Entretien exclusif avec la Directrice générale de MTN Bénin: Uche OFODILE : «L’écosystème se développe, nous voulons que nos consommateurs aient plus de valeur»

938

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Directrice générale de MTN Bénin depuis août 2020, Uche OFODILE, dans un entretien, fait le bilan de l’année 2021. Au cours de ce tête-à-tête avec la presse, la première responsable de MTN Bénin a levé un coin de voile sur les actions menées depuis sa prise de fonction. Pour elle, le Groupe MTN aime la concurrence et son objectif principal est d’atteindre le plus de personnes possible. Lisez-plutôt !!!

 Quel bilan faites-vous de l’année 2021 ?

2021 été une très bonne année. Au niveau du pays, on s’attend à une croissance d’environ 4%. Ce qui est assez étonnant vu tout ce qui se passe dans le monde. MTN a pu profiter de ces bons chiffres pour faire croître son activité d’environ 14%. Désormais, nous comptons plus de 3 millions d’abonnés Mobile Money actifs, ce qui favorise l’inclusion financière. Nous avons aussi mis l’accent sur le développement des femmes et des jeunes, et avons établi d’excellents partenariats avec le gouvernement. Dans l’ensemble donc, nous pouvons dire que l’année a été assez bonne pour nous, et nous sommes confiants quant au futur.

Vous avez fait une tournée à travers le Bénin. Quelle a été votre expérience et quelles opportunités avez-vous identifiées ?

Il est important de comprendre notre rôle ici, qui est principalement de favoriser l’accès au digital, car nous pensons que tout le monde mérite les avantages d’une vie moderne connectée. Il est primordial pour nous de toucher toutes les parties du pays. Nous avons visité le Nord et sommes allés jusque dans les hameaux et villages. C’était vraiment inspirant, tout d’abord, de voir la beauté du pays. Je dois vraiment insister sur ce point : le Bénin est un très beau pays.

Lors de la tournée, nous avons identifié de nouvelles opportunités pour MTN. L’une d’entre elles est la capacité à connecter plus de monde, parce que nous comprenons qu’une fois que les gens ont accès à la connectivité, leur vie change.  C’est ce qui me motive tous les matins à venir travailler. Nous avons également identifié des opportunités autour de Mobile Money. Nous voulons vraiment donner du pouvoir aux gens en leur offrant des plateformes pour accroître leurs capacités. Aller dans le Nord du Bénin était passionnant pour nous, d’un point de vue culturel certes, mais aussi pour identifier des opportunités en phase avec ce que le gouvernement cherche à faire dans le pays.

MTN était sponsor de la cinquième édition du Festival International de Porto-Novo qui célèbre la culture et les arts du Bénin. Que pensez-vous de la culture béninoise ?

La culture béninoise est riche ! Après avoir travaillé dans cinq pays en Afrique, je peux dire que le Bénin est l’un des rares où l’on ressent vraiment la richesse de la culture. Et c’est pourquoi nous avons créé la plateforme #Le-Bénin-Que-Jaime pour mettre en valeur, aux yeux du monde, la richesse de la culture béninoise. Le fait de pouvoir, personnellement et pour l’entreprise, être impliquée à la fois dans le Festival Vaudou et le Festival de Porto Novo, et de voir l’impact que cela a sur les gens qui y assistent, pour moi personnellement, c’était une expérience très profonde. L’année prochaine, nous allons voir comment nous impliquer encore plus. Nous voudrions que tout le monde puisse expérimenter la richesse de cette culture. L’expérience fût vraiment positive et nous avons hâte d’en faire plus l’an prochain.

En 2021, vous avez travaillé à redéfinir la stratégie de la Fondation MTN. Quelles sont les actions prévues pour 2022 ?

La Fondation a eu un impact considérable au Bénin. Au cours des 10 dernières années, nous avons investi plus de 6 milliards de FCFA dans des projets de développement communautaire. Mais nous avons estimé qu’il était important de marquer une pause afin d’apprécier le développement amorcé par le Bénin. Beaucoup de choses changent, et nous devons trouver le moyen pour que la Fondation ait un impact social encore plus important pour toucher plus de personnes à travers le pays. Et donc, nous redéfinissons notre stratégie en nous éloignant des petits projets. Bien sûr, nous en ferons toujours, mais notre objectif principal est d’atteindre le plus de personnes possible. Et pour y parvenir, nous mettrons en place des projets sur trois, cinq ou dix ans, afin qu’ils soient durables et impactant. Et nous nous concentrons sur des projets dans les domaines du numérique, de la santé et de l’éducation. Nous avons, non seulement, beaucoup discuté avec les parties prenantes en interne, mais aussi avec nos partenaires à l’externe. Qu’attendent-ils de la Fondation ? Comment peut-elle être plus efficace ? Toutes les propositions ont été prises en compte pour créer une stratégie qui, selon nous, fera que nos projets auront un impact durable. Je suis très fière de cette stratégie. Et j’ai vraiment hâte de la déployer au cours des prochaines semaines.

L’arrivée sur le marché de nouveaux concurrents est imminente. Comment MTN pense maintenir sa position de leader ?

Nous aimons la concurrence ! Cela montre à quel point le Bénin est un pays attractif pour les opportunités d’affaires. Tellement de choses ont été faites pour révéler le Bénin au monde ; Et le fait que vous voyiez tous ces concurrents faire leur entrée sur le marché en est la belle preuve. Lorsqu’il y a de la concurrence sur le marché, les consommateurs en sortent gagnants et, en fin de compte, notre vision de faire que les populations béninoises profitent des avantages d’une vie moderne connectée se trouve concrétisée. C’est donc avec plaisir que j’accueille la compétition. L’écosystème se développe, nous voulons que nos consommateurs aient plus de valeur, il y a de la place pour tout le monde, et nous attendons avec impatience nos concurrents.

Nous savons que la promotion des femmes est l’une de vos priorités. Comment y travaillez-vous ?

Le développement des femmes est une passion pour moi. Je suis émue rien que d’en parler. Les statistiques sont là. Vous savez, même au sein de l’entreprise que je dirige, il reste beaucoup de travail à faire pour nous assurer de construire un vivier de leadership féminin.

L’année dernière, j’ai rencontré la vice-présidente du Bénin, Madame TALATA et je me suis rendu compte qu’il y a beaucoup d’actions autour du développement féminin et ce que vous voyez à MTN Bénin en est le reflet.

Nous avons lancé le Y’ello Amazone, un programme de développement de notre personnel féminin. L’objectif est vraiment de construire un vivier de femmes leaders pour notre entreprise. Lorsque nous y parviendrons, je pourrai avoir cette conversation avec d’autres entreprises de sorte que nous puissions voir un effet domino dans le pays.

C’est vraiment important pour moi parce qu’en fin de compte, le Bénin est un pays dont la moitié de la population est constituée de femmes. Il est important que les organisations ou les équipes de direction reflètent cette réalité. C’est même vital !

Les gens pensent que toutes ces discussions autour de l’autonomisation des femmes consistent à juste « cocher une case », et pourtant, nous constatons que lorsque les femmes sont Directrices financières, lorsqu’il y a plus de femmes dans les Conseils d’administration, les entreprises se portent mieux. C’est un fait. Promouvoir les femmes est une décision intelligente du point de vue des affaires et cela va donc au-delà de mon sentiment très émotionnel sur le sujet.

Nous voulons nous assurer que MTN joue un rôle primordial en accompagnant le gouvernement dans les programmes dédiés à l’autonomisation des femmes.

En ce qui concerne la jeunesse du Bénin, parlez-nous un peu des programmes conçus pour elle et l’impact sur cette génération de relève ?

Les gens croient que les jeunes m’obsèdent, peut- être parce que je le suis moins. Mais sérieusement, la jeunesse c’est l’avenir et c’est indéniable !   Il est donc très important que nous entendions leur voix, pour moi c’est non négociable.

L’année dernière, nous avons lancé le Y’ello Lab. Nous voulions créer des produits et des services dédiés aux jeunes. Et nous avons pensé que les jeunes étaient les mieux placés pour le faire. Ils savent ce qu’ils veulent. Ils ont leurs codes. Nous avons donc fait appel à une équipe pour travailler sur une proposition dédiée aux jeunes. Nous avons également un programme appelé Y’ello Graduate qui a pour objectif est de permettre aux jeunes de différentes régions du pays d’apprendre de nous et vice-versa.

Le développement se fait donc dans les deux sens et c’est vraiment important, je le leur ai dit plusieurs fois. Plus important encore, le Bénin est un pays très jeune. Près de 70 % de la population est âgée de moins de 25 ans. Et encore une fois, notre entreprise doit refléter cela. Ainsi, tout ce qui concerne l’autonomisation et le développement des jeunes est vraiment important et nous faisons notre part.

Mais encore une fois, nous allons continuer à chercher des moyens de soutenir le programme du gouvernement dans ce domaine et à chercher différents moyens de nous y associer.

Par exemple, nous avons participé au Programme Le ARN, l’année dernière, dont le but est de permettre aux jeunes sélectionnés de se former en développement web et mobile, et nous en ferons davantage l’année prochaine. Je pense qu’il y a beaucoup d’autres possibilités pour nous de contribuer réellement à la réalisation de cet objectif dans le pays.

En fin de compte, si nous pouvons permettre à nos jeunes de se développer, de se responsabiliser, de vivre des expériences dont ils ne pouvaient peut-être même pas rêver par le passé, cela favorise vraiment la diversité au sein de notre organisation et, par conséquent, un meilleur argument économique dans le pays.

Covid-19 a profondément affecté les habitudes de travail. MTN fût une des entreprises à expérimenter le télétravail avec ses employés pour les protéger et réduire la propagation du virus. Quels sont les résultats ?

L’année fut assez bonne et je tiens vraiment à remercier nos employés pour cela. Car, cette année a été particulièrement difficile. Chaque fois que nous avons pensé que la COVID-19 allait peut-être disparaître, un variant apparait. C’est donc une pandémie avec laquelle il faudra désormais composer.

D’abord et avant tout, nous nous sommes sentis investis de l’énorme responsabilité de travailler avec le gouvernement pour nous assurer que nous éduquions autant de personnes que possibles sur la COVID-19, comment le prévenir, sensibiliser sur les gestes barrières, nous avons vraiment essayé de nous assurer que nous limitions la propagation au sein des populations. Il y a donc eu beaucoup d’actions faites dans tout le pays pour expliquer aux gens la nécessité de se laver les mains, de les désinfecter, de porter des masques, et j’en passe.

Nous avons également travaillé avec le Ministère de la Santé en sensibilisant les populations sur la nécessité de se faire vacciner.

En interne, ça a été révélateur de notre résilience, parce que nous travaillons à domicile depuis presque trois ans maintenant. Et comme on pouvait s’y attendre, certains collègues sont fatigués de travailler de la maison, parce que vous pouvez imaginer, les circonstances sont bien différentes pour chacun.

Mais nous avons mis en place une politique de travail à domicile et avons essayé de soutenir autant que possible les personnes qui travaillent de chez elles en leur offrant une certaine flexibilité.

Nous savons que les gens sont fatigués des vidéoconférences, nous avons donc essayé de faire en sorte qu’il y ait des jours sans réunion (No Meetings Day), pour que les gens puissent se déconnecter un tant soit peu. Et lorsque nous sommes en ligne, nous essayons également de rendre cela aussi interactif que possible. J’aimerais féliciter les équipes car elles ont essayé de trouver différentes façons de garder les employés engagés. Et nous continuerons à le faire en 2022.

Nous avons eu beaucoup de chance dans le sens où, en 2021, Dieu merci, nous n’avons enregistré aucun décès. Mais comme vous pouvez l’imaginer, nous continuons à faire de gros efforts pour nous assurer que nos employés sont vaccinés, qu’ils sont en sécurité et qu’ils transmettent le même message à leurs familles et à leurs amis.

Votre mot de fin…

2022 est une année enthousiasmante quand je pense à ce qui nous attend. De nouveaux concurrents arrivent sur le marché. Nous allons pousser très fort sur la digitalisation au sein de notre organisation et chercher des opportunités de partenariats dans ce domaine.

En dehors de cela, nous travaillons actuellement sur un partenariat avec l’ANSSI dans le domaine de la cybersécurité, sensibiliser les populations sur les comportements à adopter en ligne, etc. Nous allons donc être impliqués dans pas mal de choses.

Une autre chose pour laquelle j’ai hâte est l’organisation du Premier Salon virtuel de l’Emploi au Bénin ! Notre objectif est de détecter les talents. Nous savons qu’il y a tellement de personnes talentueuses au Bénin et dans la diaspora. Et nous leur demandons de rentrer à la maison et de travailler avec nous. Nous voulons identifier les meilleurs car nous nous considérons comme le meilleur endroit où travailler.

Nous sommes donc très enthousiastes à propos du salon virtuel de l’emploi. J’encourage donc tout le monde à visiter nos réseaux sociaux pour plus d’informations.

Sinon, cette année, nous continuerons à promouvoir l’accès au numérique, l’accent sera mis sur l’extension et la modernisation du réseau. Nous ferons de belles propositions de valeur pour les jeunes et d’autres segments de clientèle qui seront dévoilées bientôt.

Et plus important encore, nous allons continuer à identifier des niches d’opportunité entre nous et le gouvernement du Bénin. Leur agenda est naturellement en phase avec les projets que nous voulons réaliser.

L’année dernière, nous avons signé un partenariat avec le ministère des Sports pour le développement du sport scolaire et du basketball. Cette année, nous chercherons d’autres opportunités de partenariat afin de nous assurer que non seulement le Bénin atteigne ses propres objectifs, mais que nous soyons également en mesure d’atteindre les nôtres. Je suis donc très enthousiaste et l’année 2022 augure de belles surprises.

Un dernier mot, chaque fois que vous le pouvez, s’il vous plaît, utilisez l’hashtag#LeBeninQueJaime, il y a tellement de choses à aimer au Bénin, la culture est tellement riche, nous tenons à ce que le monde entier le sache.

M.M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite