Talon, 6 ans après: Les oubliés de la Rupture

1 091

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Pour les Législatives, Talon doit penser à ses soutiens du Nouveau Départ)

Rejeté par les grandes formations politiques phares lors de sa candidature en 2016, Patrice Talon a dû se contenter du peu à savoir (les Superviseurs, les CCC et CCA) venus de plusieurs mouvements politiques. Contrairement aux autres candidats favoris d’alors, l’ancien magnat du Coton et homme d’affaires fortuné a dû se rabattre sur des soutiens quoi que solitaires dans le gotha politique béninois. Seulement, ce qui le différenciait de ses challengers, c’est la ferveur qui entourait son projet de société, dans le rang de la jeunesse. Et, il y en a de taille parmi eux, ayant pris à bras le corps, cette candidature. En général sur l’ensemble du territoire national   et particulièrement à Cotonou, beaucoup de noms continuent de retenir l’attention au niveau de ces jeunes ayant tout donné pour que l’actuel Chef de l’État soit élu pour son premier mandat. En effet, le Littoral n’a pas oublié l’ensemble des quatre superviseurs qui constituent la mémoire grise et agissante de cette victoire historique, et les têtes fortes comme  Hountondji Nicolas, Tchibozo Edmond, Bidé Aurelien, Badet Léopold, Quenum Géoffoy, Sokènou Sidonie, Yves BENON, Adoukonou Faustin, Houngbèmè Marcellin, Glèlè Alphonse, René MAZO,  Edgard Djossou, Jean AGBOFOUN, Aristide DONVIDE, Parfait ZOUMENOU,   Adjibi Isabelle, Saliou Inoussa, Déhou Ulrich, SANGAN Eric,    et d’autres personnes. Autrement, ce sont les jeunes qui ont cru en Patrice Talon, ont travaillé pour et ce, sans l’aide de ces formations politiques totalement absentes derrière l’homme en son temps. Plus de six ans après cette aventure, tout porte à croire qu’ils sont passés aux oubliettes et que leur combat a été vain. Et pour cause, aucun d’eux n’a pour autant été promu à un poste de référence, nonobstant les qualités intellectuelles dont ils peuvent faire preuve. Pis, au même moment, d’autres ayant voué aux gémonies l’actuel Président de la République sont aujourd’hui les plus chouchoutés et promus. Ceci, pendant que les espoirs s’amenuisent du côté des vrais combattants de premières heures. Six années après ce chemin de croix, il est grand temps que les choses changent pour que la courbe se renverse surtout pour ce qui est des positionnements pour les élections législatives à venir pour 2023. Et, Patrice Talon est le seul à pouvoir le faire et l’occasion plus que jamais de rendre justice à ses partisans de première heure qui n’ont rien attendu ni marchandé avant de se mobiliser contre vents et marées pour faire gagner Patrice TALON et ce malgré toute l’hostilité de l’ensemble de la classe politique qui jouit aujourd’hui du fruit des efforts de ces personnes citées ci dessus. Tout est parti de lui et tout reviendra à lui. Ceci, à juste titre pour ces jeunes dévoués mais délaissés. La retraite politique se prépare et se jouit avec ses vrais partisans et c’est l’occasion plus que jamais de commencer par poser des actes dans ce sens pour se sécuriser politiquement car demain ce sont les ouvriers de la 36e heure qui chercheront à se retourner contre le président actuel pour lui rendre la vie difficile comme à leurs habitudes comme ils l’ont fait contre l’ancien Président Boni YAYI qui méconnait plusieurs de ses partisans des années antérieures. C’est aussi ça la double face du béninois que le Président Patrice TALON ne doit pas ignorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite