62ème anniversaire de l’Indépendance du Bénin: Vers un 1er août 2022 comme en 2016 ?

611

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les Béninois sans doute se remémorent encore l’ambiance qui fraternelle qui a prévalu aux festivités du 1er Août 2016. C’était juste quelques mois après l’élection, dans la ferveur (65%) de Patrice Talon (mars 2016). A la place de l’Etoile rouge à Cotonou, ce fut une forte présence des personnalités politiques aux côtés du chantre de la Rupture/Nouveau départ. Pour ce 56ème anniversaire de la commémoration de l’indépendance du Bénin, le chef de l’Etat alors fraichement élu, avait même eu à ses côtés ses prédécesseurs Nicéphore Soglo et Yayi Boni, ce dernier avec qui il était en froid depuis 2012. Outre cette forte image des deux anciens chefs de l’Etat, la tribune officielle était bien garnie par les présences très admirées des candidats malheureux à la présidentielle, Lionel Zinsou, ancien Premier ministre ; Sébastien Ajavon, opérateur économique, arrivés respectivement deuxième et troisième au 1er tour de cette compétition électorale. Il y avait aussi les membres du Gouvernement, des députés à l’Assemblée nationale, des maires, nouveaux comme anciens ; des syndicalistes et autres acteurs de la Société civile. Le public a pu voir à cette occasion le Président Patrice Talon dans une chaleureuse accolade avec son challenger du second tour, Lionel Zinsou et son prédécesseur dans le fauteuil présidentiel, Yayi Boni. Léhady Soglo, alors maire de Cotonou avait accueilli le président de la République à Ganhi pour le dépôt de gerbes avant de rejoindre la place de l’Etoile rouge. Un an après, c’est-à-dire le 1er août 2017, les frustrations et les démarcations d’avec le pouvoir ont commencé. Yayi n’y sera plus. En tout cas jusqu’à l’année dernière. Sébatien Ajavon, Léhady Soglo et bien d’autres ont dû partir en catastrophe du pays pour ne plus y revenir avec à la clé des fortunes diverses de peines de prison. Si en 2017 Nicéphore Soglo a fait à nouveau son apparition au défilé militaire, on peut comprendre que c’était pour aller plaider le cas de son fils exilé puisque juste après les manifestations officielles, il a suivi Patrice Talon à son domicile. Et depuis, plus de 1er août pour Soglo père aux côtés du président Talon. Entre temps aussi Candide Azannai, son ancien ministre de la Défense a rompu les amarres et ne s’est non plus affiché aux côtés de la Rupture.

…comme en 2016 ?

 

Le peuple béninois et l’opinion internationale pourront-ils revoir cette symbolique de 2016 comme ce fut le cas à l’historique conférence nationale des forces vives de la Nation en février 1990 au Bénin ? Même si, sans risque de se tromper on peut dire non, il n’est pas exclu que Patrice Talon réussisse à avoir à ses côtés, cette année, sur le Boulevard de la Marina, Yayi Boni, Nicéphore Soglo, Lionel Zinsou et bien d’autres figures. La série de consultations qu’il a entreprises ces derniers temps pourrait lui être profitable s’il tient le bon bout. La matérialisation du cadre de concertation des anciens présidents de la République pourrait commencer par là. Mais pour y arriver, Patrice Talon a à rassurer de sa volonté à aller à un dégel. En effet, c’est un secret de polichinelle. Quand les anciens présidents Yayi et Soglo ont été reçus tour à tour au Palais de la République, ils ont dû dire des choses à Patrice Talon pour un climat apaisé et le vivre ensemble. Le chef de l’Etat a encore trente jours devant pour surprendre. Le génie béninois va-t-il à nouveau faire son œuvre ? Qui sait si Patrice Talon avant le 31 juillet 2022 ne va pas réussir à avoir l’aval de Nicéphore Soglo, Yayi Bon, Candide Azannai et bien d’acteurs parce qu’il aura satisfait la plus part des doléances venant d’eux?.

 

Mike M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite