Affaire “Azzaël”: Martin Assogba, un réveil tardif et partial

487

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Caractérisé par des enlèvements de policiers et des violences sanglantes, l’affrontement meurtrier survenu samedi 29 janvier 2022 à Monkpa à Savalou entre la police et les fidèles de la « secte » Azzaël continue d’alimenter l’opinion. Cette-fois-ci, c’est Martin Assogba qui sort de son repaire et se prononce sur cette situation tragique. Dans sa peau de Directeur exécutif de l’Ong Alcrer, ce membre de l’Autorité de régulation des marchés publics dit condamner fermement cette « dérive sectaire » et invite les autorités à faire la lumière sur le dossier. « Nous demandons aux autorités publiques compétentes de faire toute la lumière sur cette affaire afin que toutes les responsabilités soient situées et que tous les auteurs et co-auteurs répondent effectivement de leurs agissements », a déclaré Martin Assogba, relayé par Bénin Web Tv. Il est évident que cet acte barbare commis sur des agents de la police républicaine doit être découragé. Puisque, même si la laïcité de l’État ne doit jamais être remise en cause tant que la Constitution en fait son credo, il est également inconcevable que l’autorité de l’État et des agents à son service soient bafoués par des velléités sectaires. Seulement, quand on s’interroge sur la notoriété et la nouvelle personnalité de Martin Assogba, beaucoup de suspicions demeurent. Subséquemment, tout à l’air qu’il n’est pas sincère dans son adresse. En effet, avant la dérive religieuse de cette localité de Savalou, il y a eu bien d’autres suivis d’affrontement avec la police, des rituels avec à la clé plusieurs morts occasionnés par d’autres religions ou sectes. Nonobstant le brouhaha soulevé par cette tragédie en son temps, aucun beau parleur, aucune grande gueule n’est intervenue. Laissant ainsi faire croire, malgré les morts, même si ce n’est pas dans les mêmes conditions, que la situation n’était pas si préoccupante. Sortir de sa zone de confort pour désormais jouer son rôle dans la lutte contre le régionalisme ou encore l’ethnocentrisme fait de Martin Assogba, un défenseur ou défendeur partial. Puisqu’en réalité, tout porte à croire qu’il choisit désormais les cas qui l’arrangent. Et ça, des béninois ont compris depuis 2016.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite