Annulation et reprise du recrutement des S.e: Les clarifications de Wilfried Léandre Houngbédji

353

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le quotidien Le Matin a reçu, vendredi 4 mars 2022,  le Secrétaire général Adjoint du gouvernement (Sgag), Porte-parole du gouvernement. Instant pour Wilfried Léandre Houngbedji de revenir au cours de cette séance hebdomadaire avec la presse, sur les dernières actualités dont les causes de la reprise du test de recrutement des Secrétaires exécutifs (S.e) des Mairies.

 

Le prix des produits pétroliers à la pompe a été revu à la hausse. Une chose qui n’a pas plu à certains internautes et béninois qui accusent à tort ou à raison le gouvernement, d’être la source de cette hausse. Face aux professionnels des médias, Wilfred Léandre Houngbedji n’a pas manqué de lever l’équivoque. À l’entendre, il est nécessaire que les uns et les autres sachent raison garder dans cette situation. Puisqu’à l’écouter, le Bénin n’est pas un pays pétrolier. Dans ce cas, le Porte-parole estime que le gouvernement, contrairement aux accusations, a un rôle de régulateur à ce niveau. Dans ses explications, il révèle que le gouvernement ne fixe pas le prix à la base contrairement à ce qui circule. Mais plutôt le régularise. Ceci, afin, selon lui, de permettre à toutes les stations de vendre ces produits au même prix. Une mesure qui permet, selon le Porte-parole, à tous les citoyens de prendre par ricochet ces produits au même prix. En revenant sur les raisons de cette hausse, Wilfried Léandre Houngbedji a évoqué que la guerre en Ukraine qui a entraîné la flambée des prix est la principale raison. Et non, à l’entendre, le gouvernement. Dans le même sillage, il laisse entendre que le Pipeline Niger-Bénin pourrait être une opportunité pour le Bénin de mieux reconsidérer le prix à la pompe.

Dans l’enseignement supérieur…

Dans le domaine de l’enseignement supérieur et de l’innovation, le Porte-parole a apporté quelques éclaircissements à l’assistance. À l’écouter, le passage au grade supérieur est désormais régularisé par le gouvernement.  Contrairement à l’ancienne pratique qui selon lui ne permet pas aux enseignants de l’Université d’entrer régulièrement en possession de leurs émoluments et primes, le Sgag a expliqué qu’à travers les nouvelles réformes, l’État manifestera désormais le nombre de besoin pour chaque grade. C’est donc en fonction de ce besoin que le concours au Cames pour les Béninois sera acté. En faisant un parallèle avec le recrutement des nouveaux enseignants au profit du supérieur, Wilfried Léandre Houngbedji annonce à nouveau que la cooptation ou le parrainage n’aura plus droit de cité. Car dit-il, ce système ne donne pas la chance à tous les citoyens et compétences extérieures, de servir valablement dans les universités béninoises. C’est pourquoi le gouvernement, à l’entendre, donnera dans le nouveau système de recrutement la même chance à toutes ces compétences au profit des étudiants.

Reprise du test de recrutement des S.e

Le test de recrutement des Secrétaires exécutifs pour le compte des Mairies du Bénin a été annulé par le gouvernement. Si cette décision continue de susciter des remous sur les tenants et aboutissants de l’organisation, le Porte-parole tient à rassurer. Pour lui, contrairement à tout ce qui circule, il n’y a pas magouille comme le stipulent certains. Dans ses dires, la commission en charge de ce test a été tenace dans les critères de choix et de sélection. Ce qui a fait que certains se sont plaints de cette option qui a éliminé bon nombre de personnes. C’est donc dans l’optique de mieux étudier ces récriminations que le gouvernement a jugé utile de reprendre les choses, selon lui. Ainsi, en balayant de revers les informations infondées qui ont circulé sur la question, Wilfried Léandre Houngbedji a rassuré que le gouvernement a toujours donné la même chance à tous, dans l’organisation des tests et concours de recrutement.

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite