Affaire trafic de visa équato-guinéen: Le verdict du tribunal connu

456

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou a rendu son verdict dans l’affaire trafic de visa équato-guinéen. Ceci, au terme du procès qui s’est déroulé ce mardi, 17 mai 2022 avec la comparution d’une vingtaine d’étrangers…

 

Tranchée en premier ressort, le verdict de l’affaire qui oppose le consul de la Guinée équatoriale au Bénin à une vingtaine d’étrangers déposés en prison pour faux visa équato-guinéen est connu. “Statuant en matière correctionnelle, flagrant délit, le Tribunal de première instance de Cotonou a retenu dans les liens de la prévention d’usage de fausses attestations un premier groupe de trois prévenus et les a condamnés à 12 mois d’emprisonnement dont 4 fermes, à 50 mille francs d’amende chacun, et à payer solidairement la somme de 200 mille francs Cfa au consul de la République de Guinée équatoriale au Bénin. Une quinzaine de prévenus ont été déclarés coupables d’usage de faux puis condamnés à 12 mois d’emprisonnement dont 4 mois fermes ainsi qu’à 50 mille d’amende chacun. Ceux-ci sont tenus de payer solidairement la somme de un million de francs Cfa au consul“ informe le quotidien du service public. Selon la même source, dix-sept étrangers parmi lesquels treize Burkinabés et quatre Maliens, avaient été refoulés de la Guinée équatoriale pour le Bénin. “Ils sont partis de l’aéroport de Cotonou avec de faux visas et de fausses invitations. Accueillis à leur retour au Bénin par la Brigade criminelle puis présentés au procureur de la République près le Tpi de Cotonou, ils ont été placés sous mandat de dépôt. C’est en effet le consul de la Guinée équatoriale au Bénin qui a alerté les autorités béninoises en raison de l’irrégularité de certaines pièces détenues par des demandeurs de visa. Les enquêtes ont permis de mettre la main sur certains membres du réseau, tous des étrangers. Poursuivis pour « faux et usage de faux », ils ont comparu devant le Tpi de Cotonou en avril et le verdict de l’affaire est tombé ce mardi 17 mai. Les prévenus prétextent de ce qu’ils ont des parents en Guinée équatoriale qui ont assuré toutes les formalités afin qu’ils les rejoignent. Ils sont mis en contact avec un intermédiaire qui les conduit dans une pension où ils paient mille francs la nuitée en attendant d’avoir toutes leurs pièces à jour pour le voyage… A en croire Me Clarisse Houngbédji Hounzali, représentant la partie civile, les principaux faussaires scannent des documents authentiques puis modifient les informations au bénéfice de leurs clients. Cette fois-ci, il semble que les modifications n’ont pas été conformes. L’intermédiaire est allé au consulat avec des documents qui comportaient des informations inexactes, ce qui a attiré l’attention du consul qui a aussitôt alerté les autorités béninoises. Les enquêtes ont permis de remonter au tenancier du pensionnat. Celui-ci a été condamné à 12 mois d’emprisonnement dont 9 fermes et une amende de 200 mille francs Cfa. L’intermédiaire qui conduit les candidats irréguliers au pensionnat qui sert d’auberge aux migrants a écopé de 12 d’emprisonnement dont 4 mois fermes et une amende de 100 mille francs Cfa. Les deux associés sont condamnés à verser solidairement la somme de 200 mille francs Cfa au Consul. Par ailleurs, le Tribunal de première instance de Cotonou a ordonné la confiscation des passeports retrouvés chez tous les condamnés“, précise la source.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite