Non paiement d’heures supplémentaires et de primes de rentrée: Menace de blocage des copies dans les Unb

277

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Des craintes existent quant au bon déroulement de la correction des copies des étudiants dans les Universités. Il y a une menace de blocage des copies. Les enseignants des Universités nationales du Bénin, par le biais de leur syndicat, le Synarès, menacent de bloquer la correction des copies pour exiger le paiement de deux ans d’heures supplémentaires et de prime de rentrée 2021-2022.

 

Qu’il vous souvienne que lors du passage des autorités en charge de l’enseignement supérieur sur le campus d’Abomey-Calavi, dans le cadre de la tournée gouvernementale, les enseignants avaient posé le problème. Ils ont voulu savoir ce qui bloquait le paiement de leur prime de rentrée 2021-2022. Pour toute réponse, le Directeur de cabinet du Ministre de l’Enseignement supérieur et de le Recherche scientifique avait évoqué l’illisibilité des  Relevés d’Identité Bancaires (RIB) comme cause du retard observé. Mais cette réponse n’a pas convaincu les enseignants du supérieur. Car, en plus des primes de rentrée non versées jusqu’à aujourd’hui, s’ajoute le non paiement de deux ans d’heures supplémentaires.  Et c’est depuis le mois de février que le Synarès et les autres syndicats du supérieur  ont tapé du poing sur la table pour réclamer lesdites primes au profit des camarades enseignants des UNB. Depuis mars 2022, le DAF et le Contrôleur des finances du Mesrs se réfugient derrière l’argument  » les Relevés d’Identité Bancaires de certains enseignants sont illisibles ». C’est ce refrain que les deux chantent aux partenaires sociaux.

Convaincus que le DPAF et  la contrôleuse des finances du Mesrs ont étalé depuis des années leur incapacité à s’occuper et à régler les problèmes des travailleurs du Mesrs, les enseignants du supérieur  s’organisent patiemment sans tambour ni trompette pour bloquer les corrections des copies  des examens des semestres pairs. Le Ministre de l’Enseignement supérieur doit faire en sorte de désamorcer cette crise qui risque d’être préjudiciable aux étudiants.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite