Sociétaire du club Capital Jeunesse: Gracia Aboudou, l’avenir du karaté béninois

501

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Gracia Aboudou est une karatéka béninoise âgée de onze (11) ans. Ceinture bleue une barrette et sociétaire du club Capital jeunesse, la jeune athlète vise très haut.

 

Initiée au Karaté à l’âge de cinq (5) ans par sa mère, Florence Ligan, Gracia Aboudou a très rapidement pris goût à la pratique de la discipline depuis six (6) années. Malgré son jeune âge, Gracia a déjà glané plusieurs médailles dans la sous-région notamment au Togo et au Nigéria. Sur le continent, elle s’est distinguée aussi lors d’une compétition qui s’est tenue en ligne l’an passé. Une importante carte de visite est déjà à l’actif de la pépite du karaté béninois présidé aujourd’hui par Rock Quenum. Même si représenter le Bénin aux Jeux Olympiques est l’un de ses plus grands souhaits, elle n’exclut nullement une présence aux Championnats d’Afrique et aux Championnats du monde avant la fin de sa carrière. L’athlète ambitionne de hisser le drapeau béninois. Au plan local, Gracia Aboudou est sans aucun doute, l’une des meilleures de sa catégorie. Lors de la dernière édition du tournoi de karaté dénommé « Germanus’’, l’espoir béninois a terminé avec deux médailles dont une en Or obtenue en Kumite et une en Argent glané en Kata. Elle a aussi à son compte dans sa galerie sportive, plusieurs autres récompenses récoltées lors des différentes compétitions organisées par la Fédération béninoise de karaté-Do et la Ligue Atlantique-Littoral de la discipline.

 

Un avenir prometteur…

En classe de 6ème, elle arrive à s’entrainer deux fois par semaine. Elle essaie de trouver le créneau nécessaire pour combiner sport et étude. Performante sur le tatami, elle est l’une des meilleures apprenantes de son école. Si la jeune athlète est selon nombre d’observateurs, une relève assurée pour le karaté béninois, elle-même ne voit pas totalement les choses en rose. La fierté béninoise pense qu’il y a encore des choses à améliorer pour écrire une vraie histoire sportive. « Je travaille beaucoup pour être une championne demain et pour cela, je dois corriger ma respiration, ma posture et surtout revoir mes techniques de bases », a confessé celle qui s’engage déjà à s’offrir le potentiel nécessaire pour devenir une championne du monde au Karaté. C’est bien la preuve que la protégée du coach Ange-Rogatien Komadan ne se contente pas des résultats actuels. Devenir ingénieure en génie civile est un rêve pour cette future championne, mais elle pense que cela ne l’empêchera pas de faire la carrière qu’elle envisage dans cet art martial.

 K.S. (Coll)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite