Sécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin: Une enquête lancée

543

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’enquête « Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et Système alimentaire au Bénin (AGVSAN-SA 2021) » a démarré cette semaine sur toute l’étendue du territoire national. La présente enquête d’envergure nationale recommandée par le gouvernement béninois avec l’appui technique et opérationnel des Nations Unies à travers le Programme alimentaire mondial (Pam) va permettre de doter le Bénin d’une base de données sur la nutrition et l’alimentation dans les ménages.

 

En prélude à la phase de collecte de données sur le terrain dans le cadre de ladite enquête, 210 enquêteurs ont pris part à une séance de renforcement de capacités. Une formation organisée par le Programme alimentaire mondial (Pam). 14 jours durant soit du 22 décembre au 11 janvier 2022, ces derniers ont été outillés sur la méthodologie de collecte de données sur le terrain. La formation qui s’est déroulée dans la commune d’Abomey-Calavi a permis aux enquêteurs de se familiariser avec les questionnaires à administrer sur le terrain et d’acquérir les aptitudes appropriées pour la réussite de l’enquête auprès des ménages. Financée par l’Ambassade des Pays-Bas pour un montant de 615.900 dollars Us soit environ 340 millions de francs Cfa, l’enquête « Analyse Globale de la Vulnérabilité et de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et Système Alimentaire au Bénin (AGVSAN-SA 2021) » a été officiellement lancée vendredi 6 août 2021 à Cotonou. Au terme de la formation, les 210 agents enquêteurs dont 46% de femmes vont être repartis dans les 77 communes du Bénin pour collecter des données relatives à la sécurité alimentaire et à la nutrition auprès des ménages. Selon Wilfried Chigblo, chargé de suivi évaluation et analyse de la sécurité alimentaire au Programme alimentaire mondial, “la formation a porté tant sur le plan technique que sur le plan comportemental pour avoir les informations nécessaires“. Notons que ces agents disposent d’un profil adéquat pour mener l’enquête sur le terrain. Outre leur expérience en sécurité alimentaire, ils sont titulaires d’au moins une licence en science économique, géographie, sociologie, agronomie, nutrition. Pour Yolande Agueh, chargée des questions de nutrition au PAM, il était important que ceux qui seront chargés de prendre les mesures anthropométriques des enfants soient formés ou renforcés davantage afin que les données collectées soient validées et reflètent effectivement l’état nutritionnel de la population. Des rappels à la phase de test pilote sur le terrain sans oublier la phase de standardisation, les agents ont été dotés de rudiments nécessaires pour mener l’enquête dans les ménages.  Et pour Mouchitaba Lawami Lawani, ingénieur statisticien économiste chargé du volet nutrition à l’Institut national de la statistique et de la démographie, les agents ont été aguerris sur toute la procédure à respecter pour la bonne collecte des données. Notons que l’étude porte à la fois sur les volets « sécurité alimentaire » et « nutrition » et couvre 26.000 ménages contre 15.000 en 2017. La finalité est de doter le Bénin d’une base de données en la matière en vue d’une meilleure orientation des stratégies et politiques pour l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD)2 « Faim Zéro » au Bénin. « L’analyse de la sécurité alimentaire montre qu’il s’agit d’un phénomène assez dynamique qui nécessite un suivi des indicateurs de façon périodique pour permettre aux politiques de mieux structurer leurs interventions… c’est une analyse pour mieux connaître les facteurs qui expliquent ce phénomène et permettre non seulement au gouvernement mais aussi aux institutions de prendre des décisions pour mieux recadrer leurs stratégies sur le terrain » a fait savoir Wilfried Chigblo. Quant au volet nutrition, notons que l’une des innovations est que les données seront axées sur les enfants de moins de 5 ans. Ceci, dans l’optique de mieux cerner l’état nutritionnel des enfants et d’acter des interventions pour réduire toutes formes de malnutrition.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite