Musique: ‘’FAT Trio’’ lance un autre album et se produit

277

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le trio de la musique ‘’FAT Trio’’ procède au lancement de son album le 22 janvier 2022 à l’Institut français de Cotonou. Quelques jours plus tard, c’est-à-dire le jeudi 27 janvier, le groupe sera en concert au restaurant Le lieu unique à Fidjrossè.

 

L’histoire de FAT Trio commence en réalité le 26 juin 2016 … l’océan emporte Edem. Percussionniste et chanteur de talent, il s’était joint à François et Amos qui se sont juré de faire vivre leur dernière jam session. Peu après, Timothée les rejoint après un jam mémorable sur So What de Miles. « Edem » est ainsi le titre fondateur de FAT Trio. L’album AZIZA suivra avec 12 titres originaux. Un mix de sensations métisses pour un voyage original à travers le temps sur fond de latino, d’afrobeat, de groove béninois, de swing, de ballades, d’acide jazz, de rock et de funk. Le groupe enregistre et se produit sur la scène béninoise de 2017 à 2019, en tant qu’« AZIZA FAT » avec le grand saxophoniste béninois Josélito Atchadé, la complicité de Raphaël Adjaho aux percussions, le timbre de la togolaise Salimath Wezou sur le titre « Chaud et doux », sans oublier le poète et rappeur bien connu de la scène béninoise, Sergent Markus qui apporte toute son énergie et inspiration sur les 4 derniers titres. Un peu plus sur les porteurs du projet … Guitariste, compositeur, François Luthereau est un voyageur. Français et Auvergnat cru 1959, il découvre la guitare classique à l’âge de 10 ans. Premier titre « En allant vers le vide » en 1976 et fondation du groupe de rock progressif Abelys, pour lequel il compose en complicité avec la plume de Gabriel Joseph Dezaize ‘Gaby’. Ouvert au jazz-rock, à la bossa, au latino, au reggae, au funk et à l’afrobeat, il atterrit au Burundi en 1982 et s’imprègne des « grooves ternaires» notamment avec ‘Baby John’, ‘Tanga’, ‘Buddy’. Passage au Niger en 1986 (blues and funk avec Syncop). Retour au Burundi en 1988 où il vit une riche expérience avec Ginda et Ingoma International Band (fusion musique traditionnelle) avec lequel il enregistre 15 titres. Période de compositions en Tanzanie de 1995 à 1999. Standards de jazz avec les Tournesol à Paris (2001- 2003). De retour au Burundi en 2006, il intègre le Macumba Jazz puis fonde Ibirori Jazz Band avec le bassiste Yvan Kwizera et le batteur Amadi Nkurikiye. En 2015, ils enregistrent 12 titres en trio qui seront « épicés » progressivement au Burundi puis au Bénin où il débarque fin 2015. Batteur, percussionniste, auteur-compositeur et chanteur béninois, Amos Chacha est né à Porto Novo en 1993. Il est remarqué en 2011 pour ses talents de batteur. Autodidacte et initié aux rythmes traditionnels vaudou, il bénéficie d’une triple formation qui allie tradition, chorale et cabaret. Il joue notamment du gospel, de l’afro-pop, du reggae, du jazz, du blues, … Il lui arrive parfois de mélanger les rythmes traditionnels des percussions et du chant, à la techno dans les coins branchés de Cotonou. Cela l’a conduit à jouer et enregistrer avec de nombreux artistes béninois et français, entre autres: Nawadja (bluesman – 2014 et 2019), Alino Yes Papa dès 2015 (tournées Nigeria, Ghana et album Wake up), Ras Bawa (reggae – tournée 2019), Sandy Kele (artiste afro-française – 6 titres avec l’équipe du Sanctuary), Dhama Rasta (Reggae français – 6 titres). Bassiste et compositeur béninois, Timothée Kounoudji est né à Cotonou en 1983. Il commence la musique à l’âge de 10 ans dans une chorale en tant que percussionniste. Danseur et groover hors-pair avec une basse en main, il joue avec Gilles Gnonnas (Adjè’s Band – Salsa) de 2002 à 2009. Il rejoint les frères Guedehounguè de 2007 à 2011 avec qui il a l’opportunité de faire une tournée en France en 2009 (La Rochelle, Clermont Ferrand et Bordeaux). Plongeon dans le jazz de 2010 à 2014 au Yes Papa à Cotonou. Depuis 2010, il est le bassiste attitré de l’orchestre B52, ambiance afro-latino garantie. En parallèle, il accompagne Eric Dagbo, maître en afrobeat avec qui il enregistre l’album Akiza en 2017. De 2017 à 2019, il a aussi l’opportunité d’enregistrer dans des albums d’autres artistes et de jouer en live avec Max Lolo et le burkinabé Eugène Kounker avec son fameux ‘dagbeat’.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite