« Savoir et mieux agir »/Csa-Bénin: Du droit et des données personnelles (suite)

480

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Que savoir des droits de la personne en lien avec leurs données personnelles précisément du droit à l’opposition conformément à la loi n° 2017 -20 DU 20 avril 2018 portant code du numérique en République du Bénin ? Élément de réponse dans le nouveau numéro de la rubrique « Savoir et mieux agir » de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin) publié jeudi, 19 mai 2022. Faut-il le rappeler, la rubrique se veut une tribune qui édifie les travailleurs sur le contenu des lois encadrant le monde du travail au Bénin.

 

Du droit et des données personnelles

Du droit à l’opposition

Loi n° 2017 -20 DU 20 avril 2018 portant code du numérique en République du Bénin

Toute personne physique a le droit de s’opposer, à tout moment, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l’objet d’un traitement.

Elle a le droit, d’une part, d’être informée avant que des données la concernant ne soient pour la première fois communiquées à des tiers ou utilisées pour le compte de tiers à des fins de prospection notamment commerciale, caritative ou politique et, d’autre part, de se voir expressément offrir le droit de s’opposer, gratuitement, à ladite communication ou utilisation.

Ce droit doit être explicitement proposé à la personne concernée d’une façon intelligible et doit pouvoir être clairement distingué d’autres informations.

Lorsqu’il est fait droit à une opposition conformément à cet article, le responsable du traitement n’utilise ni ne traite plus les données à caractère personnel concernées.

Lorsque les données à caractère personnel sont collectées à des fins de prospection notamment commerciale, caritative ou politique, la personne concernée peut s’opposer, gratuitement et sans aucune justification, au traitement projeté de données à caractère personnel la concernant.

Pour exercer son droit d’opposition, l’intéressé adresse une demande datée et signée, par voie postale ou électronique, au responsable du traitement ou son représentant.

Le responsable du traitement doit communiquer dans les trente (30) jours qui suivent la réception de la demande prévue à l’alinéa précédent, quelle suite il a donnée à la demande de la personne concernée.

Lorsque des données à caractère personnel sont collectées par écrit, que ce soit sur un support papier, support électronique ou tout autre support équivalent, auprès de la personne concernée, le responsable du traitement demande, à celle-ci, sur le document grâce auquel il collecte ses données, si elle souhaite exercer le droit d’opposition.

Lorsque les données à caractère personnel sont collectées auprès de la personne concernée, *autrement que par écrit, le responsable du traitement demande à celle-ci si elle souhaite exercer le droit d’opposition, soit sur un document qu’il lui communique à cette fin au plus tard soixante (60) jours après la collecte des données à caractère personnel, soit par tout moyen technique qui permet de conserver la preuve que la personne concernée a eu la possibilité d’exercer son droit.

En cas de contestation, la charge de la preuve incombe au responsable de traitement auprès duquel est exercé le droit d’accès sauf lorsqu’il est établi que les données contestées ont été communiquées par l’intéressé ou avec son accord.

Mon interrogation du jour

La précarité ambiante n’est-elle pas un facteur inhibant à l’exercice du droit d’opposition lors de la collecte des données à des fins de prospection commerciale, caritative ou politique ?

 

Kadjogbé F. ADJOBO, SYNERE-BENIN/CSA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite