Avant-première du spectacle ‘’Tassi Hangbé , la Reine interdite’’: Une réhabilitation de l’unique femme qui a régné sur Danxomè

470

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Plus  d’un millier de spectateurs dont le Ministre en charge de la Culture, Jean-Michel Abimbola et quelques-uns de ses collègues, ont eu droit au Palais des congrès de Cotonou, dans la soirée du mercredi 22 décembre 2021, à l’avant-première du spectacle « Tassi Hangbé, la Reine interdite ». Ecrit par le prolifique dramaturge Florent  Couao-Zotti, ce spectacle qui évoque le règne oblitéré de la seule femme à avoir dirigé le royaume ancestral de Danxomè,  est une mise en scène du magister Ousmane Alédji.

 

 ‘’A Danxomè, Hangbé, la sœur jumelle du roi Akaba hérite du trône laissé vacant par ce dernier, décédé dans des circonstances non élucidées. Elle réalise qu’elle fait vite l’objet des commérages et des intrigues de quelques notables influents de la cour dont son frère cadet, Gnansounou. Elle crée une unité d’élites composée que de jeunes femmes féroces et en fait sa garde rapprochée, les ‘’Agodjiés’’, mais, cela suffira-t-il ?’’ C’est le synopsis de la pièce théâtrale « Tassi Hangbé, la Reine interdite » de Florent Couao-Zotti  qui revient sur l’épopée de la seule femme ayant régné sur le royaume du Danxomè, au début du XVIIIè siècle, entre 1708 et 1711.  Quoique considérée aujourd’hui comme fondatrice du premier régiment des légendaires Amazones, appelées les « Agodjié », gardiennes de la Cour royale, cette brave femme en avance sur son époque, a été contrainte d’abdiquer. Et, son règne effacé à jamais de la dynastie royale officielle de Danxomè.  Dans une mise en scène magistrale, Ousmane Alédji allie corps et voix, chants et paroles, danses et gestuels, pour faire voyager durant 75 minutes, le public plus de 3 siècles en arrière, dans les méandres de la monarchie des Houégbadjavi. Une distribution composée de quatre comédiens (Nicolas Houénou de Dravo, Fidèle Gbégnon, Raphaël Hounto et Nathalie Hounvo Yêpkê), d’une chorégraphe (Rachelle Agbossou) et de deux chanteuses (les sœurs Teriba, Carine et Tatiana Ahissou). Le choix de jouer en langue nationale fon, celle de Danxomè justement, au lieu du français dans lequel est écrit le texte. La projection de certains extraits du texte, narrations comme dialogues. Un décor et des costumes pittoresques à la fois surannés et contemporains. Ce sont là quelques indicateurs de l’alchimie opérée par l’actuel Chargé de mission du chef de l’Etat, Patrice Talon. Mais, au-delà de prouver qu’Ousmane Alédji n’a rien perdu de sa virtuosité, ce spectacle fait de Florent Couao-Zotti et autres, des artisans d’une hypothétique réhabilitation de la Reine Tassi Hangbé dans l’histoire de la dynastie royale de Danxomè. Et, ça c’est une autre paire de manches ! Pour rappel, l’avant-première du spectacle « Tassi Hangbé, la Reine interdite », a fait office de lancement officiel des Nuits artistiques et culturelles de Cotonou, initiées par le gouvernement béninois pour cette période de fêtes de fin d’année. Un concert musical le 25 décembre 2021 et un spectacle d’humour le 02 janvier 2022, sont également prévus dans le cadre desdites nuits.

 

K.-Dine AREKPA (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite