Après la rencontre du 26 avril: A quand le round 2 gouvernement-syndicats ?

407

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après la rencontre qui a eu lieu mardi 26 avril 2022 au Palais de la République, et à l’issue de laquelle le gouvernement avec la présence effective du chef de l’Etat, et les syndicalistes se sont quittés dos à dos, à quand le deuxième round pour aplanir les points restés en suspens ? Du côté de la Bourse du travail, la maison commune des centrales et confédérations syndicales, aucun écho pour l’heure. Une douzaine de jours ont déjà passé, le gouvernement non plus n’a avancé de date. Pourtant les travailleurs s’impatientent d’avoir la bonne nouvelle quant à la revalorisation des salaires, du Smig.  « Je comprends leur inquiétude, leur prudence, mais en même temps, on n’aurait peut-être pas dû annoncer cela. Parce que quand on annonçait, il n’y avait pas cette conjoncture.  On n’aurait peut-être pas dû annoncer parce que les travailleurs attendent beaucoup de choses, leur patience est à bout et ils attendaient de voir une augmentation concrète. Je ne dis pas que c’est un échec. Il y a des principes généraux qui ont été définis, des rencontres qui vont se faire à nouveau mais c’est encore aux calendes grecques », a laissé entendre le secrétaire général de la Cosi-Bénin, Noel Chadaré. « Par rapport à ma satisfaction, je voudrais attendre parce qu’il y a certaines échéances qui sont annoncées notamment que nous devons nous rencontrer à nouveau, les ministres, le ministre des Finances surtout pour apprécier les pourcentages qui vont être appliqués par palier qui a été retenu. Ensuite, nous devons rencontrer également le ministre Abdoulaye Bio Tchané dans cette Commission qui doit se réunir pour aborder les autres points de revendications qui ne sont pas moins importantes que ce dont nous avons discuté aujourd’hui. Quand vous prenez les questions d’arriérés de salaires, de rappels de salaires, la gestion des carrières, la situation des contractuels… Puisque les engagements ont été pris pour qu’on se réunisse rapidement donc j’attends de voir l’évolution des échanges » déclare Anselme Amoussou, secrétaire général de la Csa-Bénin. A cette allure, et sans être pessimiste, cette rencontre pourrait mettre encore du temps. Pendant ce temps, les pochent saignent financièrement dans ce contexte de guerre et de cherté de la vie.

 

Worou BORO 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite