Validation du 1er Plan quinquennal de soins palliatifs: Soulager la souffrance des patients en fin de vie

620

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Enabel/P@SRIS appuie le processus)

Le Conseil national des soins de santé primaire ((Cnssp) et le Programme national des soins palliatifs (Pnsp) organisent, les 27 et 28 janvier 2022 à Cotonou, un atelier de validation du 1er Plan quinquennal des soins palliatifs (Pqsp). Le processus reçoit le soutien financier de l’Agence belge de développement (Enabel) à travers le projet P@SRIS.

 

Les soins palliatifs sont destinés aux patients souvent en  fin de vie. Ils visent à prévenir et soulager les douleurs physiques, les symptômes inconfortables ou encore la souffrance psychologique afin d’endiguer les conséquences d’un grave problème médical, en ne se préoccupant plus de la cause. En Afrique et au Bénin en particulier,          les soins palliatifs étaient jusque-là laissés pour compte. Pourtant, les besoins ne cessent d’augmenter avec des patients, de plus en plus nombreux, atteints de maladies potentiellement mortelles. La mise en place d’un Plan quinquennal de soins palliatifs vise alors à améliorer au Bénin la qualité et la disponibilité desdits soins par un accès aux médicaments antidouleurs notamment la morphine.

Dans son mot de bienvenue à l’ouverture de l’atelier hier, jeudi 27 janvier 2022, le Manager pilier santé de Enabel, Dr Somassè Elysée, a laissé entendre que plusieurs patients se retrouvent en général vers leur fin de vie dans une situation de détresse physique, psychologique et ou spirituelle. Ils ont besoin, selon ses propos, d’accompagnement pour une qualité de vie acceptable et mourir dans la dignité. Il a rassuré le ministère de la Santé de l’accompagnement de Enabel/P@SRIS qui déjà a lancé l’acquisition de plusieurs kilos de morphine.

Faisant l’historique des soins palliatifs, le président du Pnsp Dr Lamidhi Salami a laissé entendre que c’est en 2015 que le Bénin a initié une expérience de soins palliatifs basée sur le modèle d’Hospice Africa Uganda, après la formation de 2 médecins en 2014. En 2018, il y a eu la mise en place du Programme et le document de mise en place a été rédigé en 2022 par des experts de tous bords qui ont analysé, diagnostiqué et identifié les défis et ont fait les choix les plus appropriés. Pour lui, le Plan, qui sera validé, répond à tous les critères préalablement définis. Il espère que la touche des experts permette de repositionner ce type de soins au niveau des soins de santé primaire.

« Au Bénin, on estime à plus de 65 000 le nombre de personnes nécessitant les soins palliatifs chaque année du fait du cancer, du Sida et d’autres pathologies chroniques », a souligné le Secrétaire général adjoint du ministère de la santé Richard Venance Gandaho. Cette charge, selon ses dires, est bien plus grande à cause de la prévalence de plus  en plus élevée des cancers, des affections cardiovasculaires, des maladies respiratoires chroniques, etc. C’est donc pour apporter une réponse adéquate à cette situation que le gouvernement a opté pour la mise en place du Programme national des soins palliatifs, une première au Bénin et en Afrique francophone, a laissé entendre Richard Venance Gandaho. Il a remercié l’Agence belge de développement (Enabel) pour son appui financier constant dans le domaine de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite