Quota des femmes et présentation des comptes de campagnes: IRI renforce les connaissances des partis politiques

447

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le projet  « Promouvoir le pluralisme politique au Bénin » se déroule convenablement sans anicroche. Les responsables des partis politiques ayant une existence légale ont été formés, jeudi 31 mars 2022 sur les défis ou opportunités des partis politiques face au quota des femmes pour les législatives  de 2023. Ils ont également bénéficié des astuces pour une meilleure présentation des comptes de campagne. C’est en présence de David Thirbly, Directeur de Programmes Résident de l’International Républican Institute(IRI).

 

D’entrée, l’ancienne vice–présidente de la Commission électorale nationale autonome (Cena) Geneviève Boko Nadjo a fait un état des lieux  en ce qui concerne les raisons qui ont amené le législateur à définir un quota de 24 députés au profit des femmes. Pour Geneviève Boko Nadjo, il faudra que les partis politiques aillent au-delà du quota fixé par le législateur en positionnant beaucoup de femmes sur la liste. Pour elle, il est important qu’on fasse davantage confiance aux femmes. Elle en veut pour preuve les cas du Sénégal, du Niger, du Rwanda… Toutefois, l’ancienne vice-présidente de la Cena a mis en lumière quelques points d’ombres qui pourraient pénaliser certains partis dans la mise en  application de l’article 144 du code électoral. Du côté des participants, on se dit prêt pour faire face à ce défi. C’est le cas du Président de la Force Cauri pour le Développement du Bénin (Fcdb), Soumanou Tolèba dont le parti travaille assidument pour positionner le maximum de femmes  sur sa liste lors des législatives de 2023.

La seconde communication a permis aux différents participants d’acquérir de nouvelles notions pour une meilleure présentation  des comptes de campagne. A en croire Talahatou Garba, auditeur à la Cour des comptes, il est important que les partis politiques respectent scrupuleusement les textes surtout comment justifier car toute dépense  de campagne électorale mérite d’être justifié avec des pièces fiables, vérifiables et irréfutables. Pour le consultant, il est impératif  de justifier les dépenses de campagne et ceux qui ne s’y adonnent pas avec des preuves irréfutables tombent sous le coup de la loi et sont sanctionnés conformément aux lois en vigueur en République du Bénin.

 Du côté des participants à ce 3e atelier du projet « Promouvoir le pluralisme politique au Bénin », on se dit très satisfait des différentes notions reçues, lesquelles vont leur permettre de mieux se préparer pour les législatives de janvier 2023.

Pour finir, David Thirbly, Directeur de Programmes Résident de l’International Républican Institute(IRI), se dit satisfait au regard de l’engouement des partis politiques pour ce projet qui vise à les aider pour  leur participation aux législatives de 2023.

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite