Défense des droits humains: La Cbdh accréditée au statut « A »

368

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH) a convié ce lundi, 16 mai 2022 à Golden Tulip hôtel, les professionnels des médias et partenaires techniques et financiers à une rencontre d’échanges sur les implications et perspectives de l’accréditation de la CBDH au statut « A » de l’Alliance mondiale des institutions nationales de droits de l’homme.

 

La présente rencontre organisée avec le soutien financier de l’Usaid et l’appui technique d’Aba Roli a permis à la Commission béninoise des droits de l’homme de faire un bilan de quarante (40) mois de parcours, d’exercice au service des droits de l’homme au Bénin. « Accréditation de la CBDH au statut A de l’Alliance mondiale des institutions nationales de droits de l’homme : implications et perspectives ». Tel est le thème autour duquel se sont articulés les échanges au cours de ladite rencontre. Prenant la parole, le commissaire Emerico Adjovi s’est réjoui du chemin parcouru. A l’en croire, la marche vers l’accréditation au statut A s’est concrétisée lorsque la CBDH s’est conformée aux principes de Paris. Il était question surtout de la mise en place et de l’opérationnalisation de la Commission. Et pour des raisons de crédibilité et de redevabilité, la Commission se devait de renforcer sa présence sur le territoire national, précise-t-il. Avec l’appui des partenaires techniques et financiers notamment l’Usaid, six bureaux régionaux ont été mis en place. Il a, par ailleurs, plaidé pour la couverture des six départements restants. Si l’accréditation appelle à faire face à de nouveaux défis et responsabilités, la Commission se dit fière d’avoir franchi cet important palier. Dans son intervention, le président de la CBDH, Clément Capo-Chichi a fait savoir qu’il s’agit d’une reconnaissance internationale qui mérite d’être célébrée. Selon lui  c’est un mérite d’obtenir le statut le plus élevé en 40 mois et en se conformant aux principes éligibles des Nations unies. Après avoir expliqué le processus ayant abouti à l’accréditation, il a reconnu le rôle prépondérant joué par le gouvernement béninois avant de souligner la nécessité d’accompagner le gouvernement à promouvoir et protéger les droits de l’homme. Quant au commissaire Serge Prince Agbodjan, il a évoqué la collaboration avec les Organisations de la société civile notamment la mise en place de la Chambre de concertation regroupant une soixantaine d’organisations. Une synergie d’action avec les médias s’impose également, a-t-il poursuivi. Pour Ralmeg Gandaho de l’Ong Changement social Bénin, la Chambre de concertation reste une opportunité de consolidation et de formulation des approches de plaidoyer en faveur des droits humains. Il s’est dit convaincu qu’aux côtes de la CBDH, des plaidoyers seront faits en vue de l’effectivité des droits socio-économiques au Bénin. De la représentante des organisations de jeunes aux représentants des ambassadeurs de l’Union Européenne et des USA près le Bénin, tous ont félicité la Commission pour les défis relevés en 40 mois d’exercice.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite