Exposition à la Présidence: Il trône, un immense petit tabouret

444

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Parmi les 26 «trésors royaux» retirés à la France par le Bénin et exposés à la présidence de la République depuis le 19 février 2022, se trouve une petite pièce. Elle a la valeur d’un trône et joue même parfois ce rôle. Il s’agit du ‘’Kataklè’’, un tabouret tripode sacré, minuscule par sa taille, mais immense par sa valeur et son symbolisme dans le processus d’intronisation du roi dans le Danxomè.

 

Un artéfact dont la valeur s’oppose frontalement à la taille. C’est un petit tabouret, sculpté pour servir spécialement dans le processus d’intronisation d’un roi dans le plateau d’Abomey. Fait en bois balanites dont l’une des caractéristiques est la résistance au temps et à l’espace, le ‘’Kataklè’’ est un support d’assise circulaire reposant sur trois pieds. Il mesure 19,4 x 32,5 x 43 cm. A la face supérieure du support, il est dessiné un carré décoratif présentant dans son intérieur une mosaïque de triangle équilatéral. Aux quatre sommets et sur les côtés latéraux de ce carré sont fixés des losanges en forme de flèche au bout de petits traits. Un dessin complexe et très joli qui captive l’attention.

Il n’est visiblement pas anodin. Le carré symbolisant l’équilibre associé à une mosaïque de triangle équilatéral, le tout harmonisé avec de petits traits portant à leur bout des losanges en forme de flèche, cela dénote  de la sûreté et de la stabilité du souverain qu’on installe sur ce support. On peut y lire également l’expression de l’esprit de conquérant qu’il a l’obligation d’incarner en tant que roi du Danxomè. Les trois pieds du tabouret viennent en rajouter à tout le sens de l’équilibre que le ‘’Kataklè’’ affiche. En effet, chez les Fons d’Abomey, un adage populaire stipule « qu’un foyer à trois supports ne renverse pas la marmite ».

C’est ce petit siège taillé en une pièce de bois qui sert à faire les cérémonies d’intronisation du roi avant qu’il n’accède à son trône principal qui va lui servir tout au long de son règne.

A l’époque, chaque vidaho (le prince héritier du trône) avait droit à son ‘’Kataklè’’ et il n’est pas question de se servir de celui de quelqu’un d’autre pour introniser un souverain à qui il n’appartient pas. Ce support tripode sacré sert également  de trône portatif. Lorsque le roi souhaite effectuer un déplacement, rien qu’avec ce ‘’Kataklè’’, il peut se rendre à n’importe quel endroit. Dans le même temps si le ‘’Kataklè’’ le devance pour aller dans un endroit, tout comme le trône représente le roi, il en est de même pour cette petite pièce légère dont la valeur symbolique est épique.

Celui qui se retrouve actuellement parmi les 26 pièces ramenées, c’est celui du roi Béhanzin. Et dans l’exposition, il est installé dans la même vitrine à côté du trône d’apparat de son père Glèlè. Tout visiteur de l’exposition saura apprécier la beauté qui le caractérise.

 

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite