Droits sexuels et reproductifs: Social Watch Bénin-Assopil lance le projet Parnol-Ssr

513

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Consortium Social Watch Bénin-Assopil dans une nouvelle dynamique de promotion des Droits de la santé sexuelle et de la reproduction (Dssr). C’est à travers le Projet d’appui au renforcement du cadre normatif, législatif et institutionnel de la santé sexuelle et de la reproduction (Parnol-Ssr) qu’il entend mettre en œuvre. Lancé jeudi 27 janvier 2022 au Benin Royal hôtel à Cotonou, le projet financé par Enabel à travers le Programme d’appui à la santé sexuelle et reproductive et à l’information sanitaire (P@sris) vise à améliorer la connaissance, la disponibilité et l’application des textes de lois nécessaires pour la jouissance des droits sexuels et reproductifs. En effet, du  constat fait dans son discours par la présidente de Social Watch Bénin, malgré l’évolution sensible du contexte juridique lié à la Santé sexuelle et de la reproduction avec le vote de nouvelles lois en 2021, ces textes, en plus de ceux existants, ne sont pas encore très bien connus des populations bénéficiaires y compris les garants du droit et les porteurs de responsabilités. << Ce projet se veut une initiative de redevabilité sociale autour de la connaissance, de l’application et de la jouissance effective des droits liés à la bonne Santé sexuelle et reproductive pour qu’ensemble nous puissions davantage participer aux efforts conjugués aux fins de l’effectivité de la jouissance des droits humains relatifs à la Santé sexuelle et  reproductive au Bénin >>, a indiqué Blanche Sonon. Durant les 21 mois que durera le projet, soit du 1er septembre 2021 au 31 mars 2023, Social Watch Bénin et Assopil Bénin vont s’appuyer sur la loi 2003 modifiée en 2021 portant pratique des mutilations génitales, le Code des personnes et de la famille, la loi portant prévention, prises en charge et contrôle du Vih/Sida, la loi portant répression du harcèlement sexuel et protection des victimes et la loi portant prévention et répression des violences faites aux femmes En collaboration avec ses partenaires de mise en oeuvre à savoir le ministère de la santé, le ministère de la Justice et de la Législation puis le ministère des Affaires sociales, le Consortium fera un plaidoyer et un suivi participatifs pour la prise de décrets pour certaines lois d’une part, et d’autre part pour l’appropriation et l’application des lois qui encadrent la Ssr.  Des ateliers de renforcement de capacités des jeunes, des femmes en âge de procréer, des acteurs de mise en œuvre des textes, entre autres les Opj, des Osc, des cadres et agents des ministères sus-cités ainsi que des services déconcentrés seront aussi organisés. Le chargé du projet, Ludovic Guèdègbé a également fait mention d’un plan de communication pour un changement de comportement individuel et collectif qui sera déployé. C’est donc un projet ambitieux qu’a d’ailleurs salué Dr Elysée Somassè, Manager pilier santé, Enabel (Agence belge de développement). Selon ses propos, l’avènement de certaines lois constitue certes une avancée majeure. Mais ce n’est pas le moment de dormir sur ses lauriers car il y a encore du travail à faire pour amener les femmes, les jeunes à connaître leurs droits. << C’est maintenant qu’il faut mettre les énergies ensemble >>, a-t-il indiqué.

Présents à la cérémonie de lancement de Parnol-Ssr, les représentants des ministres de la Justice et de la santé, respectivement Zalia Bacoudogo et Dr Mabou Ahokpossi ont aussi décerné un satisfécit à l’équipe de Social Watch Bénin pour la pertinence du projet. Ils ont ensuite rassuré de l’engagement du gouvernement à vulgariser les lois en vigueur.

 

JB

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite