30ème commémoration des cultes endogènes au Bénin: La fête suscite plus d’engouement et d’ambition pour le tourisme

336

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Ouidah bientôt la capitale mondiale pour le pèlerinage…)

Le panthéon Vodoun et toutes ses composantes ont été célébrés, comme à l’accoutumée, lundi 10 janvier 2022 à la plage de la cité des Kpassè, Ouidah non loin du monument de la porte du non retour. Adeptes, hauts dignitaires, têtes couronnées, sages, notables et sympathisants du culte Vodoun venus d’horizons divers, ainsi qu’un parterre d’autorités politico administratives et expatriés ont communié dans une ambiance de fraternité et de convivialité chaleureuse. Ce trentième acte affiche clairement que cette célébration, loin d’en être une simple, provoque désormais un appétit vorace autour du tourisme local.

 

La fête du culte Vodoun est en train de prendre une autre tournure touristique. Depuis un quart de siècle qu’elle a été instaurée, soit vingt-cinq (25) ans pratiquement, cette célébration a toujours fédéré autour d’elle des milliers de personnes, venant des quatre coins du monde entier, curieuses d’en savoir davantage sur le mystère qui entoure la religion Vodoun et tout ce qui intervient dans son animation. Et l’édition de cette année affiche la preuve que l’appétit touristique, aussi bien dans le rang des citoyens du pays que dans le rang des autres venant d’ailleurs, se fait de plus en plus grand. Ce jour de grâce dans le calendrier national des religions ancestrales et mieux un jour béni pour les adeptes des divinités tutélaires des couvents et temples du Bénin, suscite désormais plus de fanatiques à cause de la grande attractivité qui le couronne désormais. « Après deux (02) années de célébration fort modeste de la fête de nos religions endogènes en raison des mesures restrictives imposées par la pandémie de la COVID 19, nous voici rassemblés, ce jour, à la plage de Ouidah autour de l’immense patrimoine commun de notre pays, le vodoun. En effet, grâce aux efforts continus du Gouvernement de notre pays et aux sacrifices consentis par les uns et les autres sur la nécessité d’observer sans relâche les gestes barrières et de se faire vacciner, nous avons la possibilité de nous retrouver, pour communier autour de ces croyances, de nos croyances, celles qui font foi dans les traditions séculaires de nos ancêtres. Vous me permettrez alors de profiter de cette tribune pour vous exhorter une fois encore à redoubler d’ardeur dans les prières et invocations, à solliciter la sagesse et la vigilance des prêtres et dignitaires religieux afin qu’ils continuent à éclairer les populations sur les comportements sains, sur les gestes barrières à observer en tout temps et en tout lieu. Les divinités protectrices, les esprits ancestraux nous veulent toujours forts, toujours robustes, pour poursuivre et accompagner le Président de la République dans les multiples chantiers de construction qu’il a mis en branle depuis son avènement. En effet, dans son Programme d’actions 2021 – 2026, le PAG 2, le Président a fait l’option d’intensifier les efforts dans les secteurs du tourisme, de la culture et des arts ; efforts articulés autour d’une dizaine de projets aussi structurants qu’ambitieux afin de mettre sur orbite la « Destination Bénin ». Le tourisme, faut-il le rappeler ici, constitue le deuxième secteur d’investissement le plus important avec son attelage « culture et art » qui donne sens à ce projet. Au titre des offres importantes que ce secteur va implémenter, figurent la Route des couvents et le musée Vodoun. Si l’immersion dans les temples et couvents peut permettre au public, quel qu’il soit, de vivre les cultes, les rituels et l’ambiance caractéristiques de ces lieux sacrés, le musée, lui, offrira aux visiteurs une variété de connaissances sur le sujet avec des images et des représentations des différentes déités à travers une scénographie spécifique. Il s’agit de montrer la complexité de la spiritualité de nos aïeux, de rendre hommage à la façon dont ils pratiquent leurs religions.  Loin de l’image caricaturale qu’en a donnée le cinéma hollywoodien, débarrassé de l’étiquette du satanisme qu’on lui a longtemps collé, le Vodoun s’est affirmé, au fil du temps, comme une source multidimensionnelle de l’altérité africaine. On y découvre une science du savoir, un creuset de tolérance, un ensemble de croyances philosophiques, un savoir-faire artistique. Cette école de la vie qui prône des valeurs fondamentales comme l’amour, l’humanisme, la tolérance, le respect de la nature, demeure encore et heureusement, la vitrine identitaire de la plupart des peuples du Golfe du Bénin en général et de leur diaspora. Et quand on parle de diaspora, on pense forcement aux millions de nos frères et sœurs que la tragédie de l’histoire a dispersés aux quatre horizons du monde et plus précisément dans les Amériques » Souligne le Ministre du tourisme, de la culture et des arts, Jean Michel Hervé Babalola Abimbola. Une manière pour l’autorité ministérielle de signifier que malgré toutes les intempéries sanitaires, le Bénin s’applique à être désormais l’unique pôle qui va susciter l’adhésion unanime de l’univers entier autour de l’entité Vodoun dont il est déjà le berceau.

 

MM

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite