouver des solutions. C’est l’objet de ma présence ici de constater la bonne évolution choses. Mais aussi de voir comment aider ceux qui gèrent le projet au jour le jour : la SIPI qui supervise la zone économique, de les aider à résoudre tous les problèmes qui émergent, et c’est une bonne chose que ces problèmes émergent parce que ça montre que le programme avance conformément aux instructions du gouvernement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite